Navigation – Plan du site

Le Disciple de Jésus-Christ, revue du pasteur Martin-Paschoud

André Encrevé

Résumé

Le Disciple de Jésus-Christ est publié pendant plus de trente ans (de 1840 à 1873). Pourtant, cette revue demeure mal connue. Tout d’abord parce qu’elle change plusieurs fois de ligne. De 1840 à 1850 elle est surtout centrée sur l’édification. Dans les années 1850, elle défend les positions théologiques des libéraux, mais sans abandonner ses préoccupations initiales. Enfin, à partir de 1860, son directeur, le pasteur Martin-Paschoud, décide d’en faire l’organe du libéralisme extrémiste. Mais alors elle se coupe des libéraux modérés, qui sont les plus nombreux, ce qui nuit à son rayonnement.

Haut de page

Texte intégral

1Rédigeant, au début de l’année 1861, un prospectus dans le but de tenter de développer l’audience de sa revue, Le Disciple de Jésus-Christ Joseph Martin-Paschoud la présente en ces termes :

  • 1 Prospectus relié avec le volume 1 de l’année 1861 du Disciple de Jésus-Christ (désormais DJC) dans (...)

Ses principes, on le sait, sont ceux du vrai Protestantisme, ses doctrines celles de Jésus-Christ, son but l’alliance universelle des hommes avec Dieu et des hommes avec les hommes, c’est-à-dire la volonté de Dieu accomplie, le salut des hommes assuré. 1

2On le voit, le pasteur Martin-Paschoud n’est pas très précis. De fait, le « vrai » protestantisme et les « doctrines de Jésus-Christ » peuvent être réclamés par toutes les tendances du protestantisme français, au même titre que l’accomplissement de la volonté de Dieu, dont tous les chrétiens peuvent se réclamer.

  • 2 Orentin Douen, notice sur « Martin-Paschoud » dans l’Encyclopédie des Sciences religieuses, vol. 8, (...)

3Je vais donc tenter d’être un peu plus précis et je vais vous présenter rapidement cette revue, finalement assez peu connue – elle est moins citée que la Revue de Strasbourg ou que la Revue chrétienne – bien qu’elle ait été publiée pendant plus de trente ans (de 1840 à 1873), qu’elle ait ouvert ses colonnes à des « pasteurs de la tendance libérale la plus avancée », comme l’écrit O. Douen, libéral lui-même, dans l’Encyclopédie des sciences religieuses2, et que son directeur ait eu pour elle de vastes ambitions. Ne souhaitait-il pas, au dire de Jules Steeg en faire :

  • 3 Jules Steeg, article sur Martin-Paschoud publié à la fin du dernier numéro du DJC : 1873, p. 596-59 (...)

[…] un organe important du christianisme libéral, de la science religieuse, une sorte de Revue des Deux-Mondes protestante, dans les limites modestes où notre nombre restreint nous enferme.3

4Pour ce faire je vais tout d’abord présenter son directeur, puis j’évoquerai les grandes phases de l’évolution de cette revue, et enfin je tenterai de préciser la tendance du protestantisme libéral dont cette revue s’est fait le porte parole.

1) Joseph Martin-Paschoud

  • 4 [Stelling-Michaud 1975, p. 453] et [Encrevé 1993, p. 316-317, notice sur Martin-Paschoud rédigée pa (...)

5Joseph Martin est né à Nîmes le 6 octobre 1802, et mort aux Loges-en-Josas, près de Versailles, le 24 mai 1873. Il est le fils de Jean Martin, négociant – et protestant très convaincu, puisqu’il remplit les fonctions de « lecteur » le dimanche lors des cultes dominicaux – et de Marie Touret4.

  • 5 Voir l’article nécrologique sur Martin-Paschoud, rédigé par Auguste Laurent Montandon, dans [DJC 18 (...)
  • 6 La loi précise que les pasteurs doivent avoir fait leurs études de théologie en France ; de ce fait (...)

6Après des études secondaires au Lycée de Nîmes, il commence en 1819 des études de théologie à la Faculté de Montauban5. Toutefois, dès 1820 il vient à Genève et il y effectue le reste de ses études, terminées en 1827 par une « thèse » (court mémoire, en réalité), soutenue à Strasbourg pour qu’il puisse exercer son ministère en France6, et intitulée De l’esclavage ancien et des causes de sa cessation. Il y développe, naturellement, l’idée que le christianisme a « exercé une influence capitale » [Paschoud, 1827, p. 15] dans le processus qui a permis la suppression de l’esclavage antique. Le choix de ce sujet montre, d’ailleurs, l’orientation générale de sa pensée, marquée par l’enseignement qu’il a reçu, et plus portée vers les conséquences éthiques que l’on peut tirer de l’Évangile que vers les spéculations dogmatiques sur la trinité ou sur l’expiation, par exemple.

7Pendant ses études, il épouse le 27 septembre 1826 Adeline Paschoud, fille d’un libraire genevois et il prend l’habitude de se faire appeler Martin-Paschoud, nom qu’il conserve jusqu’à sa mort et dont il signe ses écrits. Consacré au ministère pastoral le 8 avril 1827 à Strasbourg, il est brièvement pasteur à Luneray petite commune située près de Dieppe (Seine-Maritime) entre janvier et juillet 1828 puis, le 16 juillet 1828, il est nommé pasteur à Lyon.

  • 7 Il écrit à ce propos : « Nous étions fort jeunes tous deux [A. Monod et lui-même]. Nous avions été (...)
  • 8 J. Martin-Paschoud précise : « […] je l’estimais, je le respectais, je l’aimais de toute mon âme. I (...)

8Il y retrouve, notamment, le pasteur Adolphe Monod (1802-1856) dont il a été le condisciple à Genève et dont il est l’ami7. Mais rapidement A. Monod entre en conflit avec ses collègues et avec la majorité des membres du consistoire, en raison des opinions revivalistes très affirmées auxquelles il adhère désormais. En particulier, il souhaite revenir aux usages anciens et ne pas laisser communier tous les fidèles qui le désirent ; au contraire il voudrait avoir la possibilité de faire un tri entre les paroissiens qu’il considère comme « convertis » et qui pourront communier, et ceux qu’il regarde comme « inconvertis » et qui ne seront pas autorisés à communier. Le conflit s’envenimant, A. Monod est finalement destitué par le consistoire ; et J. Martin-Paschoud appuie cette destitution, pour cause de doctrine8, ce que les évangéliques ne manqueront pas de rappeler dans les années 1860.

  • 9 Son élection provoque une polémique parce qu’elle a lieu alors qu’une partie des membres de tendanc (...)
  • 10 Il entre en fonction le 5 février 1837.

9Martin-Paschoud est enfin choisi par le consistoire de Paris le 4 novembre 18369 pour remplacer le pasteur Jean Monod10. Il reste ensuite pasteur à Paris jusqu’à sa mort. Il s’y fait notamment connaître dans la « bonne société » dont il fréquente les salons. Il est ainsi, par exemple, l’ami de Marie d’Agout et de son gendre, Emile Ollivier, du prince Napoléon, de Lamennais, de Thiers, de Michelet, de Lamartine, avec lequel il entretient une correspondance [Letessier 1980], etc.

  • 11 DJC, 1873, p. 487-488.

10Ceux qui l’on connu, même ses adversaires ecclésiastiques, s’accordent à lui reconnaître un caractère aimable et liant, et une grande fidélité en amitié. Dans la notice nécrologique qu’il lui consacre dans le dernier numéro du Disciple de Jésus-Christ, son ami A. L. Montandon parle de sa «bonté exquise qui le faisait aimer de tout le monde » et évoque la « grâce sans égale qui assaisonnait toute ses paroles, qui ornait toutes ses actions »11. Il faut, certes, faire la part de l’hyperbole de mise de dans un article nécrologique. Mais ce trait de caractère est confirmé par d’autres sources Jean Pédézert, par exemple. Bien qu’il soit l’un des plus fermes défenseur de la tendance évangélique, ce dernier écrit notamment :

  • 12 L’article nécrologique consacré à Adolphe Monod qu’il publie dans le DJC en 1856 (p. 249-255) confi (...)

Il était répandu et goûté dans les salons. M. Thiers ne comprenait pas comment le Consistoire pouvait être en lutte avec un aussi charmant homme. […] M. Martin était capables de hauts et fermes attachements. Il fut, à Lyon, un ardent adversaire d’Adolphe Monod ; mais quand je le connus à Paris, il avait une admiration égale pour le talent et pour la conscience de son ancien collègue12. […] Homme de passion, il fut aussi un homme de cœur. Il prêcha toujours la paix, mais en homme né pour la guerre. L’un de ses auditeurs dit un jour : il prêche l’amour en colère. Il eut beaucoup de réputation et peu d’influence. [Pédézert 1896, p. 383-385]

11Cette dernière remarque doit être expliquée. En effet, à Paris J. Martin-Paschoud n’exerce pas son ministère de façon classique : peu de temps après sa nomination dans la capitale il rencontre des problèmes de santé récurrents, en particulier des maux de gorge, qui lui rendent la prédication très difficile. Ce qui le contraint à prendre de longues périodes de congés. De fait, de 1837 à 1850 il semble n’avoir exercé la plénitude de son ministère que durant deux ans, avec de nombreuses interruptions. Si bien qu’en novembre 1850 il obtient du consistoire la nomination d’un suffragant (Athanase Coquerel fils), chargé de le remplacer dans toutes ses fonctions. Dès lors, ce sont surtout ses initiatives et ses écrits qui lui permettent de se faire connaître.

  • 13 En 1873 A.L. Montandon écrit à ce propos : « C’est au milieu de l’inaction forcée qui lui fut impos (...)

12De fait, c’est en grande partie en raison de son absence dans la chaire qu’il décide de faire paraître une revue, Le Disciple de Jésus-Christ, dont le premier numéro est publié en avril 1840, et qui est tout d’abord consacrée à l’édification13. Et c’est la direction de cette revue qui lui assure une réelle notoriété. Il est également connu pour avoir fondé l’Alliance chrétienne universelle. En effet, déchargé de tout ministère paroissial depuis le début de l’année 1850, Martin-Paschoud est en mesure d’élargir son action. Par ailleurs, en 1846 des évangéliques venus du monde entier se sont retrouvés à Londres et ils y ont fondé l’Alliance évangélique, avec pour objectif de répandre l’évangile tel que les protestant évangéliques le comprennent ; et elle remporte rapidement un réel succès, qui lui vaut d’être toujours active aujourd’hui [Ewing 1946]. Naturellement, cette Alliance est fondée sur l’adhésion à une base doctrinale.

  • 14 Voir DJC, 1853, p. 466 et p. 494-498 ; au début, en 1853, il propose une « Alliance universelle » e (...)

13Ne voulant pas laisser l’initiative aux évangéliques, Martin-Paschoud tente de les concurrencer en fondant l’Alliance chrétienne universelle. A l’origine, comme il l’explique dans sa revue14, il a de vastes ambitions : il souhaite rassembler des chrétiens de toutes confessions, protestants catholiques et orthodoxes, qui partagent ses opinions libérales en théologie et qui acceptent comme principes de fondamentaux :

  • 15 DJC, 1853, p. 496. En 1855 il utilise une formule un peu différente pour la seconde affirmation ; i (...)

L’amour de Dieu créateur et père de tous les hommes ; l’amour de tous les hommes, créatures et enfants de Dieu ; l’amour de Jésus-Christ, Fils de Dieu et Sauveur des hommes.15

  • 16 Naturellement, les évangéliques font remarque que cet homme, qui se présente depuis des années comm (...)
  • 17 Voir aussi à son propos DJC, 1854, p.34-37, 38-39, 130-136, 196-202 et 230-243.On trouve aussi des (...)
  • 18 La dernière assemblée générale signalée dans le DJC, se trouve aux pages 849-852 et 862-865 du volu (...)
  • 19 Consulter, à ce propos l’article de Frédéric Passy « M. Martin-Paschoud », dans le DJC, 1873, p. 49 (...)

14Ce qu’il est permis de trouver peu précis, même si ce texte affirme implicitement que le fond du christianisme c’est l’amour, et qu’une telle affirmation peut se concilier avec toutes sortes de constructions doctrinales16. Par ailleurs, logiquement tournée avant tout vers l’action sociale, cette Alliance ne parvient à rassembler que quelques très rares catholiques et orthodoxes, l’essentiel de ses membres étant formé de protestants libéraux français17. Si bien qu’en dépit des efforts de Martin-Paschoud, qui fondait sur elle de grands espoirs, elle vivote jusqu’en 1860 puis cesse toute activité18. Son nom a cependant inspiré les fondateurs de l’Alliance israélite universelle [Cohen 1977, p. 438-454]. Notons, par ailleurs, que Martin-Paschoud sera, en 1867, l’un des fondateurs de la Ligue internationale et permanente pour la paix19.

  • 20 Sur cette affaire voir [Encrevé 1986, p. 719-730].
  • 21 Lettre du 30 janvier 1870, conservée à la Bibliothèque de la SHPF, ms. 1562* [Encrevé 1986, p. 772)
  • 22 Notons que Martin-Paschoud siège au synode de 1872, mais il n’y joue qu’un faible rôle. Par ailleur (...)
  • 23 Naturellement, on trouve un écho de cette polémique dans le DJC de 1866 ; et en particulier, au 1er(...)

15A partir de 1864 la fin de la vie de Martin-Paschoud est assombrie par son conflit avec le consistoire de Paris. En effet, en France les années 1860 sont celles d’une très vive querelle entre les évangéliques et les libéraux, parce que les évangéliques considèrent qu’il y aurait pour eux une véritable infidélité à laisser les libéraux extrémistes prêcher leurs doctrines dans les chaires de l’Église réformée. Si bien qu’en 1864, le Conseil presbytéral de l’Église réformée de Paris décide de ne pas renouveler la suffragance d’Athanase Coquerel fils, le suffragant de Martin-Paschoud20, moins en raison de ses propres positions doctrinales que par suite de la solidarité qu’il affiche avec les libéraux extrémistes. Et ce Conseil demande à Martin-Paschoud de lui proposer un autre suffragant. Mais ce dernier refuse, en réclamant qu’on lui rende « son » suffragant. Le conflit s’envenime et, le 5 janvier 1866, le consistoire décide de mettre Martin-Paschoud à la retraite, en lui octroyant une pension de 6 000 francs (le double de son traitement ordinaire) [Encrevé 1986, p .754-758]. Ce dernier proteste et, comme cette mesure n’est prévue par aucun texte, il obtient du ministre des cultes qu’elle ne soit pas confirmée. Le consistoire réplique le 23 mars 1866 en révoquant Martin-Paschoud, qu’il regarde comme se plaçant en rébellion contre le consistoire. Le ministre des cultes, Jules Baroche, hésite alors sur la conduite à tenir. Bien qu’il soit lui-même très favorable aux libéraux, et que Martin-Paschoud jouisse de l’appui d’autres personnages politiques importants, comme le Prince Napoléon par exemple, il ne peut pas ne pas tenir compte de l’avis du consistoire de Paris. Si bien que l’affaire – évoquée jusqu’en conseil des ministres – traîne jusqu’au début de l’année 1870. Alors, Emile Ollivier devenu (en fait) premier ministre, refuse de confirmer sa destitution. Il s’en explique dans une lettre privée adressée à F. Guizot en écrivant : « je suis obligé de maintenir la situation de Martin-Paschoud, auquel m’unit une vieille affection »21. Et Martin-Paschoud conserve sa chaire jusqu’à sa mort22. Mais toute cette affaire se déroule au milieu de vives polémiques, les évangélique rappelant, naturellement, qu’en 1832 Martin-Paschoud a approuvé la destitution d’Adolphe Monod pour cause de doctrine et que, de ce fait, les libéraux sont mal placés pour contester le principe du non renouvellement de la suffragance de Athanase Coquerel fils pour cause de doctrine ; et Martin-Paschoud répliquant en soutenant que les deux situations sont très différentes23.

2) Les grandes étapes de l’évolution du Disciple de Jésus-Christ

16L’évolution de cette revue est intéressante parce qu’elle est révélatrice de l’évolution du courant libéral français. Elle peut être présentée en trois étapes : de 1840 à 1850 elle c’est surtout une revue d’édification chrétienne ; de 1851 à 1861 elle s’intéresse davantage à l’évolution doctrinale et elle commence à participer au débat entre évangéliques et libéraux ; de 1861 à 1873 elle sert de tribune aux libéraux extrémistes.

a) 1840-1850 : une revue libérale d’édification

17Son premier numéro paraît donc en avril 1840 et, dès 1841 elle possède comme sous-titre « Recueil mensuel d’instructions, d’exhortations et de consolations chrétiennes publié par Joseph Martin-Paschoud, l’un des pasteurs de l’Église réformée de Paris ». Son orientation est donc claire. Il ne s’agit pas d’une revue savante et son rédacteur tente surtout de poursuivre son ministère pastoral par son intermédiaire. Il le confirme dans l’éditorial, placé en 1841en tête du second volume en écrivant :

Lorsqu’il y a une année, nous avons entrepris la publication du Disciple de Jésus-Christ, nous avons eu principalement pour but de favoriser le réveil religieux qui se manifestait dans nos Églises, d’entretenir, dans les familles chrétiennes la vie de la piété, et de populariser, autant qu’il était en nous, la connaissance de cet Évangile qui est la puissance de Dieu pour sauver les âmes. [DJC 1841, « À nos lecteurs », p. 1]

  • 24 Consulter à ce sujet [Maury 1892], [Wemyss 1977] et, pour un exposé rapide [Encrevé 2009]
  • 25 Consulter à ce propos, [Encrevé 2004]. Martin-Paschoud s’exprime aussi parfois dans un style que ne (...)
  • 26 Vincent soutient, notamment : « Vous avez à faire… une grande partie de ce qu’ils [les revivalistes (...)

18La formule utilisée par Martin-Paschoud est intéressante. En effet il entend, dit-il, favoriser le « réveil religieux » ; cela ne signifie évidemment pas qu’il est alors un adepte des affirmations dogmatiques véhiculées par le mouvement du Réveil24. Mais cela montre qu’au début des années 1840 les deux camps – évangélique et libéral – ne sont pas encore réellement constitués et que les oppositions ne sont pas encore perçues comme irréductibles. De fait, et dans la ligne des idées exprimées en 1829 par Samuel Vincent [Vincent 1829]25, une partie des libéraux espère toujours favoriser le développement d’une spiritualité populaire proche de celle des revivalistes, sans pour autant adopter leurs positions doctrinales [Vincent 1829, p. 283-293]26. On le voit dans la suite de son article. En effet, Martin-Paschoud affirme qu’il va désormais publier chaque mois la biographie de quelque chrétien « distingué par ses lumières ou sa piété » [DJC 1841, p. 2] ; parce que les vérités abstraites ne sont pas accessibles à tout le monde, tandis que la vie de ces hommes est pleine d’enseignements puisqu’elle qu’elle montre : « l’application perpétuelle des principes du christianisme, l’Évangile mis en pratique, la vérité faite chair. » [DJC 1841, p. 5]

19Cette dernière formule est éclairante parce que les termes n’ont évidemment pas été choisis au hasard. On ne saurait mieux se placer dans la ligne de la théologie dominante au début du xixe siècle et affirmer que le christianisme est une vie avant d’être une doctrine. Par ailleurs, l’utilisation de l’une des formules doctrinales classiques, la « vérité faite chair » en l’appliquant, non pas au Christ, mais à tout homme qui tente de mettre en application les principes moraux que l’on peut tirer du Nouveau Testament, illustre l’une des facettes de la théologie libérale de ce temps. Elle consiste à ne pas contester frontalement la dogmatique classique, mais à employer les formules ordinaires en leur donnant un sens qui peut être interprété différemment. D’autant plus que présenter tout chrétien agissant de façon moralement louable comme la vérité faite chair, peut conduire à comparer tout homme bon à Jésus, et à regarder Jésus comme un simple homme. Mais Martin-Paschoud se garde de l’affirmer, on peut simplement le comprendre ainsi, ou autrement. On le voit Martin-Paschoud reste fidèle à l’enseignement qu’il a reçu à Genève au début des années 1820.

  • 27 Telle est du moins l’explication qu’il donne dans son article intitulé « Douze ans de Disciple de J (...)

20Ensuite, il maintient cette ligne générale et l’essentiel de sa revue est consacré à l’édification. N’écrit-il pas, dans son éditorial du début de l’année 1850 qu’elle s’occupe seulement « de la sanctification, de la consolation et du salut des âmes » [DJC 1841, éditorial non paginé intitulé « À nos amis »] ? Toutefois, dans le courant des années 1840 progressivement le climat se tend entre évangéliques et libéraux et les deux camps, qui se structurent peu à peu, commencent à se combattre, si bien qu’il devient difficile à Martin-Paschoud de ne pas en tenir compte. Mais, comme il veut maintenir sa revue dans la seule sphère de l’édification, en 1846 (année de la fondation de l’Alliance évangélique) il décide de publier un « Appendice », appelé Revue religieuse, où il compte donner un résumé des nouvelles religieuses et aussi des fragments de publications religieuses importantes. Toutefois, cet appendice n’est publié que pendant deux ans, parce que nombre de ses lecteurs regrettent qu’il abandonne sa neutralité ecclésiastique27.

21Comment Martin-Paschoud comprend-il ce qu’on pourrait appeler l’édification libérale ? Une rapide analyse des cinq première années permet de constater que les articles sont groupés, pour l’essentiel, en sept rubriques principales : Explication pratique du Nouveau Testament (des commentaires assez simples de certains passages), Méditations et sermons, Exhortations chrétiennes (des conseils pour certains moments de la vie, comme des avertissements à le jeunesse, des prières pour la semaine sainte, des conseils aux catéchumènes lors de l’entrée dans l’Église, etc.), Biographies assez variée (pères de l’Église, Vincent de Paul, Spener, Oberlin), Lettres sur la religion (débats un peu plus précis, sous forme de « lettres à un pasteur », par exemple sur certains textes bibliques comme l’épître aux Romains, qui paraissent sur plusieurs numéros) poésies chrétiennes (Martin-Paschoud n’hésite pas à versifier, mais il n’en est pas le seul auteur) et Mélanges, assez variés naturellement, mais à sujet religieux (orphelinats à l’étranger, « communication fraternelle sur la conversion du cœur », récits d’une mort chrétienne). Peu après apparaît une rubrique consacrée aux comptes rendus de livres. Chaque livraison compte de l’ordre de 46 pages, ce qui donne un volume annuel d’environ 550 pages.

  • 28 Voir [DJC 1851, « Avant Propos », p. 4].

22L’ensemble est assez classique, et correspond à ce qu’on peut attendre d’un pasteur qui cherche à exercer son ministère par écrit. Au début, le plus souvent les articles ne sont pas signés, et il est clair que Martin-Paschoud en rédige une bonne partie. Il est cependant aidé par deux autres pasteurs, libéraux modérés, Eugène Buisson (1804-1881), qui a été son collègue à Lyon à partir de 1829 et Auguste Laurent Montandon (1803-1876) successeur de Martin-Paschoud à Luneray en 1828 et qui est son collègue à Paris (pasteur adjoint) depuis 183228. Ensuite, peu à peu, une fraction des articles sont signés, les sermons en particulier. Parmi les principaux collaborateurs identifiables, on note surtout (outre Buisson et Montandon) les pasteurs : Jean Réville, Jacques Antoine Cruvellié, Charles Grawitz, Matthieu Rouville et François Vidal (des libéraux modérés, pour l’essentiel).

23Au fond, il s’agit alors d’une revue d’édification sans grande originalité où l’on remarque surtout la place importante donnée à l’explication de passages du Nouveau Testament, et dont l’orientation générale n’attire pas l’attention. D’ailleurs, au début de l’année 1851 son directeur explique qu’il a simplement voulu s’adresser aux âmes « pieusement avide d’édification et de paix », et il ajoute :

Il [le Disciple de Jésus-Christ] a appelé autour de l’humble chaire qu’il s’est dressée tous ceux qui aiment et qui cherchent le Seigneur d’un cœur pur, afin de semer parmi eux, dans la paix, ces bons fruits de la justice qui ne peuvent croître sur un autre sol. [DJC 1851, « Avant Propos », p. 2]

24Toutefois, ensuite, cette orientation ne se maintient pas.

b) 1851-1861 : une revue libérale qui ne l’affiche pas

25Au début de l’année 1851, Martin-Paschoud décide de changer de formule en faisant paraître une « nouvelle série ». Il ne s’en explique pas réellement dans l’Avant-Propos du premier numéro de cette seconde série. Il se contente de signaler que désormais E. Buisson et A. L. Montandon seront publiquement les « principaux rédacteur » de la revue, en plus de lui-même, et que sa revue s’ouvrira quelque peu à l’actualité. De fait, l’évolution n’est que progressive, et on peut la mesurer aux changements de sous-titre. Jusqu’en 1854 la revue demeure un « recueil d’instructions, d’exhortations et de consolations chrétiennes ». En 1855 elle devient un « recueil mensuel du progrès moral et religieux » ; puis, en 1857, un simple« recueil mensuel » et cette absence de sous-titre qui se maintient jusqu’en 1861.

  • 29 En fait, en 1848 les protestants réformés ont tenu deux assemblée : au mois de mai une assemblée pr (...)

26Il reste que l’évolution est bien réelle, que la part de l’édification se réduit rapidement, et que le Disciple de Jésus-Christ devient peu à peu une revue qui défend les idées du protestantisme libéral et ne recule plus devant la polémique. Un tel changement s’explique par l’évolution de la situation ecclésiastique en France à partir de 1848. En effet, la Révolution de février 1848, qui induit la proclamation de la Seconde République, permet aux Français de jouir un moment de la liberté de réunion. Les protestants réformés en profitent pour réunir une sorte de synode appelé « Assemblée générale », à laquelle Martin-Paschoud accorde une grande importance, puisqu’il en publie un compte rendu complet29. A cette occasion les libéraux constatent qu’ils sont certes en majorité, mais que celle-ci est assez courte (Eugène Buisson en est élu président par 43 voix contre 37). Par ailleurs les débats montrent que désormais les deux camps – libéral et évangélique – sont constitués et prêts à se combattre. De plus, cette Assemblée générale permet au camp évangélique de l’Église concordataire de renforcer sa cohésion. En effet, naturellement, les évangéliques demandent l’adoption d’une confession de foi par l’Assemblée générale. Comme ils sont en majorité, les libéraux sont en mesure de s’y opposer. Mais alors, la frange extrémiste du camp évangélique fait scission et part fonder une Église libre. Cela provoque certes un petit affaiblissement numérique pour les évangéliques de l’Église réformée, mais ils y gagnent une plus grande cohésion, puisque leur camp n’est plus désormais constitué que de modérés, qui acceptent, au moins en partie, le principe de l’exégèse historico-critique et l’interprétation symbolique de certains passages de la Bible. Le départ des évangéliques extrémistes fait donc du camp évangélique de l’Église concordataire un adversaire plus difficile à combattre pour les libéraux. De fait, il ne cessera de se renforcer tout au long de la seconde moitié du xixe siècle.

27Quant aux libéraux, ils connaissent une évolution inverse. Jusqu’en 1848 ils sont assez unis autour de positions doctrinales modérées, comme le montre la Déclaration de principes adoptée par l’Assemblée générale de septembre 1848. Mais en 1850, Timothé Colani (aidé par d’Edmond Scherer) fonde la Revue de théologie et de philosophie chrétienne (connue sous le nom de Revue de Strasbourg) qui devient rapidement l’organe des libéraux extrémistes [Encrevé 1986, p. 262-274]. Ceux-ci sont peu nombreux, certes, mais les articles publiés dans cette revue sont peu à peu de plus en plus extrémistes, et ils scandalisent de plus en plus les évangéliques. Or devant ce problème – de l’existence d’une frange extrémiste à l’intérieur de leur camp –, les libéraux n’adoptent pas la même attitude que les évangéliques en 1848, qui s’étaient alors désolidarisés de leurs extrémistes. En effet, les libéraux adoptent la solution inverse. Sans partager les opinions des extrémistes, la plupart se solidarisent avec eux et affirment leur pleine légitimité dans les chaires de l’Église. Attitude conforme à leurs principes, certes, mais qui provoque non seulement une vive querelle avec les évangéliques, mais aussi une diminution progressive de leur influence. En 1848, nous le savons, ils sont majoritaires ; en 1905, au moment de la séparation des Églises et de l’État, ils ne rassemblent plus qu’un quart des réformés.

28C’est cette évolution que traduit le nouveau visage du Disciple de Jésus-Christ. En effet, en 1854 les évangéliques fondent la Revue chrétienne, dont Edmond de Pressensé – le plus brillant et le plus habile défenseur de la cause évangélique [Cordey 1916] –, prend presque aussitôt la direction et qui gagne rapidement une grande influence. Or c’est au cours de cette même année 1854 Martin-Paschoud décide qu’à partir de 1855 Le Disciple de Jésus-Christ ne sera plus une revue d’édification, mais un recueil du « progrès moral et religieux », ce qui sous-entend que les évangéliques ne sont pas partisans du progrès. Ensuite, en 1857, le sous-titre disparaît, probablement parce que Martin-Paschoud entend se sentir libre de polémiquer, mais qu’il ne veut pas encore se présenter comme s’adressant seulement aux libéraux.

  • 30 Il reproche à l’Alliance évangélique de ne pas avoir exclu de ses rangs les possesseurs d’esclaves, (...)
  • 31 Consulter, notamment, la reproduction d’un article de Ch. de Rémusat intitulé « De la Réforme et du (...)
  • 32 Voir en particulier [DJC, 1853, p. 466, 494-498 ; 1854, p. 34-39, 79-82, 130-136, 196-202, 230-243]

29Jusqu’en 1854 les changements se marquent plutôt sous la forme de petites inflexions. Certes, dès 1851 Martin-Paschoud ne recule pas devant un peu de polémique contre l’Alliance évangélique [DJC, 1861, p. 171-174]30, mais il ne s’agit que d’un article en passant. On note surtout un intérêt plus prononcé pour l’histoire, et pour l’actualité31. Et, naturellement, une grande place est accordée à l’Alliance chrétienne universelle32. Mais, lorsqu’il s’agit de traiter de l’actualité ecclésiastique, la revue le fait que de façon modérée. Ainsi, par exemple, en 1853 elle publie un article intitulé « La question flagrante ». Il s’agit, est-il précisé :

[…] du principe même de l’Église protestante, et de l’alliance indispensable à conserver dans son sein entre l’entière soumission à l’autorité de la parole de Dieu, et l’entière liberté de la conscience chrétienne. [DJC 1853, p. 125]

30Mais Le Disciple de Jésus-Christ ne tranche pas lui-même la question. La revue se contente de citer des extraits de textes publiés ailleurs par trois pasteurs, Athanase Coquerel fils, Jean Augustin Bost et Pierre Goy. Certes, deux d’entre eux sont libéraux (Coquerel et Goy) et l’un d’eux (Goy) devient un peu plus tard un libéral extrémiste (il abandonne le ministère pastoral en 1858), mais Martin-Paschoud tient à donner aussi la parole à un évangélique (Bost). Et quand A. L. Montandon donne son avis dans une série d’articles consacrés à « L’Exclusisme considéré au point de vue de l’Église protestante » [DJC, 1853, p. 356-376, 370, 385-402, 403-428, 433-448, 449-465, 481-493], il s’oppose certes au principe des confessions de foi, mais il s’exprime de façon modérée.

  • 33 Pasteur luthérien, Louis Leblois (1825-1898) a fondé en 1848 la Société du progrès religieux, où se (...)

31C’est à partir de 1855 que les choses commencent réellement à changer. Tout d’abord, on remarque la présence de nouvelles signatures, souvent des hommes jeunes qui s’illustreront un peu plus tard dans la frange extrémiste du libéralisme, comme Louis Leblois (en partie à l’origine de la fondation de l’Alliance chrétienne universelle)33, Charles Pellissier, Albert Réville ou Ernest Fontanès, par exemple. De plus la structure de la revue se modifie.

  • 34 En 1856 elle n’est servie qu’aux abonnés de Paris, ce que son contenu permet de comprendre. Celui-c (...)
  • 35 Voir, par exemple, en 1856, l’article intitulé « Le journal L’Espérance et Le Disciple de Jésus-Chr (...)
  • 36 Dès 1860 la revue compte 1230 p.
  • 37 Notons que la Revue chrétienne est un peu moins volumineuse (760 p. en 1859).
  • 38 Martin-Paschoud avait étrenné cette « Chronique du mois » en 1858 dans la Petite Revue.

32En effet, en 1855 Martin-Paschoud décide de publier un supplément appelé tout d’abord La Semaine chrétienne, petite revue du culte, des écoles et des bonnes œuvres34. Il s’agit alors pour lui de continuer à publier des articles d’édification, et aussi de donner des renseignements pratiques sur l’Église réformée de Paris. Sans doute n’en est-il pas satisfait car, dès 1856 ce supplément prend le nom de Petite Revue, avec une orientation différente. On y suit l’actualité ecclésiastique et Martin-Paschoud ne se prive pas d’y pratiquer la polémique35. On y trouve également d’assez nombreux comptes rendus de livres religieux, tandis que les jeunes collaborateurs y publient des articles de réflexion. En 1858 cette Petite Revue devient plus importante : elle compte 462 pages et Le Disciple de Jésus-Christ à peine plus (572 pages). Finalement, en 1859 Martin-Paschoud cesse de la faire paraître et il intègre son contenu au Disciple de Jésus-Christ. Cela donne un gros volume de 1008 pages36, qui ressemble désormais fortement à la Revue chrétienne37 ; d’autant plus qu’on y trouve une rubrique intitulée « Chronique du mois », qui démarque la « Revue du mois » de la Revue chrétienne38.

  • 39 Notons que Martin-Paschoud continue à faire figurer sa traditionnelle rubrique de « Poésies ».
  • 40 Voir, par exemple, « Les pierres vivantes » par Eugène Buisson (p. 616-634), « La confiance en Dieu (...)
  • 41 L’article paraît en 1858 aux pages 409-424 et 481-508 ; et en 1859 aux pages 16-53, 97-128, 181-203 (...)
  • 42 Par exemple : « Quelques mots sur l’orthodoxie », par J. Cruvellié (p. 54-60).
  • 43 P. 597-615, 853-864.
  • 44 « La mort de Barnevelt », p. 811-835 et 932-963.
  • 45 Sans doute Martin-Paschoud a-t-il du mal à la faire rédiger, car elle s’interrompt après la chroniq (...)

33Quel est donc désormais le visage du Disciple de Jésus-Christ ? Prenons l’exemple de l’année 1859. Les articles principaux sont organisés en trois rubriques principales39. Tout d’abord celle des « Méditations » ; cependant, si certains articles sont effectivement des méditations religieuses40, d’autres sont de véritables articles de réflexion doctrinale, comme par exemple, celui d’Albert Réville intitulé « De la rédemption, étude historique et dogmatique » qui, commencé en 1858 dans deux numéro s’étend en 1859 sur six livraisons et totalise 208 pages, soit l’équivalent d’un livre. Il paraît d’ailleurs sous forme de livre dès cette année 185941. Il s’agit donc d’une étude sérieuse, originale, évidemment marquée du sceau du libéralisme, et qui n’a plus rien à voir avec l’édification. Signalons, aussi, l’article d’Eugène Flottard intitulé « De l’origine du monothéisme d’après les systèmes modernes sur les races humaines », assez bref (p. 81-96), mais sérieux et qui cite d’assez nombreux auteurs importants (Renan par exemple). La seconde rubrique, intitulée « Mélanges » est évidemment plus variée. On y trouve, notamment, un peu de polémique42, un essai sur l’Alliance chrétienne universelle43, un article historique de Marie d’Agout (signé de son pseudonyme littéraire Daniel Stern)44, ainsi que la « Chronique du mois »45.

  • 46 Pécaut écrit, par exemple : « Jésus-Christ, considéré comme objet du culte ou comme agent permanent (...)
  • 47 « La confession d’un théiste chrétien », p. 517-559.
  • 48 Il écrit, en particulier : « Nous ne pouvons nous empêcher d’être émus et reconnaissants au spectac (...)
  • 49 Voir aussi ce qu’il écrit, p. 998-999.

34La troisième rubrique est consacrée aux comptes rendus. On y remarque en particulier un article d’Albert Réville sur le livre de Félix Pécaut, Le Christ et la conscience, ouvrage qui scandalise alors les évangéliques parce qu’il s’attache à ruiner non seulement toute idée de divinité du Christ mais aussi l’affirmation de sa simple perfection morale. De plus, F. Pécaut en conclut que Jésus, homme ordinaire et pécheur comme tous les hommes, n’est nullement indispensable à la vie religieuse. Manquant de prudence ecclésiastique, il reconnaît qu’il n’est plus chrétien mais « théiste », ou « théiste chrétien » puisqu’à ses yeux seul Dieu est indispensable46. Ce qui gène évidemment les libéraux, parce qu’ils ne cessent d’affirmer que même les plus hardis d’entre eux ont toute leur place dans une Église protestante. Or voila que Pécaut reconnaît sans ambages qu’il ne partage plus la foi de l’Église réformée, et qu’il n’a donc plus sa place dans cette Eglise [Pécaut 1859, p. 431] ! D’ailleurs le reste de la presse libérale n’accueille pas le livre de Pécaut sans réticences [Encrevé 1986, p. 635 ; Coquerel 1859 ; Muston 1859]. Et, Albert Réville, qui partage l’opinion de ses amis libéraux, rédige un article approfondi de 42 pages47, mais qui est assez critique. Notons, cependant, que Martin-Paschoud, ne partage pas l’opinion de son collaborateur : il tient à rédiger quelques lignes très élogieuses à propos du livre de Pécaut48 et à le défendre contre les évangéliques, sans entrer dans une discussion de fond toutefois49.

  • 50 En 1855 il publie deux textes de Channing (p. 314-330 et 563-581), un autre en 1856 (p. 8-20 et 79- (...)
  • 51 « Lettres d’un pasteur français à un pasteur allemand, sur la détermination entre la lettre et l’es (...)
  • 52 Notons qu’il l’orthographie « Schleiermaker », ce qui correspond sans doute à la prononciation alor (...)
  • 53 Voir par exemple, en 1858 l’article de J. Cruvellié intitulé « Quelques observations sur le rétabli (...)

35On le voit Le Disciple de Jésus-Christ a beaucoup changé depuis 1840. Naturellement, il n’est pas centré sur la dogmatique ou l’exégèse scientifique ; mais il tient à évoquer ces questions. On constate ainsi qu’il s’intéresse à Channing50, publie des « Etudes religieuses » de Ch. Pellissier [DJC, 1855, p. 223-232, 401-415, 521-528, 673-679 ; et 1856, p. 93-106, 190-205, 339-346, 530-543], un long article de Jean Réville (père) sur la lettre et l’esprit dans la Bible51, où celui-ci, cite de nombreux théologiens, anglais et allemand (Schleiermacher, notamment52), etc. Il s’intéresse également de près à la polémique ecclésiastique, revenant à plusieurs reprises sur son opposition à toute réunion d’un synode, et aux confessions de foi53. On le voit, désormais la revue s’adresse à un public cultivé, qui se tient au courant de l’actualité religieuse. Elle est devenue une sorte de Revue chrétienne libérale.

c) 1861-1873 : une revue qui devient l’organe du libéralisme extrémiste

  • 54 Cette publication commence au premier semestre de l’année 1861.
  • 55 Elle compte 904 p. en 1862, contre 1230 en 1860.

36Martin-Paschoud aurait sans doute pu s’en tenir à cette formule, mais deux événements le conduisent à modifier à nouveau le style de sa revue. Tout d’abord, en 1861 il doit faire face à de gros problèmes de santé qui le contraignent à abandonner la direction du Disciple de Jésus-Christ et à la confier à Eugène Haag (1808-1868) à partir du second semestre de cette année. Celui-ci, historien du protestantisme et plus particulièrement connu pour avoir rédigé avec son frère Emile les cinq volumes de La France protestante, dont la publication vient de se terminer en 1859, ne possède peut-être pas toutes les qualités nécessaires pour faire vivre une revue. Sous sa direction, qui se prolonge jusqu’à la fin de l’année 1863, Le Disciple de Jésus-Christ, dont le sous-titre est désormais « Revue du protestantisme au xixe siècle », publie davantage d’articles historiques. Aurait-il du mal à remplir les colonnes de la revue ? Toujours est-il qu’il y fait paraître son propre travail sur l’Histoire des dogmes, qui occupe 308 pages de l’année 1861, se poursuit en 186254 et qui sera publiée peu après en deux volumes. Certes, E. Haag introduit de nouvelles rubriques, comme « Histoire des religions », « Histoire ecclésiastique », « Philosophie religieuse ». Mais on sent que si la revue se maintient, avec un nombre de pages réduit55, elle ne se développe pas.

  • 56 Le nombre de page est en baisse (780 p.), la table des matières, publiée en fin d’année, n’est pas (...)
  • 57 Ainsi, le premier numéro de l’année s’ouvre par la reproduction d’une prédication, intitulée « L’un (...)

37Le second élément qui explique le nouveau changement de ligne de la revue est la lutte entre Martin-Paschoud et le consistoire de Paris à propos de son suffragant à partir du début de l’année 1864. Pour lui cette année est donc difficile ; or il doit aussi – de façon un peu inopinée, semble-t-il56 – reprendre la direction de sa revue en janvier 1864. De ce fait, pour Le Disciple de Jésus-Christ 1864 est une année de transition où la polémique ecclésiastique envahit quelque peu ses colonnes57. C’est donc à partir de 1865 que la revue prend une sorte de nouveau départ. Désormais bimensuelle, c’est une revue libérale ouverte aux plus extrémistes. Evolution, officialisée au second semestre 1867, lorsque le sous-titre ne la qualifie plus de « Revue du protestantisme au xixe siècle » mais de « Revue du christianisme libéral ».

  • 58 Le record étant atteint en 1867 avec 1367 pages. Ensuite, en 1868 et 1869 elle redescend aux enviro (...)

38En ce qui concerne le contenu, on remarque surtout les années 1865-1867 – elles correspondent au moment où la lutte entre évangéliques et libéraux est la plus vive –, pendant lesquelles la revue totalise plus de 1300 pages58 et où le fond est le plus riche et le plus varié. Alors, elle semble être parvenue à jouer dans le camp libéral un rôle assez proche de celui que la Revue chrétienne tient, dans le camp évangélique. A cette nuance près que Le Disciple de Jésus-Christ ouvrant ses colonnes aux libéraux les plus extrémiste – alors que la Revue chrétienne se garde bien d’accepter la collaboration d’évangéliques extrémistes – elle limite ainsi son audience. Ensuite, à partir de 1868 la revue décline. Le nombre de pages diminue, les articles sont moins variés, les mêmes questions sont reprises et réexposées, en particulier le droit pour les libéraux extrémistes de prêcher dans les chaires de l’Église, qui revient souvent, et le refus du synode. Ce qui est probablement à mettre en rapport avec les difficultés du camp libéral en cette fin des années 1860, illustrées en particulier par la disparition de la Revue de Strasbourg en 1869. D’ailleurs, dès le second semestre de l’année 1869 elle redevient mensuelle et son nombre de pages diminue nettement (459 p.)

  • 59 Voir, par exemple, dans le second semestre de 1865, p. 381-407 ; 1866/1, supplément de 16 p. paru e (...)
  • 60 Voir, par exemple, 1865/1, p. 313-330 ; 1865/2, p. 160-168 ; 1866/1, p. 56-62 ; 1867/2, p. 595-601.
  • 61 Certains ont commencé à écrire dans la revue alors qu’elle était dirigée par E. Haag.
  • 62 Voir son article intitulé « De la croyance et du sentiment en religion » 1867/2, p. 423-440.
  • 63 Elle s’intitule Réponse d’un pasteur de campagne à deux questions adressées au libéralisme par M. l (...)

39L’aspect général de la revue ne se modifie guère. Les articles sont regroupés en cinq rubriques principales : Echo de la chaire chrétienne, Philosophie religieuse, Histoire religieuse, Mélanges (ou Variété) et « Revue », où les événements du mois sont commentés. Naturellement, étant donné la vivacité de la querelle entre évangéliques et libéraux, la polémique occupe une assez large place, dans des articles spécifiques59 ou dans la « Revue »60. Par ailleurs, les collaborateurs habituels, comme P. Goy, L. Leblois ou E. Fontanès, continuent à y écrire. Mais on remarque aussi de nouvelles signatures, surtout celles de jeunes libéraux extrémistes qui vont s’illustrer dans les années suivantes, comme Théophile Bost, Jules Steeg, Léon Vèzes ou Auguste Dide61. On note même que Martin-Paschoud tient à ouvrir ses colonnes à des hommes particulièrement en pointe, comme Basile Rives62. En effet ce dernier se fait remarque en 1867 en publiant une brochure où, pour bien affirmer son opposition à toute confession de foi et le droit pour les pasteurs de ne rendre compte à personne de leurs croyances, il soutient qu’un pasteur devenu athée aurait parfaitement le droit de conserver sa chaire pour y prêcher l’athéisme et que si les paroissiens en étaient choqués, ils n’auraient qu’à se reporter sur le culte de famille63.

  • 64 Pour ses sermons, voir, par exemple : 1865/2, p. 445-460 ; 1867/2, p. 409-422 et aussi, p. 477-489. (...)

40Toutefois, durant ces années le plus remarquable est la présence fréquente de deux hommes. Albert Réville, tout d’abord, qui poursuit sa collaboration et publie des articles de fond, mais aussi d’assez nombreux sermons64. Cependant, s’il est bien l’un des libéraux extrémistes les plus connus, sa présence choque moins les évangéliques, parce qu’il continue à exercer un ministère pastoral (dans l’Église wallonne de Rotterdam). Plus neuve, et plus significative, est la participation fréquente de Félix Pécaut qui a, quant à lui, quitté le ministère pastoral. De plus, il est en quelque sorte emblématique, parce que son livre – Le Christ et la conscience – a fortement choqué les évangéliques, mais aussi parce qu’il n’a guère été apprécié par les théologiens libéraux, qui l’ont trouvé peu scientifique et peu au courant de la production théologique récente. De plus, en 1864, Pécaut n’pas hésité à encourager ses amis à reconnaître qu’ils n’ont plus leur place dans l’Église réformée :

  • 65 Quelques années plus tard Pécaut changera d’avis et, en 1872, il participera au Synode général ; ma (...)

Parlons vrai, nous ne sommes pas d’une autre religion, mais d’une autre Église que les plus modérés des orthodoxes chrétiens. […] entre ces deux tendances [évangélique et libérale] […] il n’y a nul moyen de s’entendre dans l’enceinte d’une même Église. [Pécaut 1864, p. 200-201]65

  • 66 Il s’agit de conférences que Pécaut est venu prononcer à Neuchâtel à la demande de Ferdinand Buisso (...)
  • 67 Il écrit notamment, à propos de Schleiermacher : « […] la marche de notre mouvement théologique n’e (...)
  • 68 Le titre complet est : « De l’argument de l’utilité morale en matière de religion, ou que prouve, p (...)

41De fait, en 1864 Pécaut semble croire que le courant libéral de l’Église réformée va la quitter et organiser une nouvelle Église. Or cela gêne les autres libéraux, qui ne cessent d’affirmer, au contraire, que les libéraux ont toute leur place dans l’Église réformée et que les évangéliques n’ont pas le droit de les en chasser. Pourtant, Martin-Paschoud ouvre largement ses colonnes à Pécaut. Il lui permet de publier des séries d’articles, qu’il rassemble ensuite en brochure, comme « De l’avenir du protestantisme en France », en 1865 [DJC 1865/2 (à partir de 1865, la revue est paginée en deux semestres), p. 80-93, 121-140, 185-198, 221-244], ou « Le christianisme libéral et le miracle » en 1869 [DJC 1869/1, p. 149-264]66. Par ailleurs, presque chaque année Pécaut publie un ou plusieurs comptes rendus, comme en 1865 celui qu’il consacre au livre de F. Bonifas sur Schleiermacher [DJC 1865/1, p. 238-242] ; où il trouve d’ailleurs ce dernier beaucoup trop modéré et inconséquent, et où il se félicite que les libéraux français soient allés beaucoup plus loin que lui dans le rejet des doctrines classiques67. Pécaut publie aussi des articles de fond, comme en 1868 sur « L’Église réformée et le droit de l’orthodoxie, lettre à un pasteur orthodoxe » [DJC 1868/1, p. 1-36], où il développe ses conceptions ecclésiastiques ; ou, en 1870, un article intitulé « De l’argument de l’utilité morale en matière de religion » [DJC 1870, p. 324-354]68. En réalité, Pécaut représente cette fraction du courant libéral qui ne s’intéresse profondément ni à Schleiermacher, ni à l’exégèse historico-critique, et qui quittera l’Église dans les années qui suivront le synode de 1872.

42Au fond, avec A. Réville et F. Pécaut qui y écrivent souvent aux côtés de J. Steeg, qui y prend peu à peu une place importante, dans la seconde moitié des années 1860 Le Disciple de Jésus-Christ est devenu l’organe du libéralisme extrémiste. Ensuite les vicissitudes de la vie politique française gênent sa publication, et la revue ne survit pas à son fondateur : elle disparaît en juin 1873.

3) Le libéralisme de Martin-Paschoud

43On le voit, Martin-Paschoud fait donc, en partie, de sa revue l’organe des libéraux extrémistes, dont bon nombre – Colani, Pécaut, Steeg, Buisson, Dide etc. – quitteront l’Église dans le courant des années 1870. Cela conduit à se demander s’il partage leurs convictions, et donc à tenter de définir le type de libéralisme auquel Martin-Paschoud se rattache.

  • 69 En particulier dans les années 1864-1867, au moment de son conflit avec le consistoire de Paris.
  • 70 Il est probablement très satisfait de ce texte, puisqu’il en publie à nouveau une partie en 1859, s (...)
  • 71 Naturellement, il y a d’autres textes, mais le plus souvent il y reprend (et parfois précise) les i (...)
  • 72 Il utilise cette formule en 1857 dans la Petite Revue (p. 65 et p. 68).

44Toutefois, ce n’est pas chose aisée. En effet, il écrit peu, ne publie aucun livre, et les textes qu’il fait paraître sont, pour l’essentiel, des sermons isolés ou des écrits de circonstance69. De plus, durant les 33 ans que dure sa revue il ne rédige qu’un nombre très limité articles, souvent brefs. Et, en ce qui concerne les questions doctrinales, l’essentiel tient en deux textes : un discours qu’il prononce le 28 octobre 1855 lors de la Conférence de l’Alliance chrétienne universelle[DJC 1855, « Discours prononcé à la première conférence de l’Alliance chrétienne universelle », p. 680-689]70 ; et un article qui sert d’éditorial au premier numéro de l’année 1856, qu’il intitule « Hors de la religion point de salut » [DJC 1856, p. 1-7]71, qu’il présente parfois comme la « profession de foi de Disciple de Jésus-Christ »72.

45A la base de sa réflexion, explique-t-il en 1853 lors qu’il lance un appel à la formation d’une « Alliance universelle », se trouve la crainte, que :

  • 73 Il y revient en 1855, en expliquant qu’il est né « dans un pays d’hostilités, de haines religieuses (...)

[…] les anciennes querelles qui, durant des siècles, ont enfanté dans la chrétienté tant de haines, tant de guerres, tant de crimes et fait répandre tant de larmes et tant de sang, se réveillent et se raniment […]. [DJC 1853, p. 494-495]73

46Affirmation qui fait, naturellement, penser au xviiie siècle et à l’argumentation historique de nombre d’auteurs de ce temps pour s’opposer aux confessions de foi.

47Par ailleurs, il semble tout à fait convaincu qu’il n’est plus possible pour les hommes du xixe siècle de croire à ce qui est affirmé par la Confession d’Augsbourg ou par la Confession de foi de La Rochelle. Il y revient à plusieurs reprises et soutient de façon très nette en 1855 :

  • 74 Il a expliqué un peu plus haut qu’il vient d’assister à une réunion de l’Alliance évangélique, prob (...)

[…] y aurait-il dans le monde quelque sectateur de Luther ou de Calvin assez naïf pour imaginer que la France va devenir protestante, à la manière dont l’entendaient les orateurs de l’Alliance évangélique74 ? […] Il y a des choses finies. Le calvinisme et le luthéranisme, à mon avis, sont de ces choses. Calvin et Luther, assurément, à l’heure qu’il est, n’en voudraient pas. [DJC 1855, p. 685]

  • 75 Il écrit aussi en 1853 : « Chrétiens, donc, catholiques, grecs, protestants au lieu de concentrer e (...)

48Cela le conduit à présenter ce qu’il regarde comme « la religion », ou « le vrai protestantisme », qu’il définit de façon simple : « l’union de l’homme avec Dieu et l’union de l’homme avec l’homme » [DJC 1855, p. 686]. Formule qui semble issue de celles qu’il a déjà employées pour l’Alliance chrétienne universelle, en direction de l’ensemble des confessions chrétiennes75.

  • 76 Un peu après il publie également un article de B. de Lagny intitulé « Du calvinisme, du luthéranism (...)
  • 77 Il précise en 1856 : « Ainsi, hors de la justice, de la miséricorde, de la fidélité, hors de l’amou (...)

49Cependant, conscient que ses affirmations peuvent surprendre dans la bouche d’un pasteur de l’Église réformée, puisqu’il semble affirmer que l’Église à laquelle il appartient est finie, et que, par ailleurs, sa définition de la religion peut apparaître comme bien vague, quelques mois plus tard il publie, nous le savons, une sorte de profession de foi76. Il y explique que l’Église n’est pas inutile au contraire, mais qu’elle est « utile dans la proportion où elle favorise les progrès de la religion » [DJC, 1856, p. 4], comprise comme il l’a définie en 185577 ; tandis que la foi est salutaire, mais elle aussi « dans la mesure où elle unit l’homme à Dieu et les hommes aux hommes » [DJC, 1856, p. 3]. Dans les deux cas, naturellement, il soutient que c’est l’Église à laquelle il appartient qui est la plus utile et la foi qu’il professe qui est la plus salutaire.

50Puis, il formule sa profession de foi, qu’il présente, logiquement, en trois points. Mais, au lieu du père du fils et du Saint-Esprit, il parle de Dieu, de l’homme et du Christ. Il affirme, donc :

    • 78 Il écrit, exactement : « Nous croyons qu’il y a un Dieu, créateur et conservateur des cieux et de l (...)

    qu’il y un Dieu créateur et qui est « le père et l’ami » [DJC, 1856, p. 4]78 de tous les hommes ;

  • que l’homme a été créé à l’image de Dieu, « actif, intelligent et bon, et que sa destination, son devoir, son bonheur, son salut, sa vie, sa vie présente, sa vie future, sa vie éternelle est de croître à la ressemblance de son Dieu […] par le développement harmonique et indéfini des facultés qu’il en a reçues » [DJC, 1856, p. 4]

  • quant à Jésus-Christ, sur la nature duquel il ne donne aucune précision, il estime « qu’ayant manifesté ces vérités au monde, et les ayant parfaitement accomplies, au prix même de son sang, [il] ne peut être méconnu à ces signes comme étant ce qu’il dit être, le fils de Dieu et le Sauveur du monde. » [DJC, 1856, p. 5]

51On le voit ce texte est bref, et optimiste sur Dieu (défini comme ami des hommes) et sur l’homme (qui semble sur la voie de l’amélioration et capable de progresser en utilisant ses propres forces). Il est, de plus, fort peu préoccupé par le péché (non cité). Par ailleurs, les formules qu’il utilise (en particulier à propos du Christ) peuvent être comprises de plusieurs manières, même si – en dépit du qualificatif de « Sauveur » qu’il lui attribue –, Jésus est présenté plus comme un guide sur la voie du perfectionnement que comme autre chose.

  • 79 Quelques années plus tard, en 1861, il explicite ce qu’il rejette dans les conceptions traditionnel (...)

52Mais le plus significatif, me semble-t-il, est qu’il ne donne aucune justification théorique à ses affirmations. Il ne cite aucun théologien de son temps, ne s’intéresse pas à la production dogmatique de ses contemporains, il ne s’appuie pas sur l’exégèse historico-critique, et ne semble se poser aucun problème d’ordre épistémologique. Il se contente d’affirmer qu’aucun homme moderne, instruit et intelligent ne peut plus croire les invraisemblables constructions doctrinales présentes dans les confessions de foi du xvie siècle79.

53D’ailleurs, un autre exemple de sa démarche intellectuelle peut être trouvé dans un article qu’il publie en 1861. Critiquant l’attitude classique des catholiques et des protestants, il affirme :

Les âmes sont en voie d’affranchissement, d’union entre elles, d’union avec Dieu. Nous ne disons plus, il est vrai, comme on disait : l’Église, toute l’Église, rien que l’Église, soumission absolue à l’Église ; ou la Bible, toute la Bible, rien que la Bible, soumission absolue à la Bible ; nous disons enfin toujours plus nettement, la Vérité, toute la Vérité, rien que la Vérité, soumission absolue à la Vérité. [DJC 1861, p. 628]

54Outre qu’il critique naturellement l’Église catholique et qu’il rejette l’autorité de Bible, ce qui peut surprendre chez un protestant, on remarque surtout qu’il ne semble pas s’interroger sur la nature de la Vérité où sur les moyens, voire sur la capacité, pour l’esprit humain d’y accéder. Il se contente d’affirmer que ce qu’il croit est conforme à la vérité.

  • 80 Petite Revue, 1857, p. 65.

55De ce fait, sa rencontre avec Pécaut n’a rien de fortuit. En effet, tant dans son livre sur Le Christ et la conscience que dans ses écrits ultérieurs, Pécaut utilise une méthode très proche, qui consiste à affirmer que ce qu’il croit est vrai, sans présenter de justification théorique pour étayer ses affirmations. De plus, l’un et l’autre pensent qu’ils sont à l’aube d’un renouvellement complet des croyances religieuses et des appartenances ecclésiastiques. Martin-Paschoud écrit même en 1857 que « les temps sont analogues » à ce qui se passait au temps de Jésus où « toutes les croyances étaient ébranlées, éteintes. La foi s’était retirée des âmes. »80 Et il semble croire qu’une nouvelle compréhension du Nouveau Testament (celle des libéraux) va bientôt s’imposer, tout comme Jésus avait permis une nouvelle compréhension de l’Ancien Testament au premier siècle.

56On le voit, dès le milieu des années 1850 Martin-Paschoud peut être classé parmi les libéraux extrémistes.

57Ce qui précède nous permet de comprendre pourquoi Le Disciple de Jésus-Christ n’a pas eu pour le camp libéral la même importance que la Revue chrétienne pour le camp évangélique. Tout d’abord, au début c’est une simple revue d’édification, qui n’attire guère l’attention ; et elle ne participe aux débats qui agitent l’Église que durant une quinzaine d’années (1855-1873). De plus elle change plusieurs fois de ligne, et donc de lectorat, ce qui nuit à son audience. Au fond, elle n’est pleinement une revue libérale qu’à partir de 1865 et elle disparaît en 1873 ; ce laps de temps est trop court pour qu’elle puisse s’imposer comme le principal organe des libéraux.

  • 81 Il n’en parle guère dans ses articles.
  • 82 Rappelons qu’Edmond de Pressensé à rédigé ce que nombre de commentateurs regardent comme la meilleu (...)

58Par ailleurs, à la différence d’Edmond de Pressensé, Martin-Paschoud écrit peu – même dans sa revue –, il ne semble pas se tenir au courant de la production théologique de son temps81 et il ne tente nullement d’argumenter avec les théologiens évangéliques, ou avec des agnostiques, comme Renan par exemple82. Cela ne lui permet pas d’avoir une véritable audience au sein du monde intellectuel. A l’instar de F. Pécaut, J. Martin-Paschoud appartient à cette fraction du camp libéral qui ne s’intéresse ni à Schleiermacher, ni à l’Ecole historico-critique, au fond qui ne s’intéresse pas à la théologie allemande. Mais au XIXe siècle il est difficile d’être pris au sérieux si on ne s’explique pas avec la théologie allemande, comme E. de Pressensé l’a bien compris. De plus, ses croyances doctrinales, fort brèves et qui rejettent la simple autorité de la Bible, sont uniquement affirmées ; mais elles ne sont ni explicitées ni fondées sur une argumentation historique ou dogmatique, ce qui ne facilite pas leur diffusion. De plus, la plupart des animateurs de cette fraction du libéralisme extrémistes quittent l’Église après 1872. On comprend, de ce fait, que sa revue ne lui ait pas survécu, puisque nombre de ses animateurs ne se considèrent plus comme faisant partie de l’Église.

59Au fond, Le Disciple de Jésus-Christ suit l’événement – l’évolution générale de la vie de l’Église réformée et du camp libéral – mais il ne le précède pas, comme le fait la Revue de Strasbourg entre 1850 et 1869 ; il en est plutôt le reflet, tel qu’il est compris par les libéraux. De plus, comme il accepte la collaboration de libéraux extrémistes, il se coupe de la frange modérée du camp libéral, ce qui nuit aussi à son rayonnement. Tout cela permet de comprendre la trace limitée laissée par cette revue dans l’histoire du protestantisme français.

Haut de page

Bibliographie

Etienne Coquerel, « Le procès de la théologie nouvelle », dans Nouvelle revue de théologie (dite Revue de Strasbourg), 1859/1, 103-124.

Daniel Cohen, « Une souscription des juifs de France en faveur des chrétiens d’Orient en 1860 », dans Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1977, p. 438-454.

Henri Cordey, Edmond de Pressensé et son temps, Lausanne et Paris, Bridel et Fischbacher, 1916

André Encrevé, Protestants français au milieu du XIXe siècle, les réformés de 1848 à 1870, Genève, Labor et Fides, 1986.

André Encrevé (dir.) Les Protestants, vol. 5 du « Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine », Paris, Beauchesne, 1993.

André Encrevé, « Félix Pécaut et le miracle », dans De l’humanisme aux Lumières, Bayle et le protestantisme, Mélanges en l’honneur d’Elisabeth Labrousse, Paris, editions Universitas et Oxford, Votaire Foundation, 1996, p. 111-136.

André Encrevé, « Religion et christianisme, revue de Samuel Vincent et Ferdinand Fontanès », dans Le pasteur Samuel Vincent à l’aurore de la modernité, 1787-1857, Nîmes, Société de l’Histoire du Protestantisme de Nîmes et du Gard, 2004, p. 239-264.

André Encrevé, « Felix Pécaut (1828-1898) et le protestantisme français », dans La religion que j’ai quittée (Daniel Tollet, dir.), Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2007, p. 179-196.

André Encrevé, « Le Réveil en France, 1815-1850 », dans Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 155-2, 2009, p. 529-540.

J. W. Ewing, Goodly Fellowship, a Centenary Tribute to the Life and Work of the World’s Evangelical Alliance, 1846-1946, Londres, 1946

Eugène Haag, Histoire des dogmes chrétiens, Paris, Fischbacher, 1862, 2 vol.

Fernand Letessier, « Une amitié peu connue de Lamartine, le pasteur Martin-Paschoud », dans Bulletin de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français, 1980, p. 567-602

Joseph Martin-Paschoud, De l’esclavage ancien et des causes de sa cessation, Strasbourg, Vve Silbermann, 1827. p. 15.

Léon Maury, Le Réveil religieux dans l’Église réformée à Genève et en France (1810-1850) étude historique et dogmatique, Paris, Fischbacher, 1892.

Alexis Muston, « Dernière conclusion du livre de M. Pécaut », dans Nouvelle revue de théologie (dite Revue de Strasbourg), 1859/2, p. 221-251.

Félix Pécaut Le Christ et la conscience, lettres à un pasteur sur l’autorité de la Bible et celle de Jésus-Christ, Paris, 1859.

Félix Pécaut, De l’avenir du théisme chrétien considéré comme religion, Paris, 1864.

Jean Pédézert, Cinquante ans de souvenirs religieux et ecclésiastiques (1830-1880), Paris, Fischbacher, 1896.

Albert Réville, De la rédemption, étude historique et dogmatique, Paris, Cherbuliez, 1859.

Suzanne Stelling-Michaud, Le livre du recteur de l’Académie de Genève (1559-1873), vol. 4, Genève, Droz, 1975.

Samuel Vincent, Vues sur le protestantisme en France, Nîmes, Bianquis-Gignoux, 1829, 2 vol.

Alice Wemyss, Histoire du Réveil, Paris, Les Bergers et les Mages, 1977.

Alexandre Zacharie, Le protestantisme réformé parisien sous la Monarchie de juillet, mémoire de Master 2 de l’Université de Paris 12 (Paris Est-Créteil) préparé sous la direction de Rémi Fabre.

Haut de page

Notes

1 Prospectus relié avec le volume 1 de l’année 1861 du Disciple de Jésus-Christ (désormais DJC) dans la collection conservée à la Bibliothèque de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français (54 rue des Saints-Pères, 75007 Paris), cote : P. 75.

2 Orentin Douen, notice sur « Martin-Paschoud » dans l’Encyclopédie des Sciences religieuses, vol. 8, p. 757.

3 Jules Steeg, article sur Martin-Paschoud publié à la fin du dernier numéro du DJC : 1873, p. 596-597.

4 [Stelling-Michaud 1975, p. 453] et [Encrevé 1993, p. 316-317, notice sur Martin-Paschoud rédigée par Daniel Robert]

5 Voir l’article nécrologique sur Martin-Paschoud, rédigé par Auguste Laurent Montandon, dans [DJC 1873, p. 481-494].

6 La loi précise que les pasteurs doivent avoir fait leurs études de théologie en France ; de ce fait, les étudiants français de Genève viennent passer les « grands examens » à la Faculté de Strasbourg (en fait ils ne restent que quelques semaines à Strasbourg, il ne s’agit que d’une régularisation formelle).

7 Il écrit à ce propos : « Nous étions fort jeunes tous deux [A. Monod et lui-même]. Nous avions été quatre ans condisciples. On me fit l’honneur, à Lyon, de m’appeler pour remplacer M. le pasteur Claparède. Je refusais, me dirigeant vers une petite église de campagne, et en refusant, c’est moi qui indiquai au consistoire de Lyon, Adolphe Monod, alors à Naples. Il accepta. » [DJC, 1864, p. 231])

8 J. Martin-Paschoud précise : « […] je l’estimais, je le respectais, je l’aimais de toute mon âme. Il le savait si bien que le jour même de sa destitution, à l’issue de la séance qu’il avait lui-même présidée et dans laquelle, sans voter sa destitution, j’avais dû y adhérer, nous nous embrassâmes avec effusion. » [DJC, 1864, p. 232]

9 Son élection provoque une polémique parce qu’elle a lieu alors qu’une partie des membres de tendance évangélique sont absents et que, de ce fait, d’autres évangéliques s’abstiennent de prendre part au vote. Voir [Zacharie, p. 76-77]. Voir aussi le registre des Procès-verbaux des délibérations du consistoire (séances du 29 mai et du 4 novembre 1836), conservés à la Bibliothèque de la SHPF.

10 Il entre en fonction le 5 février 1837.

11 DJC, 1873, p. 487-488.

12 L’article nécrologique consacré à Adolphe Monod qu’il publie dans le DJC en 1856 (p. 249-255) confirme pleinement cette remarque de Jean Pédézert.

13 En 1873 A.L. Montandon écrit à ce propos : « C’est au milieu de l’inaction forcée qui lui fut imposée, quant à cette partie de son ministère [la prédication] que Martin songea à créer, et fonda en 1829 [sic, en réalité elle est fondée en 1839 et le premier numéro paraît en avril 1840] cette sorte de Revue chrétienne, qu’il a nommée le Disciple de Jésus-Christ […] » [DJC, art. cit. p. 484-485].

14 Voir DJC, 1853, p. 466 et p. 494-498 ; au début, en 1853, il propose une « Alliance universelle » et c’est un peu plus tard qu’il juge nécessaire de la qualifier de « chrétienne ».

15 DJC, 1853, p. 496. En 1855 il utilise une formule un peu différente pour la seconde affirmation ; il dit qu’il a toujours prêché : « Aimez tous les hommes, créatures immortelles et enfants de Dieu ; […].» (DJC, 1855, p. 689.)

16 Naturellement, les évangéliques font remarque que cet homme, qui se présente depuis des années comme un farouche adversaire des confessions de foi, se trouve tout de même dans l’obligation d’en rédiger une lorsqu’il cherche à fonder une association religieuse. Voir Jean Pédézert, op. cit., p. 232-236 ; et, aussi, notamment, Frédéric Monod dans Archives du christianisme au XIXe siècle, 24 décembre 1853, p. 212 et 28 janvier 1854, p. 19-20 ; Adolphe Monod dans L’Espérance du 2 et du 16 février 1854 ; et Le Lien du 17 décembre 1853, p. 213-214 et du 7 janvier 1854, p. 4-5, qui soutient la démarche de Martin-Paschoud.

17 Voir aussi à son propos DJC, 1854, p.34-37, 38-39, 130-136, 196-202 et 230-243.On trouve aussi des renseignements intéressants dans DJC, 1855, p. 54-62, 111-114, 271-281 et 680-689.

18 La dernière assemblée générale signalée dans le DJC, se trouve aux pages 849-852 et 862-865 du volume paru en 1860.

19 Consulter, à ce propos l’article de Frédéric Passy « M. Martin-Paschoud », dans le DJC, 1873, p. 495-528.

20 Sur cette affaire voir [Encrevé 1986, p. 719-730].

21 Lettre du 30 janvier 1870, conservée à la Bibliothèque de la SHPF, ms. 1562* [Encrevé 1986, p. 772).

22 Notons que Martin-Paschoud siège au synode de 1872, mais il n’y joue qu’un faible rôle. Par ailleurs, il est clair qu’à la fin de sa vie il n’est plus un grand orateur, et qu’alors sa prédication ne marque pas les chaires de la capitale.

23 Naturellement, on trouve un écho de cette polémique dans le DJC de 1866 ; et en particulier, au 1er semestre, une brochure de 16 p. intitulée « Le pasteur Martin-Paschoud aux fidèles de l’Église réformée de Paris » reliée après la page 68, et aussi p. 221-245,438-445, 496-499 et 498 ; et au second semestre, p. 285-306, 437-444 et 541-544.

24 Consulter à ce sujet [Maury 1892], [Wemyss 1977] et, pour un exposé rapide [Encrevé 2009]

25 Consulter à ce propos, [Encrevé 2004]. Martin-Paschoud s’exprime aussi parfois dans un style que ne désavoueraient pas les revivaliste en parlant du pardon des péchés (voir DJC, 1841, p. 4).

26 Vincent soutient, notamment : « Vous avez à faire… une grande partie de ce qu’ils [les revivalistes] font. » [Vincent 1829, p. 287]

27 Telle est du moins l’explication qu’il donne dans son article intitulé « Douze ans de Disciple de Jésus-Christ » [DJC 1850, p. 512-518] (le titre de cet article peut surprendre, puisque le premier numéro de la revue paraît en avril 1840, en 1850 elle en est donc à sa onzième année ; mais, en raison des événements politiques deux tomes sont parus en 1848 – avec une interruption – ce qui explique sans doute cette curieuse numérotation).

28 Voir [DJC 1851, « Avant Propos », p. 4].

29 En fait, en 1848 les protestants réformés ont tenu deux assemblée : au mois de mai une assemblée préparatoire, appelée « Assemblée des délégués », puis une « Assemblée générale » en septembre [Encrevé 1986, p. 191-214]. Un compte rendu complet de ces deux assemblées paraît, notamment, dans la Revue religieuse comme supplément du DJC de 1849 (publié en 1850, mais relié avec l’année 1849).

30 Il reproche à l’Alliance évangélique de ne pas avoir exclu de ses rangs les possesseurs d’esclaves, sujet qui lui tient à cœur au moins depuis la rédaction de son mémoire de fin d’études en 1827.

31 Consulter, notamment, la reproduction d’un article de Ch. de Rémusat intitulé « De la Réforme et du protestantisme », paru dans la Revue des Deux Mondes [DJC, 1854, p. 469].

32 Voir en particulier [DJC, 1853, p. 466, 494-498 ; 1854, p. 34-39, 79-82, 130-136, 196-202, 230-243].

33 Pasteur luthérien, Louis Leblois (1825-1898) a fondé en 1848 la Société du progrès religieux, où se côtoient chrétiens et non chrétiens et qui inspire Martin-Paschoud en 1853 quand il fonde l’Alliance chrétienne universelle.

34 En 1856 elle n’est servie qu’aux abonnés de Paris, ce que son contenu permet de comprendre. Celui-ci s’étant modifié, à partir de 1857 ce supplément est envoyé à tous les abonnés.

35 Voir, par exemple, en 1856, l’article intitulé « Le journal L’Espérance et Le Disciple de Jésus-Christ », p. 80-86 ; voir également, p. 60-75 (article de B. de Lagny) et p. 125-128 (article de L. Trial).

36 Dès 1860 la revue compte 1230 p.

37 Notons que la Revue chrétienne est un peu moins volumineuse (760 p. en 1859).

38 Martin-Paschoud avait étrenné cette « Chronique du mois » en 1858 dans la Petite Revue.

39 Notons que Martin-Paschoud continue à faire figurer sa traditionnelle rubrique de « Poésies ».

40 Voir, par exemple, « Les pierres vivantes » par Eugène Buisson (p. 616-634), « La confiance en Dieu » par G. Bastie (p. 761-774) ; « Le vrai disciple de Jésus-Christ », qui reproduit un sermon de Martin-Paschoud (p. 433-440).

41 L’article paraît en 1858 aux pages 409-424 et 481-508 ; et en 1859 aux pages 16-53, 97-128, 181-203, 282-304, 355-378 et 440-471.

42 Par exemple : « Quelques mots sur l’orthodoxie », par J. Cruvellié (p. 54-60).

43 P. 597-615, 853-864.

44 « La mort de Barnevelt », p. 811-835 et 932-963.

45 Sans doute Martin-Paschoud a-t-il du mal à la faire rédiger, car elle s’interrompt après la chronique du mois d’août.

46 Pécaut écrit, par exemple : « Jésus-Christ, considéré comme objet du culte ou comme agent permanent de la vie morale est un élément étranger que l’âme s’applique d’une manière extérieure et artificielle, mais qu’elle ne pourra jamais s’assimiler complètement. » [Pécaut 1859, p. 223]. Prenant l’exemple d’un homme qui veut ramener un ivrogne à la tempérance et se demandant quelle place il donnera au Christ dans cette affaire, et il soutient : « Quoi que je fasse, son rôle ne pourra être que secondaire […] Dieu seul est indispensable. » [Pécaut 1859, p. 224]. Voir aussi [Encrevé 1996, 2007]. En 1864 il publie un livre intitulé : De l’avenir du théisme chrétien considéré comme religion (Paris, Cherbuliez) ; le titre est significatif.

47 « La confession d’un théiste chrétien », p. 517-559.

48 Il écrit, en particulier : « Nous ne pouvons nous empêcher d’être émus et reconnaissants au spectacle d’une telle sincérité, d’une telle foi, d’un si ardent amour de la vérité, d’une dévotion si désintéressée à l’exprimer et à la répandre. » [DJC, 1859, p. 234]

49 Voir aussi ce qu’il écrit, p. 998-999.

50 En 1855 il publie deux textes de Channing (p. 314-330 et 563-581), un autre en 1856 (p. 8-20 et 79-92) ; une étude d’Alfred Franklin sur Channing (« Channing et le christianisme unitaire », 1856, p. 426-432, 505-510, 708-712), etc.

51 « Lettres d’un pasteur français à un pasteur allemand, sur la détermination entre la lettre et l’esprit des livres saints » [DJC 1856, p. 158-172, 256-268, 480-492].

52 Notons qu’il l’orthographie « Schleiermaker », ce qui correspond sans doute à la prononciation alors en usage en France.

53 Voir par exemple, en 1858 l’article de J. Cruvellié intitulé « Quelques observations sur le rétablissement des synodes » [DJC p. 285-300]

54 Cette publication commence au premier semestre de l’année 1861.

55 Elle compte 904 p. en 1862, contre 1230 en 1860.

56 Le nombre de page est en baisse (780 p.), la table des matières, publiée en fin d’année, n’est pas classée par rubriques, etc.

57 Ainsi, le premier numéro de l’année s’ouvre par la reproduction d’une prédication, intitulée « L’unité de l’Église », prononcée par Athanase Coquerel fils le 17 janvier 1864, tandis que l’année se termine par la reproduction d’une prédication, intitulée « La liberté de conscience dans l’Église réformée de Paris » prononcée par Martin-Paschoud, le 17 décembre 1864, ce qui ne laisse pas d’être significatif.

58 Le record étant atteint en 1867 avec 1367 pages. Ensuite, en 1868 et 1869 elle redescend aux environs de 1000 pages annuelles. Naturellement, elle ne paraît qu’au premier semestre en 1870 et au second semestre en 1871 et ensuite elle ne parvient pas à se redresser (764 p. pour 1872 ; cependant on compte 600 pages pour le premier semestre 1873, à la fin duquel elle s’interrompt).

59 Voir, par exemple, dans le second semestre de 1865, p. 381-407 ; 1866/1, supplément de 16 p. paru en janvier 1866 : « Le pasteur Martin-Paschoud aux fidèles de l’Église réformée de Paris ».

60 Voir, par exemple, 1865/1, p. 313-330 ; 1865/2, p. 160-168 ; 1866/1, p. 56-62 ; 1867/2, p. 595-601.

61 Certains ont commencé à écrire dans la revue alors qu’elle était dirigée par E. Haag.

62 Voir son article intitulé « De la croyance et du sentiment en religion » 1867/2, p. 423-440.

63 Elle s’intitule Réponse d’un pasteur de campagne à deux questions adressées au libéralisme par M. le professeur Pédézert (Paris, 1867, 20 p.).

64 Pour ses sermons, voir, par exemple : 1865/2, p. 445-460 ; 1867/2, p. 409-422 et aussi, p. 477-489. Pour ses articles, consulter notamment : « La philosophie religieuse de l’Histoire de la Révolution française » [à propos du livre d’Edgar Quinet « La Révolution »], 1866/1, p. 177-201 ; « Un défenseur du christianisme au second siècle », 1867/2, p. 353-367 ; « L’enseignement de Jésus-Christ comparé à celui de ses disciples », 1869/1, p. 505-559.

65 Quelques années plus tard Pécaut changera d’avis et, en 1872, il participera au Synode général ; mais, peu après, il quittera l’Église réformée.

66 Il s’agit de conférences que Pécaut est venu prononcer à Neuchâtel à la demande de Ferdinand Buisson, qui tente d’y mettre sur pied une Église libérale extrémiste.

67 Il écrit notamment, à propos de Schleiermacher : « […] la marche de notre mouvement théologique n’en a été que plus originale, plus directe et plus rapide sous l’influence prépondérante du génie français ; les principes ont librement déployé leurs conséquences, et aujourd’hui bon nombre de nos écrivains semblent avoir doublé le cap, où l’école allemande de Schleiermacher reste encore échouée. […] Comment se défendre d’un sentiment douloureux à la vue d’une intelligence si puissante, si originale, si déliée, si bien munie d’instruments, et qui s’enveloppe d’une immense illusion ? […] Comment donc ce grand esprit a-t-il pu suspendre par un fil si ténu à un point unique de l’histoire, tant de vues admirables […] ? » [DJC, 1865/1, p. 238-239]

68 Le titre complet est : « De l’argument de l’utilité morale en matière de religion, ou que prouve, pour la vérité des doctrines orthodoxes, leur efficacité morale » ; il s’agit d’une conférence prononcée à Genève en janvier 1870.

69 En particulier dans les années 1864-1867, au moment de son conflit avec le consistoire de Paris.

70 Il est probablement très satisfait de ce texte, puisqu’il en publie à nouveau une partie en 1859, sous le titre « L’ère nouvelle du protestantisme » [DJC 1855, p. 593-596].

71 Naturellement, il y a d’autres textes, mais le plus souvent il y reprend (et parfois précise) les idées exposées dans ces deux articles.

72 Il utilise cette formule en 1857 dans la Petite Revue (p. 65 et p. 68).

73 Il y revient en 1855, en expliquant qu’il est né « dans un pays d’hostilités, de haines religieuses ; plusieurs fois témoin, dans mon enfance des furieuses et sanglantes réaction des partis » (DJC, 1855, p. 688.)

74 Il a expliqué un peu plus haut qu’il vient d’assister à une réunion de l’Alliance évangélique, probablement celle qui s’est tenue à Paris à l’occasion de l’Exposition universelle de 1855.

75 Il écrit aussi en 1853 : « Chrétiens, donc, catholiques, grecs, protestants au lieu de concentrer et d’épuiser vos forces pour cette œuvre impossible [la restauration des orthodoxies doctrinales] réunissez les pour un travail fécond, dans le vaste champ où le Seigneur vous appelle : aimer Dieu créateur et père de tous les hommes, Aimer tous les hommes créatures et enfants de Dieu, Aimer Jésus-Christ Fils de Dieu et Sauveur des hommes. » [DJC 1855, p. 497-498]

76 Un peu après il publie également un article de B. de Lagny intitulé « Du calvinisme, du luthéranisme et du catholicisme » où l’auteur explique les affirmations de Martin-Paschoud, en les atténuant quelque peu et en soutenant que cela ne signifie pas que les Églises doivent disparaître, mais qu’elles doivent se transformer pour répondre aux attentes des hommes de leur temps [DJC, 1856, p. 113-122].

77 Il précise en 1856 : « Ainsi, hors de la justice, de la miséricorde, de la fidélité, hors de l’amour de Dieu et de l’amour des hommes, c’est-à-dire hors de la religion, hors de la religion de Jésus-Christ, non, il n’y a pas de salut, il n’y a pas de bonheur. » [DJC, 1856, p. 3]

78 Il écrit, exactement : « Nous croyons qu’il y a un Dieu, créateur et conservateur des cieux et de la terre, père et ami de tous les hommes, puissant, intelligent, bon, qui, de toute éternité, a mis sa puissance infinie et son intelligence infinie au service de son amour infini. »

79 Quelques années plus tard, en 1861, il explicite ce qu’il rejette dans les conceptions traditionnelles  : « la soumission absolue à une autorité visible absolue », « l’apparition en chair et en os du Créateur du ciel et de la terre, qui vient écrire de sa propre main sur une feuille de marbre ou de papier », « prédestination, péché originel, corruption radicale, expiation par le sang, peines éternelles, et tout cet attirail dogmatique dont on fait dépendre notre damnation ou notre salut ; de même enfin de cette autorité infaillible, miraculeusement octroyée à chaque parole d’un homme [Jésus-Christ], ou a chaque syllabe d’un livre [la Bible], et sous le joug de laquelle on a la folle prétention de courber, sans réclamation, toutes les consciences. » DJC, article intitulé « La crise du protestantisme » [DJC 1861 p. 626-631 ; p. 627-628].

80 Petite Revue, 1857, p. 65.

81 Il n’en parle guère dans ses articles.

82 Rappelons qu’Edmond de Pressensé à rédigé ce que nombre de commentateurs regardent comme la meilleure réponse contemporaine à la Vie de Jésus de Renan : Jésus-Christ, son temps, sa vie, son œuvre, Paris, Meyrueis et Germer-Ballière, 1866, 684 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Encrevé, « Le Disciple de Jésus-Christ, revue du pasteur Martin-Paschoud », ThéoRèmes [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 17 juin 2016, consulté le 18 août 2017. URL : http://theoremes.revues.org/778 ; DOI : 10.4000/theoremes.778

Haut de page

Auteur

André Encrevé

Professeur émérite à l’université Paris-Est Créteil Val-de-Marne

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
ThéoRèmes – Enjeux des approches empiriques des religions est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page