Navigation – Plan du site

Le protestantisme libéral : une théologie aux limites

Éditorial
Anthony Feneuil et Ghislain Waterlot

Texte intégral

  • 1 Nous espérons que cette incursion dans l'histoire de la théologie chrétienne donne l'impulsion d'a (...)

1Pourquoi consacrer, dans la revue ThéoRèmes, un dossier à la théologie protestante libérale ? Plusieurs raisons doivent être invoquées. La plus évidente est le caractère relativement méconnu de ce courant de pensée pourtant d'une grande importance au tournant des xixe et xxe siècles, et décisif pour l'histoire de la théologie chrétienne au xxe siècle et jusqu'aujourd'hui. Plus généralement, l'histoire de la théologie et des théologies se trouve, dans le monde scientifique d'expression française et peut-être tout particulièrement en France, largement ignorée. Cette ignorance est dommageable : au-delà de la nécessité, pour l'histoire d'une religion, de connaitre les manières dont cette religion se pense elle-même (et de ce point de vue, présenter le protestantisme libéral c'est aussi ouvrir une page de l'histoire du christianisme), il y a dans la pensée théologique des ressources pour la pensée tout court, et bien évidemment d'abord pour une pensée du religieux, par ailleurs appuyée sur la philosophie et les sciences sociales1.

2C’est tout spécialement le cas pour le protestantisme libéral, dans la mesure où rarement théologie s’est si explicitement donnée comme programme l’adéquation avec l’esprit scientifique de son temps. Le protestantisme libéral est une théologie qui se veut scientifique, au sens de la science de son temps : positive, critique, progressive. Et c’est une théologie qui entre immédiatement en contact et en dialogue avec d’autres disciplines que l’on finira par appeler les sciences humaines : l'histoire (Ritschl, Harnack, Troeltsch), la sociologie (Simmel), la psychologie (James, Sabatier), etc.

3Le présent dossier ne vise aucune exhaustivité. Il met l'accent sur le libéralisme d’expression française, sans doute moins connu encore que son pendant germanique, comme en témoigne l’absence de réédition des principaux auteurs mentionnés. Cette concentration initiale n’est cependant pas une fermeture, et nous souhaiterions que comme tous les dossiers de la revue, il accueille de nouvelles contributions qui l’élargissent et le décentrent.

4La plupart des articles sont issus de contributions données lors d’un colloque organisé à l’université de Genève et consacré aux sources du protestantisme libéral. Il est apparu rapidement – et c’est particulièrement visible dans les contributions retenues, d’ailleurs souvent transformées en profondeur depuis le colloque – que ce retour sur les origines permet d’interroger le cœur du projet libéral, et qu’il ouvre par conséquent immédiatement sur son avenir. C’est que l’une des plus grandes spécificités de la théologie libérale est justement d’avoir assumé son inscription dans l’histoire européenne, et de ne s’être pas seulement comprise comme une théologie de l’histoire, et par conséquent au-dessus d’elle, mais comme une théologie dans l’histoire, jusqu’à envisager sa propre relativité historique. Les contributions d’André Gounelle et d’Anne-Claire Husser permettent de prendre toute la mesure de cette dimension des pensées libérales : pour se comprendre eux-mêmes, les théologiens libéraux s’inscrivent dans une histoire plus ou moins longue du protestantisme (depuis la Réforme, pour Réville, depuis les Lumières pour Bertrand) voire du christianisme (Wagner) et de son rapport à la modernité (Buisson). C’est pourquoi nous avons choisi de donner comme sous-titre à ce dossier : une théologie aux limites. Toutes les contributions, en effet, touchent la question des limites : limites de la théologie libérale, à travers la question de son origine, mais également celle de son avenir, et de la manière dont elle a contraint, durant tout le vingtième siècle et jusqu’aux tentatives théologiques contemporaines, à une série de déplacements dans la manière pour la théologie de se comprendre dans sa situation vis-à-vis tant du religieux que du social (c’est tout le sens de la démonstration de Pierre Gisel).

5La question du devenir de la théologie libérale est comme devenue celle de l’avenir de la théologie chrétienne elle-même. Le libéralisme, ayant embrassé l’idée du progrès, s’est vite trouvé confronté à l’idée de sa propre disparition comme théologie, et comme théologie chrétienne, posant du coup la question des limites de la théologie en général et du christianisme. Jusqu’où est-il possible de maintenir un regard critique sur le dogme sans abandonner le christianisme ? La pente naturelle du libéralisme n’est-elle pas celle suivie par la revue Le disciple chrétien, décrite par André Encrevé dans son article, d’une radicalisation libérale qui épure toujours plus le christianisme de ses dogmes, jusqu’à celui de l’existence de Dieu (Rives). Nouveau christianisme ou abandon du christianisme comme tel ? C’est aussi la substance du débat entre Wagner et Buisson décrit par A. Gounelle, et le nerf de la résistance de Sabatier à un abandon pur et simple du dogme, et de sa tentative de lui conserver une valeur du moins symbolique. Que reste-t-il du christianisme au-delà des dogmes chrétiens, ce qui est autant une question historique et sociologique sur le christianisme et son rapport à la modernité séculière, une question théologique sur son avenir, et une question philosophique, déjà abordée dans le dossier sur l’incroyance religieuse, quant au rapport entre croyance et religion.

Haut de page

Notes

1 Nous espérons que cette incursion dans l'histoire de la théologie chrétienne donne l'impulsion d'autres dossiers consacrés à la théologie, au-delà si possible du seul christianisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Feneuil et Ghislain Waterlot, « Le protestantisme libéral : une théologie aux limites », ThéoRèmes [En ligne], 8 | 2016, mis en ligne le 17 juin 2016, consulté le 28 juin 2017. URL : http://theoremes.revues.org/775

Haut de page

Auteurs

Anthony Feneuil

Université de Lorraine, Centre Écritures (EA 3943)

Articles du même auteur

Ghislain Waterlot

Université de Genève, Faculté de théologie, IRSE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
ThéoRèmes – Enjeux des approches empiriques des religions est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page