Navigation – Plan du site

Éditorial : capter le rite par les images

Yann Schmitt

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La parenté entre image fixe ou en mouvement d'une part et religion d'autre part est bien connue. Le hors-champ essentiel est ce qui lie les images entre elles et qui implique le spectateur. Le religieux lui aussi relie et rassemble, il rassemble autour d'une liaison (hypothétique) avec un invisible qu'il faut rendre présent, par la croyance comme par le rite, et qui structure ainsi la communauté. Cette mise en présence peut se montrer mais aussi se matérialiser en inscrivant l'omnivoyance divine dans divers procédés techniques, théâtraux, déterminant et configurant le rituel (voir Grimaud dans ce dossier). La sensibilité est ainsi éduquée à la théophanie (Lupant). Mais une image même religieuse et un film ethnographique ne sont pas des rituels religieux. Comme le montrent tous les textes de ce dossier, l'image fixe ou en mouvement est toujours cadrée, montée et située, elle circule et reçoit des sens variés qu'il faut savoir discerner. L'analogie doit par conséquent rencontrer ses limites.

2Le rituel a entre autres pour fonction de rendre présent l'un à l'autre la divinité et le croyant, ainsi que sa communauté. Le film comme l'image crée une distance entre lui-même et son éventuel référant tout en essayant de témoigner voire de co-créer une expérience (Tabet) et une révélation du rite pour nous qui ne sommes pas initiés (Pasty-Abdul Wahid).

3Il existe donc une concurrence dans les mises en présence et les faire voir. Ceux qui mènent le rituel et ceux qui filment le rituel n'ont pas le même régime de visibilité et doivent négocier une présence commune. Les références qui structurent le champ de visibilité ne sont pas les mêmes. Les croyants menant le rituel organisent la visibilité autour de la mise en présence de la divinité, le chercheur vise la visibilité du rituel lui-même. Cette position est paradoxale puisque montrer le rituel, ce n'est pas le montrer tel qu'il veut être et peut-être tel qu'il est car on ne préjugera pas des illusions des pratiquants. Capter le rituel n'est pas montrer la présence de la divinité car c'est montrer l'effort pour se rendre présent la divinité à travers ce qu'il faut bien appeler mise en scène et des pratiquants et du chercheur.

4Il faut par conséquent se garder d'exagérer l'opposition entre un rituel qui relève d'une communion irréfléchie et irrationnelle et la captation qui objective ou met entre parenthèse l'objet du rite. À la lecture du dossier, on comprendra que la réflexion est déjà opérante dans le rituel et qu'elle permet notamment la prise en compte du regard du chercheur dans la pratique rituelle. Le film par différence d'avec l'image fixe permet aussi de réinscrire le rituel dans le procès de la journée (Pénicaud), par delà la différence du sacré et du profane, le film étant lui-même réinscrit dans le contexte des entretiens et de l'écriture anthropologique (Lardy). L'implication non objectivante du chercheur apparaitra aussi, sa capacité à suivre la mise en présence du divin sans distance critique a priori qui invaliderait son projet de compréhension et de manifestation.

5Si l'image rend publique, sa publicité est politiquement et économiquement problématique depuis bien longtemps. Par ce dossier, il est (à nouveau) montré que l'on peut mettre en défaut un choc artificiel entre un religieux dogmatique iconoclaste et un rationalisme démythologisant et réducteur, choc que certains se plaisent à réactiver sans cesse de manière aussi stérile que dangereuse. Quand il n'est pas iconoclaste, le dogmatisme religieux décrète un échec de principe du film et de l'image sur le religieux qui ne peuvent pas rendre compte dans le règne du visible de l'invisible. Seule une attitude religieuse pourrait éventuellement donner la compétence nécessaire pour faire fonctionner religieusement l'image et le film. Bien sûr, sein du rituel, le film et l'image devenus icônes transforment et éduquent le regard par une mise en présence du divin. L'image par sa publicité ritualisée produit une intériorité spirituelle chez ceux qui la regardent. Cependant, une telle constitution du sujet croyant se mue trop facilement en une clôture pour tout autre regard, esthétique, ethnographique, historique, objectivant, regards accusés de ne pas voir la transcendance ou même l'expérience spirituelle. Face à ce dogmatisme, le chercheur pourrait rêver d'une image autosuffisante ou parfaitement instrumentalisée au sein de la recherche scientifique. Une telle image réduite à un moyen n'aurait plus rien à montrer : le religieux devient une attitude intime qui se lit dans des gestes transparents, sans évoquer de mystère. La critique de la croyance en un transcendant invisible se fait par la publicisation assumée du rituel où tout ce qu'il y a est vu, tout est dehors, accessible. La profession de foi athéiste d'un tel régime des images est peut-être un horizon critique, il n'est sûrement pas un idéal régulateur de la compréhension.

6Les films et les images sur le religieux sont donc au sens littéral coproduits, par les acteurs et les chercheurs. Reste un hiatus : le surnaturel produit-il aussi ses effets ? En nous ramenant à cette question, le film et l'image sont bien une mise en scène et une mise en présence du religieux dans ce qu'il a d'essentiel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Schmitt, « Éditorial : capter le rite par les images », ThéoRèmes [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 03 juillet 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://theoremes.revues.org/709

Haut de page

Auteur

Yann Schmitt

CéSor-EHESS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
ThéoRèmes – Enjeux des approches empiriques des religions est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page