Navigation – Plan du site

Penser l’Église catholique avec l’émancipation politique du sous-prolétariat

L’Évangile selon Matthieu (1964) de Pier Paolo Pasolini
Loïc Millot

Résumés

Étroitement liée au pontificat de Jean XXIII et à l’ouverture conciliaire de Vatican II (1962-1965), la réalisation de L’Évangile selon Matthieu (Il Vangelo secondo Matteo, 1964) inaugure une période de conciliation au sein de la filmographie de Pier Paolo Pasolini [Joubert-Laurencin 1995, p. 397]. La carrière du cinéaste était en effet fortement compromise depuis l’« outrage à religion d’État » provoqué par la réalisation de La ricotta (1963). Le rapprochement de Pasolini avec la Pro Civitate Christiana fut déterminant, puisque cette organisation jésuite se porta garante auprès des banques pour assurer les capitaux nécessaires au financement de ce film. En mettant en tension l’analyse filmique avec leur contexte de production et de réception dans le champ catholique, nous examinerons la façon dont Pasolini a donné une inflexion marxiste au récit évangélique dans le but de restituer le drame chrétien aux paysans de l’Italie méridionale. À travers les oppositions de classes qu’il forge dans son film, un enjeu révolutionnaire reposerait stratégiquement sur le sous-prolétariat méridional, idéalement soutenu par une Église de la pauvreté et le parti communiste italien.

Haut de page

Texte intégral

1Du 27 juin au 11 juillet 1963, Pier Paolo Pasolini et deux pères jésuites, Andrea Carraro et Lucio Settimio Caruso, se rendent en Terre sainte afin d’effectuer les premiers repérages pour la réalisation de L’Évangile selon Matthieu [Pasolini 2001a, p. 3089]. Alors que la production poétique de Pasolini, à la fin des années 1950, était particulièrement critique à l’égard de l’Église de Pie XII (1939-1958) [Pasolini 1980a, p. 116-125], un dialogue s’établit avec l’organisation jésuite de la Pro Civitate christiana au terme du règne de Jean XXIII (1958-1963). Le soutien de cette organisation catholique à un réalisateur n’ayant jamais caché ni son athéisme, ni son idéologie marxiste, illustre bien l’ouverture conciliaire de Vatican II (1962-1965) impulsée par Jean XXIII et menée à terme par son successeur, Paul VI (1963-1978). Non seulement cette collaboration allait rompre avec « la politique anticommuniste de Pie XII » [Romano 2007, p. 112], mais elle vient symboliquement révoquer le procès fait le 7 mars 1963 à La ricotta (1963) pour « outrage à la religion d’État ».

2Si l’attitude de Pasolini à l’égard de la religion n’est pas la même sous le règne de Pie XII que sous le pontificat réformiste de Jean XXIII, le poète n’a cessé, en tant que communiste, d’interroger l’Église catholique dans son rapport aux masses populaires. Dans une épigramme adressée « d’outre-tombe » à Pie XII (À un pape ; 1958), le poète rappelait que l’Église est aussi la religion de « milliers d’autres christs » [Pasolini 1990, p. 304] abandonnés à la pauvreté. L’Évangile selon Matthieu sera l’occasion de donner forme à une religion populaire, sinon à un christianisme primitif dont le communisme serait la manifestation politique sécularisée. Des borgate de Rome, Axis mundi des premiers films de Pasolini, la filmographie de Pasolini se déplace vers les paysages arides des Pouilles, de la Calabre et de la Basilicate, au plus près des couches paysannes qui composent l’Italie méridionale. En actualisant le drame chrétien dans le Sud de l’Italie, Pasolini investissait un monde archaïque et pré-historique d’une fonction messianique et émancipatrice – révolutionnaire, au sens marxiste du terme – à l’égard de la société italienne, alors en plein « boom économique ». Par l’intermédiaire du drame chrétien, Pasolini pouvait restituer une double promesse aux couches paysannes du sud : celle de la venue du règne de Dieu, conformément à l’évangile qu’il adapte au cinéma, et celle d’une révolution enracinée dans le monde paysan qui mettrait fin à la société de classes. C’était aussi, paradoxalement, une façon pour le réalisateur d’attribuer à la religion catholique un rôle historique dans l’émancipation du sous-prolétariat méridional, voire de l’encourager à soutenir le soulèvement des masses paysannes, traditionnellement les plus attachées à la religion catholique [Pasolini 2009, p. 129].

3Loin de faire « table rase » ou de vouloir refouler la tradition chrétienne, Pasolini se l’est au contraire appropriée dans une perspective marxiste. C’est même la tâche paradoxale qu’il assignait à cette idéologie politique. Dans l’hebdomadaire communiste Vie nuove, il écrit le 18 octobre 1962 : « Seule la révolution peut sauver le passé ». Il y reviendra dans La rage (La rabbia, 1963), ainsi que dans Vie nuove deux mois plus tard : « Tradition et marxisme. Oui, j’y insiste : seul le marxisme sauve la tradition ; seuls les marxistes aiment le passé » [Pasolini 1980b, p. 130]. S’il faut au marxisme sauver la tradition, c’est donc que celle-ci est susceptible de se perdre, de tomber dans l’oubli, au risque qu’il n’y ait plus de tradition à transmettre (traditio). Le marxisme serait donc pour le réalisateur l’ouvroir du passé : il doit le désenclaver pour qu’il devienne « un élément vivant et naturellement chargé d’énergie » [Pasolini 1980b, p. 56]. Dans une perspective révolutionnaire, la tradition est actualisée pour être mise au service d’une « nouvelle histoire » et « d’une vision nouvelle, régénératrice, énergique, amoureuse, de l’histoire de l’homme et de son passé » [Pasolini 1980b, p. 125 et p. 130]. La tradition n’est donc plus cantonnée au passé, mais doit tendre vers l’avenir pour contribuer à la lutte pour l’avènement d’une société sans classes. La tradition acquiert dans ces conditions une fonction critique à l’égard du présent, engageant avec le marxisme une double résistance – pathétique et politique, chrétienne et marxiste aux côtés de peuples exclus et exploités par la bourgeoisie industrielle de l’Italie du Nord.

4Tout en parvenant à satisfaire les exigences des autorités catholiques (le film sera primé par l’Office catholique international du cinéma [OCIC]), Pasolini a doté le sous-prolétariat méridional d’un enjeu révolutionnaire dans L’Évangile selon Matthieu. En choisissant les régions pré-industrielles du Sud de l’Italie, traditionnellement les plus attachées à l’Église catholique, Pasolini restituait le drame chrétien aux paysans méridionaux. Ce sont ces couches paysannes – dont est issu principalement le sous-prolétariat de Rome (Accattone, 1961 ; Mamma Roma, 1962 ; La ricotta, 1963) – qui servent de main-d’oeuvre à bas coût à la bourgeoisie industrielle du Nord [Pasolini 1981, p. 47], dans ces villes emblématiques de l’industrie de l’automobile et des luttes communistes, comme Turin par exemple. Dans Rocco et ses frères (Rocco e i suoi fratelli, 1960), Luchino Visconti avait admirablement montré le cas d’une famille quittant son village du Sud pour rejoindre ces villes industrielles (Milan, en l’occurrence), partagée entre nostalgie et espoir en un avenir meilleur. Pasolini, quant à lui, se cantonne au début des années 1960 à l’Italie méridionale, que ce soit aux marges de Rome, que l’on retrouvera pour une dernière fois dans Uccellacci e uccellini (1966), ou aux marges pré-industrielles de L’Évangile selon Matthieu. De ce côté-ci de l’Italie se trouve la « vraie pré-histoire » [Pasolini 2001b, p. 2856], tandis que le Nord se dirige vers une « nouvelle ère, dominée par la technologie, vers une nouvelle préhistoire [...] » [Pasolini 2001b, p. 2856]. À l’exclusion du Mezzogiorno, Pasolini répond par l’antithèse, en incluant le sous-prolétariat méridional dans des « cadres esthétiques » [Didi-Huberman 2012, p. 72] qui lui confèrent une « scène publique » [Rancière 2000, p. 68].

5C’est par l’intermédiaire du sous-prolétariat méridional – c’est-à-dire de la frange de la population qui travaille dans la partie non-industrielle de l’Italie [Pasolini 1981, p. 49] – que le poète va redonner vie à un christianisme archaïque, primitif, antérieur à l’institutionnalisation de l’Église. Il actualise des valeurs chrétiennes – pauvreté, humilité, fraternité – afin de mettre en crise la consommation de masse qui sévit au même moment en Italie. De telles valeurs deviennent scandaleuses au regard du monde moderne, de l’industrialisation, mais aussi de l’idéologie du confort et du bien-être que Pasolini ne cessera de dénoncer jusque dans les années 1970. Pasolini rappelait de cette façon ce que le communisme devait à cet héritage chrétien. Avant de devenir religion d’Empire au IVe siècle sous Constantin, le christianisme avait posé les bases d’une première société égalitaire et « communiste ». Ainsi peut-on lire par exemple dans les Actes des apôtres (2, 44-45) : « Tous ceux qui étaient devenus croyants étaient unis et mettaient tout en commun. Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens, pour en partager le prix entre tous, selon les besoins de chacun ». Antonio Gramsci, l’un des co-fondateurs du Parti communiste italien (PCI, fondé en 1921), aura lui-même établi cette comparaison :

Le parti communiste est, dans la période actuelle, la seule institution qui puisse être sérieusement confrontée avec les communautés religieuses du christianisme primitif ; dans la mesure où le Parti existe déjà, sur une échelle internationale, on peut tenter une comparaison et établir des degrés de valeur entre les militants de la Cité de Dieu et les militants de la Cité des Hommes ; le communiste n’est certes pas inférieur au chrétien des Catacombes. [Gramsci 1974, p. 392]

6Pour Gramsci, il revient aux communistes d’endosser l’héritage du premier afin de parachever l’œuvre entamée par les premières communautés chrétiennes. Dans ces conditions, le christianisme primitif et le communisme tendent moins à s’exclure, malgré leurs différences, qu’à se compléter pour mener respectivement une double résistance à l’égard d’un pouvoir répressif (l’Empire romain pour le christianisme primitif ; le capitalisme pour le communisme).

7Pasolini fera ressortir ces analogies dans L’Évangile selon Matthieu. En restituant la vie du Christ à travers son regard de poète marxiste et « celui d’un croyant du peuple italien » [Pasolini 1981, p. 42], le réalisateur élabore des agencements syncrétiques entre le drame chrétien et un projet marxiste dont le sous-prolétariat constitue le sujet politique. Cependant, le réalisateur est inféodé à la traduction établie en collaboration avec la Pro Civitate christiana (Subini 2006, p. 223-237) : il doit donc composer, en dépit de son athéisme et de son idéologie marxiste, avec le messianisme judéo-chrétien – le « royaume des cieux » tant de fois annoncé dans l’évangile de Matthieu. En choisissant de représenter le « sous-prolétariat hébreu » par le « sous-prolétariat méridional » [Pasolini 1999, p. 816], le règne de Dieu revenait aux paysans méridionaux, devenant par substitution le peuple élu ayant scellé l’Alliance avec Dieu. Pasolini va donner à cette promesse messianique une inflexion marxiste, en sorte que les paysans du Sud recevront par ce film deux promesses : celle du royaume de Dieu qu’imposait l’adaptation de l’évangile, et celle, marxiste, d’une société sans classes qui mettrait un terme à leur exclusion et à leur exploitation sociales.

8On s’en aperçoit dès le début du film, quand il revient au Précurseur, Jean-le-Baptiste (Mario Socrate), d’annoncer l’avènement du royaume des cieux à des enfants et à des adultes « couverts de vêtements pauvres » [Pasolini 2001a, p. 498] (cf. fig. 1).

fig. 1

9Parmi eux on distingue le visage de deux « intellectuels » [Pasolini 2001a, p. 498] qui figureront parmi la communauté apostolique : Jacques (Luigi Barbini : cf. fig. 3) et Jean (Giacomo Morante : cf. fig. 3).

fig. 2

fig. 3

10C’est à cette assemblée de pauvres à laquelle s’adresse le dernier prophète de l’Ancien Testament : « Repentez-vous, car le royaume des cieux [il regno dei cieli] est proche. » [Pasolini 2001a, p. 498]. Mais envers les pharisiens et les sadducéens, dont les visages sont « durcis par le privilège économique et spirituel » [Pasolini 2001a, p. 499] (cf. fig. 4), Baptiste change de ton. Le prêche se change en invective : « Race de vipère ! » (razza di vipere), leur lance-t-il avec défiance.

fig. 4

11L’opposition de tons, de visages (doux/endurcis), mais aussi des « vêtements pauvres », par contraste avec « le faste et l’élégance de la classe supérieure » [Pasolini 2001a, p. 499], élabore une première configuration politique entre le sacré et le profane, entre d’un côté une assemblée consacrée par la pauvreté et la douceur, et de l’autre les détenteurs de la Loi et de la richesse. Puis arrive Jésus, qui à la vue de Baptiste rappelle leur vocation messianique : « Il convient que nous accomplissions toute justice. » [Pasolini 2001a, p. 500]

12Avant même d’avoir fondé la communauté apostolique, Jésus croise en chemin cinq paysans auxquels il adresse l’injonction formulée par Jean-le-Baptiste : « Repentez-vous, le royaume des cieux est proche. » Les paysans se retournent à son passage, stupéfaits (cf. fig. 5 et 6).

fig. 5

fig. 6

13Si cette première rencontre avec le peuple hébreu semble à première vue dérisoire, Pasolini lui confère d’emblée un enjeu politique – la lutte des classes – en y apposant un chant révolutionnaire russe (« Oh ma vaste steppe ! »). Les paysans méridionaux entrent en analogie avec les paysans russes qui avaient largement contribué à la révolution de 1917 [Pasolini 1980a, p. 72]. Dédié à l’immensité de la Russie, ce choeur s’élevait à partir d’un panoramique embrassant des étendues arides et archaïques (cf. fig. 7 et 8).

fig. 7

fig. 8

14En même temps que leur sont annoncés le royaume des cieux, les paysans et les paysages se voient investis d’un enjeu révolutionnaire. C’est ce choeur russe, en outre, qui vient solidariser ce sujet politique – les paysans méridionaux – à la communauté apostolique que Jésus constitue aussitôt après. De même que Jésus provient du sous-prolétariat hébreu, c’est vers lui qu’il retourne pour composer sa communauté d’apôtres. Pierre (Settimio di Porto) et André (Alfonso Gatto), les deux premiers, retirent leurs filets de la mer quand Jésus les appelle à devenir « pêcheurs d’hommes ». Les deux apôtres suivants sont aussi d’humbles pêcheurs : il s’agit de Jacques et de Jean, que l’on avait déjà aperçus lors de l’épisode du baptême. Cette communauté apostolique rassemble organiquement des sous-prolétaires et des « intellectuels » : ce sont « des amis de Pasolini, tous artistes, poètes ou intellectuels – Giorgio Agamben, Alfonso Gatto, Ferruccio Nuzzo, Enzo Siciliano et le neveu d’Elsa Morante, magnifique saint Jean – avec un jeune paysan calabrais, deux ragazzi du ghetto de Rome et trois italiens méridionaux “presque analphabètes”. » [Didi-Huberman 2012, p. 204]. Une fois les apôtres rassemblés, la communauté se rend auprès des paysans méridionaux, à commencer par les plus faibles – ceux qui entreront les premiers au royaume des cieux : les paralytiques, les malades, les pauvres, les enfants. Une première assemblée de paysans se constitue autour de lui, venue écouter son premier discours – le Sermon sur la montage (cf. fig. 9).

fig. 9

15À la composition horizontale instaurant une égalité entre les personnages s’ajoute un enseignement qui renverse les valeurs antiques [Auerbach 2003, p. 160-163] :

Bienheureux les pauvres en esprit car le règne des cieux est à eux.
Bienheureux ceux qui pleurent car ils seront consolés.
Bienheureux les doux qui recevront la terre.
Bienheureux les affamés et les assoiffés de justice parce qu’ils seront rassasiés.
Bienheureux les miséricordieux, car ils obtiendront la miséricorde.
[Pasolini 2001a, p. 508]

16La pauvreté n’est plus un vice excluant de la communauté politique [Dover 1982, p. 136], mais devient une vertu au regard du royaume des cieux. À cet amour des pauvres répond la véhémence particulière du Christ à l’égard de la richesse. La rencontre avec un jeune homme riche est en ce sens exemplaire. Ce dernier lui demande comment faire pour avoir la « vie éternelle » (vita eterna). Après lui avoir présenté les premiers commandements – ne pas tuer, ne pas commettre d’adultère, ne pas voler, ne pas faire de faux témoignages, honorer ses parents, enfin aimer son prochain comme soi-même –, l’homme dit satisfaire ces conditions. Jésus en ajoute un dernier : « Si tu veux être parfait, va, vends ce que tu as, donne-le aux pauvres et tu auras un trésor dans le ciel ; puis viens et suis-moi » [Pasolini 2001a, p. 585]. Accablé, le jeune homme détourne le regard et se retire. Jésus ajoute en le regardant partir :

En vérité je vous dis qu’un riche entrera difficilement dans le royaume des cieux. Il est plus facile au chameau de passer par le chas d’une aiguille, qu’à un riche d’entrer dans le royaume des cieux. [Matthieu 19, 24 ; Marc 10, 25 ; Luc 18, 25 ; Pasolini 2001a, p. 585]

17Cette opposition à la richesse – par analogie avec le capital et la classe dirigeante – peut se prêter à une interprétation marxiste, sinon à enjoindre les marxistes et les chrétiens à instaurer « une entente qui rejette vers sa triste réalité le matérialisme bourgeois » [Pasolini 1980b, p. 144].

18C’est dans la ville sainte de Jérusalem, au plus près du pouvoir religieux et du pouvoir politique, que Jésus se rend pour formuler ses dernières prédications publiques, s’exposant ouvertement à ceux qui lui sont hostiles. Il y entre porté par un âne, accueilli par une « foule en liesse » (folla festante) composée d’enfants, d’hommes et de femmes en joie. Sur le parvis du temple, voyant que le lieu de prière est devenu une « caverne de voleurs » [Pasolini 2001a, p. 594], Jésus vient troubler l’ordre publique, renversant les tables des agents de change et des vendeurs de colombes (cf. fig. 10).

fig. 10

19Dans les notes qu’il rassembla pour faire un film sur Jésus, Carl Theodor Dreyer rappelait que cet acte constituait « une telle violation de l’ordre social que les Romains, aussi bien que les autorités juives, ne purent que s’indigner [...] » [Dreyer 1997, p. 85]. C’est ainsi que les pharisiens sortent du temple, regroupés comme une classe de privilégiés au sein d’un même cadre (cf. fig. 11). À cette « Église » au service de la richesse, statique et scandalisée, s’oppose l’arrivée soudaine d’« aveugles, de boiteux, de malades » [Pasolini 2001a, p. 594], suivis d’enfants qui rient et piaillent comme de petits oiseaux (cf. fig. 12).

fig. 11

fig. 12

20Toujours sur le parvis du temple de Jérusalem, au plus près du pouvoir religieux, une autre confrontation opposera ensuite la communauté messianique rassemblée par Jésus à un groupe de « prêtres » (sacerdoti). Les visages rieurs de ragazzetti, d’apôtres et de paysans (cf. fig. 13) contrastent avec les visages fermés et suspicieux des prêtres (cf. fig. 14).

fig. 13

fig. 14

21Un autre plan nous fera peu après découvrir ceux qui accompagnent les prêtres, respectivement encadrés par « caste », mais dans une convergence d’intérêts communs : les saducéens, les marchands du temple, et les soldats romains dont la présence incongrue a été soulignée par les consultants de la Pro Civitate christiana [Subini 2006, p. 235-236], tous représentants de l’ordre établi (cf. fig. 15 et 16).

fig. 15

fig. 16

22C’est dans cette séquence aussi que sera prononcée la fameuse phrase de Jésus, lorsqu’un hérodien lui présente une pièce à l’effigie de l’empereur : « Rendez à César ce qui appartient à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » [Matthieu 22, 21 ; Marc 12, 17 ; Luc 20, 25 ; Pasolini 2001a, p. 600]. Fort de l’opposition opérée par les champs-contrechamps, par les cadrages, par les visages et les conditions sociales, cette remarque transporte une charge critique à l’égard du pouvoir romain et des docteurs de la Loi.

23La séquence suivante – selon nous l’une des plus bouleversantes du film – unit l’œuvre publique de Jésus à l’enjeu révolutionnaire du marxisme. Déjà la figure messianique devient presque imperceptible au sein de ces assemblées populaires (cf. fig. 17 et 18), confondu et faisant corps avec elles, au milieu des habitations troglodytes de Matera.

fig. 17

fig. 18

24On peut alors apprécier le travail accompli par l’enseignement publique professé par le Christ. Le premier rassemblement modeste des paysans, lors du Sermon sur la montagne, est devenu une assemblée puissante et attentive, qui se sent plus que jamais concernée par les paroles du Christ. Non seulement le sous-prolétariat hébreu s’est considérablement élargi, mais il manifeste sans détour son acquiescement aux paroles du Christ. Sa prédication passe sur leurs visages (cf. fig. 19, 20 et 21), à moins que ce ne soient les germes d’une conscience de classe.

fig. 19

fig. 20

fig. 21

25L’oeuvre publique de Jésus rencontre l’action révolutionnaire par l’intermédiaire de deux chants russes se relayant. Un choeur de femmes, aux intonations « religieuses », se mêle aux paroles de Jésus dénonçant les injustices causées par les pharisiens et des scribes. Il faut au passage souligner l’engagement total de celui qui a prêté sa voix au Christ, Enrico Maria Salerno, dont l’interprétation passionnée confère à ce corps filiforme un charisme puissant auprès des assemblées paysannes. On est proche de l’invective politique, où chaque prédication est martelée par un « Gare à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! » (Guai a voi, scribi e farisei ipocriti !). Ce sont donc, au niveau de l’espace sonore, deux forces qui se rencontrent et se soutiennent mutuellement, au moment où Jésus est en train de mener une « œuvre historique » en portant « ces foules sous-prolétaires à l’histoire » [Pasolini 1999, p. 816]. Puis les soldats tenteront une première fois de capturer Jésus, mais en vain : ils seront repoussés par les sous-prolétaires, plus nombreux.

26Le révolutionnaire est enfin capturé au jardin de Gethsémani, puis présenté comme un « petit délinquant » [Pasolini 2001a, p. 635] devant le Grand-Prêtre (Caïphe) et le Sanhédrin. Après avoir convoqués deux faux témoins, ils décident de le condamner à mort pour blasphème (« Ha bestemmiato ! »), Jésus s’étant auto-proclamé « le Fils de l’Homme assis à la droite du Tout-Puissant » – assumant ainsi sa vocation messianique. Il est ensuite livré à Ponce Pilate, le gouverneur romain de Judée. Comme c’est jour de Pâques, Pilate demande qui, de Barrabas ou de Jésus, il doit libérer. Sous l’influence des pharisiens, des voix s’élèvent pour demander la libération de Barabbas. Et quand Pilate demande ensuite quel mal a fait Jésus, des voix se mettent à hurler de plus belle : « Qu’il soit crucifié ! À mort ! » Le gouverneur se déclare alors « innocent du sang de ce juste », c’est-à-dire indépendant à l’égard de la sentence prononcée. Jésus est conduit au mont Golgotha pour être crucifié.

27Enfin, de façon miraculeuse, le Christ réapparaît une dernière fois aux paysans et aux apôtres sur le mont des Oliviers, moins nombreux qu’ils n’étaient lors des précédentes prédications (cf. fig. 22 et 23).

fig. 22

fig. 23

28Dans un dernier mouvement positif et fédérateur, tendu vers l’avenir et le rassemblement de tous les hommes, Jésus confie à cette dernière assemblée une recommandation universelle :

Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre. Allez donc, faites-vous prosélytes de tous les peuples [tutti i popoli] en les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer ce que je vous ai commandé. Voici que je suis avec vous jusqu’à la fin du monde. [Pasolini 2001a, p. 652]

29Au sous-prolétariat méridional incombe une responsabilité historique, celle d’unir tous les peuples de la terre pour ne faire plus qu’« un peuple appelé et réconcilié, en attendant le jour où toute l’humanité sera réunie dans le royaume de Dieu à venir. » [Dupuy 1998, p. 297]. De son action terrestre – de son prosélytisme – dépendra l’avènement du royaume des cieux, en sorte que la responsabilité historique s’inscrit dans une perspective méta-historique, tendue vers un idéal qui coïnciderait avec le règne de Dieu. Or, Pasolini fait remarquer qu’il existe à cet endroit une « possibilité de coïncidence entre la position idéologique d’un catholique et celle d’un marxiste » [Pasolini 1999, p. 804]. Un « marxiste est un homme religieux » [Pasolini 1999, p. 803], dit-il, dès lors que l’histoire de la lutte des classes « implique, postule un moment d’a-historicité (astoricità), pour le moins idéal. » [Pasolini 1999, p. 803]. L’avènement d’une société sans classes implique une suspension de l’histoire qui la rapproche in extremis de la promesse d’un peuple réconcilié et réuni au sein du royaume des cieux. Et par l’intermédiaire de la Missa Luba congolaise qui accompagne cette dernière recommandation, cette espérance universelle devient tiers-mondiste : elle porterait l’émancipation politique des sous-prolétaires méridionaux et de tous les sous-prolétaires du tiers-monde, dans une grande internationale des peuples des marges qui était préfigurée dans La rage (1963) :

Pour moi, je le répète, les révolutions sont faites dans le monde par les peuples actuellement les plus proches de la terre, la révolution d’Octobre est une révolution de paysans, celles de Cuba et d’Algérie également. Je n’invente rien. Je n’y peux rien, mais c’est un fait que l’encerclement des villes par les campagnes détermine les grands problèmes politiques du monde. [Pasolini 2006, p. 29]

30Des paysages de l’Italie méridionale aux steppes de Russie, des paysans méridionaux aux sous-prolétaires algériens et cubains (La rage), ces peuples de la terre constituent pour Pasolini le levier de l’histoire. Les contaminations stylistiques conduisent à voir Jésus non seulement comme une figure messianique conforme au point de vue de croyant, mais aussi comme un révolutionnaire permettant aux paysans d’acquérir progressivement une conscience de classe. L’action publique menée par Jésus – interprété par un syndicaliste espagnol anti-franquiste, Enrique Irazoqui – devient en quelque sorte l’archétype d’un engagement révolutionnaire.

31Cette révolution attendue des paysans doit être mise en rapport avec le règne de Jean XXIII, qui représentait pour Pasolini le « seul élément positif dans le domaine de la culture italienne » [Pasolini 1999, p. 793] depuis les années 1950 [Pasolini 1999, p. 788]. Avec ce film dédié à « La chère, tendre, et familière mémoire de Jean XXIII », Pasolini encourageait l’ouverture démocratique initiée par ce pape qui fut « le premier homme de l’Église, à un niveau suprême [...], qui aura conduit l’Église à vivre au plus haut niveau l’expérience laïque et démocratique de notre siècle » [Pasolini 1999, p. 794]. En rupture avec la politique fermement anti-communiste de Pie XII, Jean XXIII avait à l’inverse établi un « mouvement démocratique de rapprochement avec les ennemis classiques de l’Église » [Pasolini 1999, p. 796]. Cela a été une « profonde révolution dans l’Église », dira Pasolini, car de « cette expérience fondamentale, laïque et démocratique de la bourgeoisie, il y a de nouvelles réalités, il y a la réalité du socialisme » [Pasolini 1999, p. 795]. On entrevoit cette ouverture dans le paragraphe dédié à l’« Équilibre entre populations, terres et capitaux » dans l’encyclique Pacem in Terris (11 avril 1963), où le pape n’hésite à pas à sortir de ses domaines réservés pour contribuer à une répartition plus équitable des capitaux :

Nous estimons opportun que, dans toute la mesure du possible, le capital se déplace pour rejoindre la main-d'œuvre et non l'inverse. Ainsi, on permet à des foules de travailleurs d'améliorer leur condition sans avoir à s'expatrier, démarche qui entraîne toujours des déchirements et des périodes difficiles de réadaptation et d'assimilation au nouveau milieu.

32C’est en quelque sorte ce que fit Pasolini en se cantonnant à la partie méridionale du pays, que ce soit aux marges de Rome ou dans les régions agraires de L’Évangile selon Matthieu. Dans un mouvement centrifuge, ses films s’élargiront ensuite aux marges du tiers-monde (Médée, Œdipe roi, Les Mille et Une Nuits par exemple).

33L’Église est une institution qui doit se mettre au service de l’émancipation des peuples colonisés (La rage) et exploités par la bourgeoisie industrielle du Nord de l’Italie (L’Évangile selon Matthieu). Elle ne peut être qu’hostile à la bourgeoise (telle est la critique que Pasolini adressait à l’Église de Pie XII) et au développement du capitalisme. Le rôle attribué au sous-prolétariat méridional va de pair avec la responsabilité qui incombe à l’Église catholique. Du reste, le Vatican ne réside-t-il à Rome, dans la partie méridionale de l’Italie ? L’enjeu, comme Pasolini le rappellera dans son dernier recueil de poèmes intitulé La nuova gioventù (La Nouvelle jeunesse), en est la « nouvelle révolution des pauvres » [Pasolini 2003, p. 304].

34En décernant à L’Évangile selon Matthieu le Grand Prix de l’Office catholique international du cinéma (OCIC) lors du Festival de Venise (27 août-10 septembre 1964), les organisations catholiques encourageront sous le règne de Paul VI l’ouverture démocratique initiée par son prédécesseur. Rappelons le commentaire du jury de l’OCIC, alors présidé par André Ruszkowski  :

Le jury a attribué son grand prix à ce film car le réalisateur a exprimé en images d’une réelle dignité esthétique l’essentiel du texte sacré. Le réalisateur – sans renoncer à sa propre idéologie – a traduit fidèlement, avec une simplicité et une densité humaine parfois saisissante, le message social de l’Évangile – en particulier l’amour pour les pauvres et les opprimés – tout en respectant la dimension divine du Christ. [Molhant 1999, p. 59]

35Pour la première fois, Pasolini recevait un prix de la part d’une organisation catholique. Cette distinction signait la « victoire » de l’aile progressiste sur l’aile conservatrice de l’Église, qui avait à l’époque dénoncé le film. Pour faire taire les dernières réticences qui s’élevaient contre cette récompense, le Conseil Général de l’OCIC se réunira l’année suivante à Assise (1965) et confirmera sa décision en octroyant à Pasolini le Grand Prix Annuel de l’OCIC [Bonneville 1998, p. 113]. Pasolini, au moment de venir chercher son prix à Assise, ne cachait pas qu’il avait voulu « donner vie à une des grandes croyances de notre civilisation, en toute loyauté et dans le respect de son authenticité » [Bonneville 1998, p. 113].

36En France, par l’intermédiaire des Fiches du cinéma [Leveratto, Montebello 2011, p. 54-63], la Centrale catholique du cinéma, de la radio et de la télévision (CCRT) s’alignera sur l’évaluation du jury de l’OCIC. L’Évangile selon Matthieu obtient la cotation 3B – le film peut être vu en famille – et recueille trois étoiles – le film est artistiquement de grande qualité. Le commentaire est très enthousiaste. Il souligne l’hétérogénéité formelle du film, l’accord d’un style documentaire à des aspects mélodramatiques, voire sulpiciens, qui n’enlèvent rien au « très haut niveau lyrique » de l’oeuvre [Fiche du cinéma 1966, p. 286-287]. De même, le visage « troublant » du Christ parvient à rendre la « présence mystérieuse de l’Homme-Dieu ». La Fiche du cinéma souligne aussi cette « poésie toute simple », le « dépouillement » et la « sobriété » qui règnent dans l’oeuvre. Contrairement à Accattone, que la Centrale catholique du cinéma avait réservé à des spectateurs avertis [Fiche du cinéma 1962], l’organisation catholique recommande L’Évangile selon Matthieu « à un très large public familial » [Fiche du cinéma 1966, p. 288]. À Rome, une projection exceptionnelle réunira huit cents évêques [Bonneville 1998, p. 113-114], quand Pasolini se rendra à la projection organisée à la cathédrale Notre-Dame de Paris [Naldini 1991, p. 287].

37Le pape François semble aujourd’hui renouer avec la politique réformiste de Jean XXIII et de Paul VI. Le premier pape d’Amérique n’hésite pas à dénoncer les excès du capitalisme et à prendre position en faveur des exclus, des réfugiés de Lampedusa aux minorités victimes du fondamentalisme religieux. C’est du saint de la pauvreté, François d’Assise, dont le pape se réclame en ayant adopté son nom. Toutefois, la pauvreté de saint François, précise le pape dans l’encyclique Laudato si’ (24 mai 2015), n’est pas « un ascétisme purement extérieur » mais « quelque chose de plus radical : un renoncement à transformer la réalité en pur objet d’usage et de domination. » En cela saint François est le précurseur et le modèle d’une « écologie intégrale, vécue avec joie et authenticité » [Lettre encyclique Laudato si’ du Saint-Père François]. Ces préoccupations furent celles de Pasolini dans les années 1970, qui s’emparait des journaux pour alerter l’opinion sur la destruction anthropologique et écologique produite par le développement du capitalisme. La réalisation des Murs de Sanaa (Le mura di Sana, 1970), adressée à l’UNESCO, ou encore son article déplorant la « disparition des lucioles » (1er février 1975) [Pasolini 2009, p. 180-189], répondent à l’urgence de protéger le passé et la vie face à une menace apocalyptique devenue totalisante pour l’humanité. Avec son amour pour le sous-prolétariat, c’est aussi une joie franciscaine qui animait Pasolini. Celle-ci se cristallisera dans Uccellacci e uccellini sur Ninetto Davoli, sautillant comme un petit oiseau échappé des Fioretti aux côtés de Totò (cf. fig. 24 et 25).

fig. 24

fig. 25

38C’est en ange annonciateur qu’il réapparaîtra dans Théorème (cf. fig. 26 et 27), où sa joie et sa gaieté contrastent avec les visages sinistres de la bourgeoisie milanaise.

fig. 26

fig. 27

39Il reviendra ensuite à Paul (Massimo Girotti), en se déshabillant dans la gare de Milan (cf. fig. 28, 29 et 30), d’actualiser le geste scandaleux par lequel saint François renonça à la vie mondaine [Le Goff 1999, p. 64].

fig. 28

fig. 29

fig. 30

40En se dépouillant de tout ce qu’il possédait, Paul se retourne contre sa classe sociale (la bourgeoisie) pour se convertir à la pauvreté franciscaine. Il n’y a dès lors ni ressources naturelles, ni ressources humaines à exploiter. Un monde s’ouvre avec un dernier cri tendu vers l’absolu (cf. fig. 31), tel un projectile voué à ne jamais retomber.

fig. 31

Haut de page

Bibliographie

Erich Auerbach, Figura. La Loi juive et la Promesse chrétienne (1938), trad. Diane Meur, Paris, Macula, coll. « Argô », 2003.

Léo Bonneville, Soixante-dix ans au service du cinéma et de l’audiovisuel. Organisation catholique internationale du cinéma (OCIC), Québec, éditions Fides, 1998.

Georges Didi-Huberman, Peuples exposés, peuples figurants. L’Œil de l’histoire, 4, Paris, Éditions de Minuit, coll. « Paradoxe », 2012.

K. J. Dover, Homosexualité grecque (1978), trad. Suzanne Saïd, Grenoble, Éd. La pensée sauvage, 1982.

Carl Theodor Dreyer, Réflexions sur mon métier, Paris, Cahiers du cinéma, coll. « Petite bibliothèque des Cahiers du cinéma », 1997.

Bernard Dupuy, Entrée « Ecclesiologie », dans Dictionnaire de la Théologie chrétienne, Paris, Encyclopaedia Universalis et Albin Michel, 1998.

Antonio Gramsci, Écrits politiques, I, 1914-1920, trad. Marie-Gracieuse Martin-Gistucci, Gilbert Moget, Robert Paris, Armando Tassi, Paris, Éditions Gallimard, 1974.

Hervé Joubert-Laurencin, Pasolini, portrait du poète en cinéaste, Paris, Cahiers du cinéma, 1995.

Jacques Le Goff, Saint François d’Assise, Paris, Éditions Gallimard, 1999.

Jean-Marc Leveratto et Fabrice Montebello, « L’Église, les films et la naissance du consumérisme culturel en France. Les Fiches du cinéma », dans Denis Maréchal, Cécile Méadel, Isabelle Veyrat-Masson (dir.), Le Temps des médias, n° 17, Automne 2011, « Communiquer le sacré ».

Robert Molhant, Prix de l’OCIC dans les festivals de cinéma. Grands Prix de l’OCIC 1947-1966. Les vingt premières années, Bruxelles, Éditions OCIC, 1999.

Nico Naldini, Pasolini, biographie (1989), trad. René de Ceccatty, Paris, Éditions Gallimard, 1991.

Pier Paolo Pasolini, Poésies, 1953-1964, trad. José Guidi, Paris, Éditions Gallimard, 1980a.

Pier Paolo Pasolini, Dialogues en public 1960-1965, trad. F. Dupuigrenet Desroussilles, Paris, Éditions du Sorbier, 1980b.

Pier Paolo Pasolini, « Pasolini l’enragé », dans Pasolini cinéaste, Cahiers du cinéma, hors-série, Éditions de l’Étoile, 1981.

Pier Paolo Pasolini, Écrits corsaires, trad. Philippe Guilhon, Paris, Flammarion, coll. « Champs Contre-Champs », 1987.

Pier Paolo Pasolini, Poésies 1943-1970, trad. Nathalie Castagné, René de Ceccatty, José Guidi, Jean-Charles Vegliante, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier », 1990.

Pier Paolo Pasolini, Saggi sulla politica e sulla società, in Walter Siti (dir.), Tutte le opere, Milan, Arnoldo Mondadori Editore, 1999.

Pier Paolo Pasolini, Per il cinema, t. I, in Tutte le opere, Walter Siti (dir.), Milan, Arnoldo Mondadori Editore, coll. « I Meridiani », 2001a.

Pier Paolo Pasolini, Per il cinema, t. II, in Tutte le opere, Walter Siti (dir.), Milan, Arnoldo Mondadori Editore, coll. « I Meridiani », 2001b.

Pier Paolo Pasolini, La Nouvelle jeunesse. Poème frioulans 1941-1974, trad. Philippe Di Meo, Paris, Éditions Gallimard, 2003.

Pier Paolo Pasolini, Entretiens avec Jean Duflot (1969), Paris, Éditions Gutenberg, 2007.

Jacques Rancière, Le partage du sensible. Esthétique et politique, Paris, La Fabrique éditions, 2000.

Sergio Romano, La foi et le pouvoir. Le Vatican et l’Italie de Pie IX à Benoît XVI (2005), trad. Anne Guglielmetti, Paris, Buchet / Chastel, 2007.

Tomaso Subini, « Il dialogo tra Pier Paolo Pasolini e la Pro Civitate christiana sulla scenegiattura de Il Vangelo secondo Matteo », dans Ruggero Eugeni et Dario E. Viganò, Attraverso lo schermo. Cinema e cultura cattolica in Italia, vol. II, Dagli anni Trenta agli anni Sessanta, Rome, Ente dello Spettacolo, 2006.

« Lettre encyclique du souverain pontife Jean XXIII », Pacem in Terris (11 avril 1963).

« Lettre encyclique Laudato si’ du Saint-Pierre François sur la sauvegarde de la maison commune » (24 mai 2015).

Analyse générale des films 1963 (saison 1962), Suppléments aux « Fiches du cinéma », Paris, Éditions OCFC- « Penser Vrai », 1963.

Analyse générale des films 1966 (saison 1965), Suppléments aux « Fiches du cinéma », Paris, Éditions OCFC- « Penser Vrai », 1966.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-1.png
Fichier image/png, 420k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-2.png
Fichier image/png, 345k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-3.png
Fichier image/png, 352k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-4.png
Fichier image/png, 368k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-5.png
Fichier image/png, 386k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-6.png
Fichier image/png, 477k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-7.png
Fichier image/png, 436k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-8.png
Fichier image/png, 313k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-9.png
Fichier image/png, 369k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-10.png
Fichier image/png, 489k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-11.png
Fichier image/png, 487k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-12.png
Fichier image/png, 458k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-13.png
Fichier image/png, 550k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-14.png
Fichier image/png, 343k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-15.png
Fichier image/png, 552k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-16.png
Fichier image/png, 556k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-17.png
Fichier image/png, 527k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-18.png
Fichier image/png, 556k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-19.png
Fichier image/png, 378k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-20.png
Fichier image/png, 463k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-21.png
Fichier image/png, 446k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-22.png
Fichier image/png, 440k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-23.png
Fichier image/png, 393k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-24.png
Fichier image/png, 409k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-25.png
Fichier image/png, 378k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-26.png
Fichier image/png, 422k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-27.png
Fichier image/png, 270k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-28.png
Fichier image/png, 319k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-29.png
Fichier image/png, 301k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-30.png
Fichier image/png, 291k
URL http://theoremes.revues.org/docannexe/image/901/img-31.png
Fichier image/png, 374k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Millot, « Penser l’Église catholique avec l’émancipation politique du sous-prolétariat », ThéoRèmes [En ligne], 10 | 2017, mis en ligne le 18 janvier 2017, consulté le 30 mars 2017. URL : http://theoremes.revues.org/901 ; DOI : 10.4000/theoremes.901

Haut de page

Auteur

Loïc Millot

Docteur en Esthétique et Histoire du cinéma École doctorale Fernand Braudel / Laboratoire 2L2S Université de Lorraine

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
ThéoRèmes – Enjeux des approches empiriques des religions est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page