Navigation – Plan du site

Méthodologie de l’observation filmique en milieu monacal : du sensible à l’invisible

Caroline Lardy

Résumés

La méthode d’observation expérimentée dans le cadre d’une enquête filmique conduite dans un monastère a consisté à placer la caméra au cœur du dispositif de recherche. L’utilisation combinée du film et des outils classiques de l’enquête ethnographique est d’un apport inestimable, obligeant le chercheur cinéaste à concilier démarche scientifique et artistique. Au cours de cette enquête filmique menée dans un Carmel, une attention particulière a été accordée à l’intrication des activités religieuses et non religieuses, la prière et ses prolongements dans les gestes du travail. L’analyse du corpus filmique interroge en particulier les enjeux de la mise en images des indices du sacré, de la spiritualité, de l’invisible et des difficultés que cette intention pose à l’observateur cinéaste dès lors qu’il prend appui sur ce qui est directement accessible au regard, le sensible.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Au cours de l’enquête, le Carmel étudié était composé de 17 à 21 religieuses professes et durant un (...)

1Ce travail est le fruit d’une enquête menée durant cinq années dans un monastère carmélite situé en France1. Pour des raisons de discrétion, les religieuses ont exigé que l’identité du Carmel ne soit pas mentionnée lors de la publication du travail de recherche et que les films documentaires ne soient diffusés que dans un cadre scientifique en notre présence ou visionnés en bibliothèque.

2La méthode de recherche se fonde sur l’élaboration d’un dispositif d’observation caractérisé par des outils de collecte des données propres à l’enquête ethnographique classique (entretiens, prises de notes) complétés par des enregistrements effectués à l’aide d’une caméra vidéographique légère. L’ensemble de ce corpus de données à la fois écrit et audiovisuel constitue un des principaux enjeux méthodologiques.

  • 2 Le choix de cette communauté en particulier s’est effectué à partir de plusieurs critères dont celu (...)
  • 3 Les carmélites visionnent de manière très sporadique des documents audiovisuels tels que des cérémo (...)

3L’objet de la recherche a porté sur l’observation de la variété des activités quotidiennes, de leur mode d’organisation dans un lieu circonscrit, dont les membres partagent des valeurs communes et obéissent à une même règle de vie. L’utilisation de la caméra comme outil d’exploration, d’analyse et de description avait pour ambition de témoigner de la dynamique de la vie quotidienne de cette communauté de carmélites2, sous son aspect collectif, solitaire, matériel ou rituel. Ce dispositif d’observation rendait d’ailleurs plus délicate l’intégration de l’observateur sur le terrain en raison de la présence de l’instrumentation et du projet de réaliser des films dans un contexte où l’image cinématographique est peu présente3.

4La méthode de recherche relève de l’anthropologie visuelle et des principes développés par « l’Ecole de Nanterre », à l’initiative de Jean Rouch, anthropologue cinéaste, puis dans la lignée des travaux portés par la Formation de Recherches Cinématographiques (FRC) dirigée par Claudine de France et Annie Comolli.

  • 4 « Ensemble des activités du cinéaste concernant aussi bien l’enregistrement filmique que l’observat (...)
  • 5 Lors de la récréation du soir d’une durée de 45 minutes, la règle du silence est levée, ce qui perm (...)

5Cette méthode d’enquête place l’observation filmique4 [de France 1982, p. 372] au cœur de la recherche. Dans ce contexte, un va-et-vient constant s’opère entre la collecte des informations sur des supports variés (écrits, audio et visuels) sur le terrain et l’analyse de ces derniers a posteriori. Au sein de ce Carmel, parmi la collecte de sources audiovisuelles menées autour de dix activités, sept ont fait l’objet de films montés. Quelques séances de visionnage des enregistrements en présence des carmélites ont été organisées pendant les récréations5 afin de récolter les impressions et partager les remarques pour faire évoluer certains choix de sujets ou options de mises en scène. L’usage de cette expression relevant plus communément du cinéma de fiction est à replacer dans le champ du cinéma documentaire de recherche en sciences humaines qui vise, entre autres, à proposer une interprétation fidèle de la réalité observée. La notion de mise en scène telle qu’elle est envisagée en anthropologie visuelle désigne la manière de mettre en ordre sous la forme d’une description filmique, les activités observées. Il ne s’agit pas seulement de collecter des données sonores et visuelles mais également de les organiser tout en accordant un soin particulier à la qualité de la construction filmique et de l’œuvre qui doit en résulter. Ce dispositif méthodologique associe en permanence la réflexion et ses traces consignées dans l’analyse écrite avec la réalisation d’un support filmique qui le complète et l’enrichit.

6Avec cette méthode de recherche, le film est considéré comme un témoin privilégié permettant de décrire et de comprendre certains aspects de la vie érémitique. Un questionnement porte également dans le corpus écrit, sur l’intérêt du film, ses atouts et ses limites comme outil d’exploration, d’analyse et de restitution des données.

7La conduite d’une enquête dans un monastère selon les principes de la méthode ethnographique avec l’outil caméra en sus n’a pas été sans poser un certain nombre de questions sur les modalités d’observation et d’acceptation de la présence de l’observateur et de l’instrumentation audiovisuelle. En quoi la description filmique approfondie conduite autour de plusieurs activités sur cette communauté donne-t-elle accès à certaines données que le regard non outillé, appelé aussi non filmique, ne permet pas d’appréhender avec autant d’acuité ? Dans quelle mesure des gestes, des postures ou des expressions des visages des religieuses au travail ou en prière procurent-ils des indices de la spiritualité et des liens avec les puissances invisibles ?

8La mise en place de l’enquête filmique dans ce monastère a requis, pour la chercheuse cinéaste que nous sommes, d’adopter certaines précautions pour nous faire accepter par la communauté et conduire dans des conditions favorables, l’enquête jusqu’à son terme.

  • 6 La fabrication se déploie dans sept salles différentes pour les étapes suivantes : confection de la (...)
  • 7 Ce premier séjour d’enquête d’une durée de quatre semaines a été consacré à l’observation directe e (...)

9La première rencontre avec la prieure fut décisive. Ce fut l’occasion de présenter le projet de recherche et de défendre la pertinence du dispositif d’observation dont la nécessité de filmer les activités liées, entre autres, à la fabrication des hosties, premier objet de notre attention. A l’issue de cet échange fructueux, une rencontre a été organisée avec le reste de la communauté de carmélites réunie lors de la récréation communautaire du soir pour exposer la méthode d’observation et définir de manière concrète, les modalités d’organisation du premier séjour et la répartition des séances d’observation dans les salles de fabrication des hosties6. L’accord obtenu par la communauté ainsi que celui de l’évêque du diocèse a permis de définir un cadre précis pour l’enquête7.

  • 8 Il s’agissait d’un travail de recherche conduit en vue de l’obtention d’un doctorat [Lardy 2006].

10La réussite de cette première expérience d’observation aboutissant à la réalisation d’un film de 33 minutes (Le temps du pain partagé) a permis, par la suite, de poursuivre le travail de recherche et d’élargir les observations à d’autres activités. Furent ainsi effectués au cours de cinq années, d’autres séjours d’observation en vue de réaliser une série de films documentaires autour de la préparation des repas, de la lessive à la main des robes et des scapulaires, des offices liturgiques collectifs, des activités de prière individuelle, de la lecture spirituelle en cellule ou même de l’ambiance singulière qui règne lors de la récréation communautaire du soir. L’acceptation ponctuelle de notre présence en tant qu’observateur extérieur, était motivée, pour cette communauté de carmélites, par le souhait de nous aider à mener un travail de recherche8. Certains films ont été utilisés par les moniales dans le cadre d’une formation autour de la fabrication des hosties pour de jeunes religieuses issues d’un carmel en Hongrie. La communauté carmélite observée a toujours manifesté un vif intérêt pour notre travail de recherche dans le sens où celui-ci, pour reprendre les mots de la prieure de l’époque, « restituait avec justesse le sens de leur vie ». Le travail d’enquête a malgré tout été jalonné de plusieurs étapes avec des évolutions quant aux modalités d’insertion, faites de réajustements et de négociations avec la prieure, ses trois conseillères, dont la maîtresse des novices ainsi que des religieuses en particulier. Cette expérience de la recherche en milieu monastique fut un terrain d’apprentissage particulièrement formateur pour la démarche de l’anthropologue et du cinéaste documentariste à laquelle nous prétendions.

  • 9 Cette idée fait référence à la notion de profilmie qui selon Claudine de France est la « manière pl (...)

11Dans de telles conditions d’observation, le chercheur cinéaste ne peut pas être assimilé à un observateur classique car la présence de l’instrumentation audiovisuelle peut parfois entraîner les personnes filmées à modifier leur comportement9. De nombreuses précautions doivent être envisagées pour pallier à ces risques et faire en sorte que les activités observées avec la caméra se déroulent au plus près de leur occurrence réelle, sans caméra. Il fallait, en effet, habituer les religieuses à la présence de l’instrumentation audiovisuelle, aux rapprochements qu’elle induisait pour souligner en gros, voire très gros plans, les gestes du travail ou de la prière, par exemple. L’attitude choisie en tant qu’observateur extérieur se caractérisait par plusieurs principes dont celui d’être discrète dans nos déplacements, nos mouvements, de porter une tenue vestimentaire sobre et pratique. Cette tenue devait également permettre les mouvements du corps indispensables en situation de tournage, caméra à la main. Nous avions également choisi de limiter les observations à notre seule présence lors des phases d’exploration non outillée, sans caméra et à la présence d’un preneur de son, au cours de trois tournages parmi les dix réalisés au total (la fabrication des hosties, la lessive des robes, la couture).

  • 10 « Pour favoriser le climat de prière et de solitude qui caractérise le Carmel, toutes les sœurs gar (...)

12Outre les apparences extérieures de discrétion, nous respections le silence environnant imposé par la Règle et les Constitutions qu’observent les carmélites. Il nous fallait d’une part, nous plier à l’obligation du silence, prescrite dans les textes de référence [Constitutions 1991, p. 80]10, qui gouvernent la vie au Carmel ; d’autre part, nous ne devions pas perturber le déroulement des tâches que nous observions. Nous ne souhaitions pas que notre présence rompe le mode de vie habituel de la communauté et l’entraîne à transgresser la règle du silence. En adoptant ces différents usages, nous espérions faciliter l’insertion auprès des moniales et l’observation de leurs activités. Pour nous introduire et mieux comprendre le milieu monastique, nous avons également pris connaissance des textes auxquels se réfère l’Ordre religieux dont cette communauté dépend, notamment les œuvres de Thérèse d’Avila et Jean de la Croix. Une autre contrainte vint s’ajouter à la discrétion requise. Il s’agissait de la limitation de la fréquence et de la durée des périodes d’observation. Une présence longue ou par trop répétée aurait perturbé le rythme de vie et le travail de la communauté, entraînant une perte de concentration, une rupture du silence, etc. Les séjours étaient organisés en fonction des indications de la prieure avec laquelle nous convenions des modalités de l’observation et de son adéquation avec les obligations rituelles ou matérielles de la communauté. Il y eut au cours des différents séjours, des évènements imprévus (notamment des décès de religieuses) qui ont perturbé – voire annulé – nos projets d’observation. Il arrivait également qu’une religieuse refuse d’être filmée. Tous les tournages ont été effectués avec l’accord de chaque religieuse et de la prieure.

13Le choix des sujets s’est orienté en premier lieu sur des activités à dominante matérielle afin d’examiner la manière dont ces activités s’articulaient dans le quotidien des carmélites. Nous pensions aussi qu’il serait plus facile de débuter l’enquête par ce type d’activité plutôt que par celles à dominante rituelle.

  • 11 Seuls les activités de nettoyage à la main des robes et des scapulaires se déroulant deux fois par (...)

14L’organisation des activités quotidiennes dans ce Carmel est fondée sur un principe de roulement entre les membres de la communauté. Ceci permet à la plupart des carmélites, sauf exception11, d’abandonner ponctuellement le cours de leur travail pour assister aux offices liturgiques (Messe, Sexte, Vêpres). Une de nos stratégies d’observation consistait à suivre les moniales au cours de leurs différentes activités et déplacements afin de témoigner dans les films, de la complexité qu’induit ce mode d’organisation pour concilier obligations matérielles de productivité (tâches domestiques, fabrication des hosties, etc.) et obligations rituelles liées au mode de vie régulier. C’est ainsi qu’est rapidement apparu l’intérêt de ne pas dissocier l’observation filmique des activités matérielles ou manuelles avec celle des offices liturgiques qui rythment l’emploi du temps de chaque journée.

Du sacré disséminé dans chaque activité

  • 12 Il s’agissait de choisir, par exemple, des activités qui mettaient particulièrement en valeur les g (...)
  • 13 Emploi du temps quotidien: 5h55 : Lever / 6h30 : Laudes / 7h00 : Oraison / 8h00 : Messe / 8h45 : Ti (...)

15Dès les premières observations, nous nous sommes aperçue la nécessité d’entreprendre une double enquête : celle de connaître avec précision les activités susceptibles d’être filmées, à savoir, les activités qui comportaient aussi un intérêt cinématographique12 et prendre en compte l’organisation générale des tâches dans le monastère. Cette organisation fait s’imbriquer rites religieux, travaux profanes et activités de détente. La répartition des tâches auxquelles sont affectées de manière temporaire et rotative les carmélites fait l’objet d’une organisation rigoureuse pour la bonne marche du monastère. Lorsqu’on observe le planning des religieuses13, on constate que les travaux domestiques occupent une part conséquente des activités hebdomadaires. Après avoir compris le mode d’organisation de la communauté, il nous a semblé intéressant de trouver, dans les choix de mises en scène filmiques, le moyen de souligner la conduite, par les religieuses, des tâches matérielles avec l’observance des offices liturgiques qui scandent la journée. Certaines séquences filmiques décrivent, par exemple, comment les religieuses passent sans transition d’une activité matérielle à une activité de prière qui sollicite une intense concentration comme la lecture spirituelle en cellule ou l’Oraison de l’après midi. La répartition entre ces activités à dominante tantôt matérielle, manuelle ou liturgique joue un rôle fondamental dans la vie quotidienne du monastère. Les carmélites s’appuient, pour ce faire, sur un idéal d’équilibre entre vie solitaire et vie communautaire tel qu’il est mentionné dans les Constitutions de Thérèse d’Avila. La prieure est en charge de veiller, au cours de son mandat, à l’application de ces directives. Parmi les entretiens que nous avons conduits auprès des carmélites, la prieure nous confia être attentive à ce qu’aucune religieuse ne bascule de manière radicale dans la solitude, ou, au contraire, dans la vie communautaire. Certaines pratiques dans l’organisation générale des activités corroborent cette intention lorsqu’il est demandé, par exemple, aux carmélites de tirer au sort, une fois par mois, l’attribution d’une nouvelle place au réfectoire, afin de ne pas favoriser des relations d’amitié en particulier. En revanche, dans une autre intention qui vise, cette fois, à favoriser les liens communautaires, il est demandé que chaque religieuse prenne la parole lors de la récréation communautaire du soir, activité de détente où la règle du silence est levée.

  • 14 Cette impression avait été renforcée par la connaissance de l’emploi du temps général du Carmel qui (...)
  • 15 Cette idée peut être rapprochée des travaux de Laurent Denizeau qui aborde également cette idée d’u (...)

16Si notre postulat était au départ de séparer, dans les projets de films, les activités religieuses des activités non religieuses14, nous nous sommes rapidement aperçue que ce choix n’était pas pertinent dans un tel contexte. Il nous fallait au contraire, épouser, dans une certaine mesure, toutes les activités plutôt que de vouloir cloisonner dans les descriptions filmiques, les activités entre elles, alors même que celles-ci s’entremêlaient de façon plus ou moins ostensible15. Tout au long de cette recherche, nous nous sommes donc attachée à décrire l’intrication entre les activités non religieuses ou matérielles (la fabrication des hosties, la lessive des robes, la préparation des repas, la couture) et les activités religieuses liées à la prière ou aux offices liturgiques qui ont lieu au milieu ou en dehors de celles-ci (Messe, Sexte, Oraison, Vêpres, Vigiles).

  • 16 « D’une manière générale, le point de vue est le fruit de la combinaison des relations de distance (...)

17L’intérêt de l’utilisation dans le processus d’enquête, du dispositif d’observation cinématographique tient, en effet, à ce qu’il instaure aussi des relations entre le cinéaste et les personnes filmées autres que celles qui prévalent dans l’enquête de terrain non outillée. La caméra nous incitait à faire preuve de davantage d’audace dans la manière d’observer, de se rapprocher de très près des personnes filmées pour mettre en valeur l’application dans les gestes du travail ou l’expression de profond recueillement en prière, par exemple. Le choix de sujets s’est également effectué sur des activités qui présentaient un intérêt cinématographique en terme de durée (morcellement dans le temps et dans l’espace des étapes de fabrication des hosties), de rythme, d’occupation de l’espace (choix des postures pendant l’Oraison au chœur), d’utilisation de machines, d’outils ou de gestes et de postures du corps. Ces sujets impliquaient, dans la manière de filmer, d’offrir des points de vue [Guéronnet 1987, p. 10] 16 originaux comme le choix d’angles de prises de vue orientés en plongée pour filmer le brossage pour la lessive des robes ; d’autres situés au niveau du sol pour filmer le visage dans les mains de la religieuse en position de prosternation au chœur, par exemple. La précision des gestes du travail dans plusieurs activités à dominante matérielle, le rythme intense d’une journée dû à l’enchaînement des activités, de même que l’atmosphère générale et particulière qui régnait dans les salles de travail, à la chapelle, en cuisine ou dans les jardins ont nourri l’ensemble des descriptions filmiques tant au niveau sonore que visuel. Nous n’aurions certainement pas porté le même regard ni la même attention sur ces activités dans le cadre d’une observation directe, non outillée. L’observation prolongée de ces activités avec comme projet de les mettre en image, a permis de constater que seules ou à plusieurs, les religieuses évoluent dans une atmosphère baignée par une quête incessante du silence et du recueillement qu’il fallait réussir à retranscrire le plus fidèlement possible dans les films. Le choix, par exemple, de n’ajouter ni commentaire ni musique aux images confirme cette intention.

18Une des principales stratégies d’observation pour souligner les manifestations sensibles pouvant constituer des indices d’une forme de spiritualité diffuse a donc consisté à prendre appui, à l’aide de choix de mises en scène filmiques appropriés, sur les gestes de la prière et ses déclinaisons, les différentes postures du corps mais aussi les expressions des visages des carmélites au cours des rites.

Stratégies filmiques pour mettre en valeur le rite

  • 17 L’Oraison est une prière silencieuse effectuée deux fois par jour par les moniales. Elle peut être (...)
  • 18 La communauté carmélite étudiée s’efforce d’appliquer au plus près, dans le quotidien, les préconis (...)

19Au Carmel, seuls les offices liturgiques (Laudes, Messe, Sexte, Vêpres et Vigiles), la récréation communautaire, le Chapitre et la prise des repas sont collectifs. Les rites comme l’Oraison17 et la Lecture spirituelle pouvant se pratiquer de manière individuelle. Toute activité ayant trait au travail doit, dans la mesure du possible, être effectuée dans le silence et de manière isolée [Avila 1565-1567, p. 714]18. Cette solitude recherchée dans le travail et respectée par l’ensemble des membres de la communauté, a pour fonction de favoriser le maintien, d’un climat silencieux propice à la prière au sein du monastère. Cette obligation rend compte, des liens inéluctables entre activité matérielle et activité spirituelle. Cette analyse nous a conduit à porter un intérêt à ces deux formes d’activité afin de cerner ce qui, au sein des activités matérielles liées au travail, pouvait offrir des indices de liens avec le spirituel. Pour ce faire, nous avons pris appui sur les premières esquisses filmiques réalisées et réfléchi à la manière la plus pertinente d’élaborer pour les tournages suivants, des choix de cadrage et d’angle de prise de vue qui soulignent cet enchevêtrement du religieux et du non religieux.

20Ainsi, l’examen répété des images effectué après les phases de tournage, a été l’occasion de mesurer l’application extrême des gestes dans les différentes activités liées au travail quotidien des carmélites tels que la préparation des repas, la fabrication des hosties, le jardinage ou le nettoyage des robes à la main. Il se dégage également de cette analyse des images, une profonde concentration des carmélites pendant les offices liturgiques, une modération ainsi qu’une certaine lenteur, autant d’éléments qui caractérisent le comportement de la religieuse. Les descriptions filmiques tentent de faire ressortir ces indices et à suggérer, comme l’affirme une carmélite interrogée sur la question des liens entre la prière et le travail, que « toute action doit tendre à devenir une offrande destinée à Dieu quelque soit le contexte ».

  • 19 Voir Planche 2, figure 1 en annexe.

21Les gestes des mains des religieuses, qui brossent le tissu jusqu’à obtenir une parfaite propreté pendant la lessive, trouvent leur raison d’être si l’on considère que le soin apporté à l’accomplissement de la tâche est agréable à Dieu. Les précautions prises par la religieuse chargée du tri des hosties19 et la précision de ses gestes, prouvent également que les carmélites recherchent la plus grande qualité possible dans leur travail et dans ses résultats, les offrant, comme elles le revendiquent, au regard de Dieu et à son appréciation.

22Les rites religieux comme les activités profanes tendent vers le même but : plaire à Dieu dans chaque action, comme dans chaque pensée. L’amour de Dieu est vécu comme s’infiltrant dans chaque geste de la religieuse en prière ou au travail. L’utilisation de l’image en mouvement pour souligner ces aspects est d’un apport intéressant pour l’analyse. Le film peut également être un support permettant de confronter les principes théologiques et théoriques de la vie érémitique à leur mise en actes dans l’organisation quotidienne. Notre ambition n’était cependant pas de généraliser cette intention mais de témoigner, à travers l’observation de quelques activités, de cette volonté de plaire à Dieu dans l’accomplissement des gestes du travail comme dans ceux de la prière.

23L’observation de la vie quotidienne des carmélites met en lumière un continuum entre l’intense concentration dont témoignent les activités considérées comme religieuses avec celles qui relèvent du travail. Les rites ne sont pas uniquement circonscrits dans les temps d’observance qui leur sont réservés mais se situent aussi en dehors, infiltrés dans nombre d’activités. Les observations que nous avons conduites autour de plusieurs activités, sans puis avec la caméra, même si elles n’ont pas l’ambition d’être exhaustives, reflètent néanmoins le quotidien vécu, par cette communauté, pendant nos séjours d’observation.

24Parmi les activités filmées, la lessive à la main des vingt et une robes et scapulaires a constitué une expérience particulièrement intéressante pour faire évoluer le dispositif de mise en scène cinématographique et la méthodologie de recherche.

  • 20 Chaque activité a fait l’objet de plusieurs méthodes : celle faite d’observation sans caméra ou ave (...)
  • 21 « Auto-mise en scène : notion essentielle en cinématographie documentaire, qui désigne les diverses (...)
  • 22 Une des hypothèses émises dans nos analyses écrites s’appuyait sur le fait que les carmélites avaie (...)

25Au cours de la deuxième esquisse filmique20, le processus de nettoyage des robes se déroula différemment de celui observé l’année précédente. L’une des principales variations de l’auto-mise en scène [de France 1982, p. 367]21 fut que les deux carmélites au travail interrompirent le nettoyage des robes pour lire des psaumes à voix haute et prier dans la buanderie, au-dessus de leur plan de travail. L’année précédente, l’activité se déroulait au même moment pendant l’office de Sexte et les deux moniales n’avaient pas observé22 cet office car elles en étaient exceptionnellement dispensées du fait de l’occurrence ponctuelle de la lessive à la main. Or au cours de la seconde esquisse filmique, les deux carmélites ont choisi, sans nous en avertir, d’observer, malgré tout, le rite dans la buanderie au même titre que le reste de la communauté qui se trouvait simultanément dans la chapelle, pour le même office religieux. Le surgissement d’une activité liturgique au milieu du déroulement de la lessive nous a surprise, nous obligeant à improviser un plan-séquence. Il nous semblait important de filmer en continu ce rite de dix minutes fondé sur la parole. Le plan-séquence est une option ou une contrainte – dans certains cas – de mise en scène cinématographique qui se prête particulièrement au filmage des rites car il permet en en restituant l’intégralité sur le plan temporel, d’en saisir toute la portée. Dans ce contexte, le choix d’un ou de plusieurs postes d’observation adaptés pour souligner l’activité devenait décisif. Compte tenu du tournage en continu, de l’exiguïté du lieu et du caractère glissant des supports, il était indispensable d’anticiper tout changement de poste. Une série de deux esquisses filmiques de cette activité, réitérée sur deux années, fut nécessaire pour parvenir à décrire avec précision la présence du rite de Sexte au milieu des activités de lessive à la main.

  • 23 Voir Planche 2, figure 2 en annexe.
  • 24 « Un poste d’observation sédentaire permet au cinéaste d’enregistrer ce qui se produit autour de lu (...)

26L’intervalle relativement long (sept mois, voire une année) entre les occurrences de l’activité de lessive des robes a permis d’examiner à plusieurs reprises et avec précision les esquisses filmiques. Au cours de la troisième phase de tournage, une mise en scène plus précise que celle choisie lors des deux esquisses filmiques précédentes fut envisagée pour que l’observance de l’activité rituelle de Sexte soit suffisamment mise en valeur tant sur le plan sonore (récitation des psaumes à voix haute) que sur le plan visuel (attitude des deux religieuses) alors que cette activité surgit au milieu d’une activité non liturgique, la lessive des robes. Une des stratégies fut de se placer caméra à la main, sur un support en béton, au milieu des deux bassins, au plus près des deux carmélites23. Nous avons filmé en poste d’observation sédentaire [Guéronnet 1987, 14]24, d’abord debout, en utilisant un angle de prise de vue en plongée sur les deux carmélites puis, au fur et à mesure du déroulement de l’office, à angle plat en gros plan, de face, en position accroupie sur les visages, passant d’un cadrage des deux religieuses à un cadrage en gros plan de l’une d’entre elles. Ce choix était, le plus approprié pour filmer sans interruption le cours de la lecture et effectuer des gros plans sur les visages des religieuses. Ce poste d’observation permit de varier légèrement les angles et les cadrages sans effectuer de mouvements de caméra très amples, en nous rapprochant. De plus, nous étions assurée d’obtenir une bonne qualité de son, compte tenu de la courte distance qui nous séparait des deux carmélites.

27Cette stratégie d’observation filmique fondée sur des cadrages en gros plans et très gros plans sur les visages des religieuses et sans interruption avec ce plan-séquence permit de souligner la place du rite au sein de l’activité de lessive et d’en témoigner toute la profondeur. En effet, il apparaissait logique de ne pas préjudicier au déroulement du rite par l’interruption de l’enregistrement pour le restituer le plus fidèlement possible.

28Le choix qui consiste à combiner dans un même film, activités religieuses et non religieuses s’est poursuivi lorsqu’il fut question de filmer et monter les images de la préparation des repas. En effet, la vie quotidienne de cette communauté de carmélites s’articule en permanence dans cette logique d’alternance entre le travail et les offices liturgiques. Dans le film Autour d’un repas au Carmel, la description s’attache à souligner la préparation des repas par six carmélites dans un espace commun (la cuisine) et dans des espaces séparés selon les tâches (épluchage des légumes, activités connexes, etc.).

  • 25 L’office de Sexte est le seul office auquel la carmélite cuisinière ne peut assister, de même que l (...)

29Cette séparation des espaces est la conséquence de l’obligation d’isolement au travail stipulé dans les Constitutions. Est également montrée, une partie du rite de Sexte qui a lieu pendant la cuisson des aliments, simultanément dans le chœur de la chapelle. L’intérêt de la description filmique tient à montrer la simultanéité d’activités, de caractères différents25, accomplies par plusieurs moniales, dans des espaces variés. Il s’agit d’une donnée importante qui éclaire la singularité de l’organisation monacale. Avec cette expérience d’observation qui a donné lieu au film intitulé, Autour d’un repas au Carmel, notre stratégie de mise en scène visuelle a évolué. En effet, grâce au travail de sélection des séquences opéré lors de l’étape du montage survenue au terme des séjours d’enquête et de l’examen rigoureux des enregistrements, le choix d’organiser les plans selon la logique du montage alterné semblait l’option la plus pertinente pour restituer l’organisation particulière de cette activité et les contraintes qu’elle imposait. En effet, la cuisinière principale affectée pour une durée de trois semaines en cuisine est la seule parmi les autres carmélites en charge des activités complémentaires de préparation des repas, à être dispensée d’assister à l’office de Sexte pour pouvoir surveiller la préparation des mets. Le film fait ainsi se succéder sur l’image deux activités qui se déroulent simultanément dans deux espaces, l’une profane (préparation et cuisson des mets avec une extrême précaution en cuisine), l’autre religieuse (office collectif de Sexte à la chapelle). Cette intention crée un contraste à l’image par l’alternance de plans de deux activités que rien ne peut rapprocher. Ce film d’une durée de 32 minutes, procure également des informations sur l’organisation pratique et physique liée aux obligations de la vie communautaire érémitique (préparer un repas) et des observances rituelles (Sexte) des moniales.

30Ces deux exemples d’observation outillée sont fondés sur l’emploi de deux stratégies filmiques différentes de soulignement du rite : l’une au tournage (choix du plan-séquence pour la lessive des robes) ; l’autre au montage (choix du montage alterné pour la préparation des repas). De tels choix de mise en scène démontrent la possibilité, pour le support filmique, de dévoiler par l’image, l’organisation des activités, leurs coulisses ainsi que la manière dont les moniales parviennent, dans certaines situations, à surmonter les contraintes matérielles, pour observer coûte que coûte les rites dont ceux qui relèvent des offices liturgiques. L’usage du film s’est également révélé un support précieux lorsqu’il fut question d’analyser avec précision, les gestes et les postures du corps.

Filmer le corps en prière

  • 26 André Leroi-Gourhan définit ainsi le comportement machinal et les chaînes opératoires machinales : (...)

31En vue de mieux comprendre et pour mieux décrire aussi par le film, les gestes et les postures des religieuses en prière, nous nous sommes appuyée sur la perception que les carmélites avaient de leur propre comportement corporel depuis leur entrée dans la vie régulière. Au cours d’entretiens individuels non filmés, nous avons demandé aux carmélites si elles pensaient que certains de leurs comportements corporels s’étaient modifiés au fil de leur vie. Parmi celles que nous avons interrogées, certaines ont signalé un changement, même si elles avaient du mal à le décrire tant les attitudes qu’elles avaient adoptées s’étaient ancrées dans leur vie quotidienne et étaient devenues machinales au sens où le décrit A. Leroi-Gourhan [Leroi-Gourhan 1965, p. 26-29]26.

  • 27 On peut se référer sur ce point à la notion de dressage du corps introduite par Marcel Mauss dans s (...)

32La pondération, l’absence d’agitation et la modération répondent au silence intérieur, recherché par les moniales. L’observation minutieuse des postures du corps des religieuses dans plusieurs activités met en exergue certains invariants. Il existe en effet, une homogénéité dans la manière de se tenir, de se déplacer en dehors des processions et dans les trajets les plus courants de la vie quotidienne. Les règles de maintien adoptées par les religieuses ont été acquises dès le postulat et plus précisément tout au long du noviciat. Les novices imitent les comportements adoptés par les religieuses professes en toute occasion [Mauss 1950, p. 365-386]27. L’attitude corporelle qui caractérise la vie des moniales se traduit par une grande retenue concernant à la fois le regard (humble, doux, respectueux) et le corps (ni courbé ni penché). La moniale ne doit pas changer brutalement de posture et doit éviter tout excès de féminité. Une modération continuelle est exigée pour tout ce qui concerne la posture et le geste. Ces caractéristiques nous ont été expliquées par la maîtresse des novices. Il nous a paru intéressant de chercher, à la faveur des observations filmiques, comment mettre l’accent à l’aide de choix de cadrages, d’angles de prises de vue et de durée d’enregistrement précis, cette attitude générale des moniales. Au cours des tournages, nous n’avions d’ailleurs pas toujours conscience de la valeur scientifique des activités filmées. Seul un examen répété des images nous a permis de mesurer précisément ce qui échappait parfois à l’observation non outillée aussi appelée directe, plus fugace que ce qu’offre l’enregistrement filmique en continu des activités.

  • 28 « Dans le cas de l’initiation à la vie religieuse, il y a bien une combinaison des trois types d’él (...)

33L’élaboration d’une méthodologie d’exploitation des données filmées qui repose sur l’analyse praxéologique telle qu’elle est envisagée par C. de France [1983, p. 147-170] a orienté non seulement le travail d’analyse mais aussi l’organisation des plans et des séquences lors de l’étape de montage. Cette méthodologie s’est appliquée au déroulement temporel et au déploiement dans l’espace de chaque activité. Il semble que les règles de savoir-vivre des religieuses se traduisent par un ensemble d’attitudes inspirant, guidant et déterminant des comportements quotidiens que l’on peut rattacher à la notion d’Habitus [Gellard 1983, p. 19]28. Ces attitudes, les religieuses les ont progressivement acquises et intégrées par le biais des rites et des activités matérielles qui leur incombaient.

34L’espace de retranchement que constitue le monastère contraint également chaque religieuse à contrôler de très près la relation de son corps avec celui des autres religieuses. Il existe des règles de proxémie, dont nous avons pu observer les effets, qui consistent à préserver un intervalle d’environ quatre-vingts centimètres entre les corps lorsque les moniales se croisent ou se déplacent en procession. Il peut être utile d’ajouter sur ce point que le statut d’observateur extérieur autorisait certains assouplissements à la règle en nous laissant nous rapprocher avec la caméra des visages et des corps des moniales au travail ou en prière. Nous avons également constaté, après avoir observé puis filmé les religieuses, une absence de fébrilité dans leurs gestes. La modération gestuelle participe non seulement à la création et au maintien d’une ambiance sonore silencieuse mais témoigne également du calme et de la pondération des carmélites, même lorsque ces dernières accomplissent des tâches non religieuses. Cette maîtrise permanente des gestes favorise le recueillement recherché par les moniales, même en dehors des offices liturgiques. L’hypothèse avancée par les carmélites que nous avons interrogées, selon laquelle la prière se prolonge dans le travail trouve ici une confirmation. L’attitude de prière pénètre toutes les activités qui se déroulent au Carmel au cours de la journée, qu’elles soient ou non religieuses.

  • 29 « La foi, ces hommes de feu et de fer que sont les religieux du Moyen Age l’expriment, chaque jour, (...)
  • 30 « Le geste rituel n’est donc pas un geste spontané comme ceux que l’on a constamment dans la vie co (...)

35C’est malgré tout dans les activités à caractère explicitement religieux que la foi des carmélites se manifeste de façon ostensible dans une série de gestes. Ces derniers – que l’on retrouve sous une forme similaire ou avec quelques variantes dans la plupart des ordres religieux – ont été enseignés puis reproduits ou mimés au cours de la période de noviciat puis maîtrisés et intégrés progressivement après la profession de foi et les vœux perpétuels. On retrouve d’ailleurs nombre de ces caractéristiques dans la littérature spécialisée comme en témoigne certains passages de l’ouvrage de L. Moulin [Moulin 1978, p. 38]29. L’observation de plusieurs séances de formation d’une jeune fille au noviciat nous a démontré toute la difficulté et le long processus qu’il est nécessaire de suivre pour comprendre et adopter avec de plus en plus d’aisance l’ensemble des attitudes appropriées pour chaque rite conformément au protocole liturgique [Centre National de Pastorale Liturgique 2003, p. 156]30.

36Certains ouvrages d’apprentissage décrivent avec précision les liens entre l’adoption d’une posture à un moment précis du rite et les références théologiques qui le justifient. Nous nous sommes efforcée, au cours des tournages, de rapprocher ces données théoriques à leur application dans les gestes et les postures rituels. Nous ne pouvions d’ailleurs aborder cette question sans évoquer l’ouvrage de J.C Schmitt dans La Raison des gestes dans l’occident medieval. Les différentes formes d’inclinations dont il fait mention nous ont rappelées les postures que nous avons observées au Carmel. L’auteur cite également un commentaire d’Humbert de Romans que nous sommes parvenue à mettre en parallèle dans le choix de cadrages et d’angles de prises de vues pour décrire avec l’image et avec minutie, toutes les déclinaisons de ces postures :

Au sens strict du terme, l’inclinatio est la flexion du corps à partir des reins : elle peut être moyenne (semi plena) si le buste reste oblique, ou profonde (plena) s’il est horizontal. La genuflexio est soit droite (recta) si le buste reste vertical, soit inclinée (proclivis) s’il s’abaisse ; dans ce cas, elle se confond avec la prostratio super genua (le corps reposant sur les genoux), distincte de la prostratio venia (pénitentielle), le corps complètement allongé sur le sol, mais les bras dans l’axe du corps […]. [Schmitt 1990, p. 302]

  • 31 Voir Planche 1, figures1-4, croquis realisés par Sandra Berthelot.

37Parmi toutes les activités rituelles que nous avons observées, c’est celle de l’Oraison qui a le plus retenu notre attention car c’est l’activité qui montre la manière dont les religieuses expriment personnellement dans leurs gestes et leurs postures, la prière. On constate en effet une plus grande liberté dans le choix des postures pendant l’Oraison de l’après-midi. Trois séries d’enregistrements ont été consacrées à ce rite afin de comparer les attitudes de trois carmélites, deux professes et une novice au cours d’une même séance. Nous souhaitions témoigner, avec le film, de l’intense concentration des religieuses en prière et de la variété des attitudes corporelles mises en œuvre (de la position d’inclination debout, à la génuflexion, de l’agenouillement à la prosternation)31. Une série d’entretiens audio s’est avérée utile pour compléter les données filmiques et comprendre ce qui justifiait l’adoption, par les religieuses, à tel ou tel moment du rite d’une posture en particulier. Ces entretiens avaient également pour fonction de préparer les tournages pour faciliter le choix des postes d’observation et souligner certains éléments. Il était également intéressant de confronter le discours des carmélites et leur vision des postures de prière à la pratique dans le cadre d’observations filmiques. Nous étions ainsi mieux préparée et en mesure d’anticiper davantage les choix de cadrages, d’angles de prise de vue ou même de durée d’enregistrement. Ceux-ci devaient, par nécessité, être d’une durée conséquente pour témoigner de l’effort que requiert pendant presque cinquante minutes, l’immobilité recherchée lors de la prière d’Oraison. Les réponses des moniales obtenues à l’issue des entretiens varient, chacune ayant une façon personnelle de parler de ses postures de prière. Une carmélite nous dit s’agenouiller car : « C’est la position qui met le cœur en avant, le premier mouvement pour rentrer dans la prière ».

38Une fois les postures maîtrisées, les carmélites demeurent libres d’adopter les postures qu’elles souhaitent pendant l’Oraison. L’une d’entre elles, engagée dans la vie religieuse depuis de nombreuses années, nous confia :

J’ai toujours été très indépendante intérieurement et je le suis restée. Ce que je fais c’est parce que j’en ressens le besoin, pas parce qu’on dit qu’il faudrait faire comme ça. Evidemment nous chantons l’office, au moment du Gloria on fait un prosternement […] eh bien je fais comme tout le monde, c’est devenu une seconde nature. Ce sont des choses qui font partie du rituel, de la liturgie, mais pour le reste, là où on est libre, je ne me suis jamais occupée de ce que faisait la voisine, je prie naturellement, je suis restée moi […]. Aujourd’hui mon attitude c’est ça : les mains ouvertes sur les genoux, c’est une attitude de disponibilité.

39Une autre carmélite déclara :

Celle que je préfère (la posture) c’est celle sur les talons, c’est une posture d’offrande et de renoncement.

40Une autre affirma:

Aujourd’hui à L’Oraison je suis assise. La position à genoux ne m’a jamais beaucoup enthousiasmée. Je m’y suis mise parce que c’était comme ça. La position par contre d’adoration et de reconnaissance de ce que je suis, c’est la position prosternée.

41Les religieuses adoptent un ensemble de postures qui leur permet d’entrer avec plus de facilité dans le recueillement. Au début de l’Oraison, les carmélites que nous avons observées dans le chœur de la chapelle s’assoient sur les talons puis, après quelques minutes, sur un petit banc en bois. Au cours d’un entretien, une religieuse nous indiqua les raisons qui la poussaient à adopter telle ou telle posture :

On prend une posture telle qu’on est bien pour ne pas penser trop à son corps et penser à son affaire de prière parce que si je prends une posture plus pénitente comme certains faisaient […] on ne pense pas à Dieu. […] Si je change de posture c’est une question de confort, si une posture fait mal, c’est elle qui prend l’attention donc on change de posture pour que l’attention soit fixée sur la prière, sinon on se fatigue si le corps fait mal.

42Les postures des carmélites sont, pour la plupart, adoptées par mimétisme au début de la vie religieuse, au moment du postulat et du noviciat ou lorsque l’état de prière est plus difficile à atteindre. Une fois les postures maîtrisées, les carmélites demeurent libres d’adopter les postures qu’elles souhaitent pendant l’Oraison comme cette autre carmélite qui déclara :

C’est vrai qu’en voyant certaines sœurs prier on s’inspire ; surtout dans les moments d’aridité, on a l’impression qu’on n’arrive pas à prier. Quand on voit les autres comme ça, ça peut aider.

43En examinant les réponses des carmélites, on constate que, pour chacune d’entre elles, les postures ont évolué depuis l’entrée au monastère. Ces postures ont été, pendant le postulat et le noviciat, plus ou moins imposées :

Quand je suis arrivée, la posture qu’on prenait pour l’Oraison c’était un quart d’heure à genoux, une demi-heure assise sur les talons et un quart d’heure à genoux […] tout le monde le faisait donc on faisait pareil […] et puis peu à peu chacune a pu prendre son temps à genoux comme elle le désirait et à l’époque on n’avait pas de petit banc de prière alors on chiffonnait la robe et puis on se calait pour bien tenir et on arrivait à tenir une demi-heure, trois quarts d’heure sur les talons […] c’est une posture très propice à l’Oraison.

44On remarque qu’au fil de la vie monastique, les carmélites se détachent peu à peu de ce qui leur a été enseigné pour trouver la ou les postures qui leur correspondent le mieux.

C’est vrai qu’entre le début de la vie monastique et maintenant […] au début je me prosternais plus, peut-être parce que parfois on peut fréquenter le Seigneur et la prière sous d’autres visages plus familiers. Au début de ma vie religieuse, il y avait plus de crainte dans l’approche de Dieu, donc je me prosternais souvent très fort alors que maintenant c’est une amitié tellement simple, c’est un mouvement que je vis.

  • 32 « L’attitude plus ancienne, mains jointes et doigts entrelacés […] peut exprimer des états d’âme tr (...)

45A l’issue de ces entretiens, nous avons réalisé quelques repérages puis nous avons commencé à filmer en ayant à l’esprit le souci de souligner à la fois les spécificités des postures dans leur immobilité, leur mouvement et leur variation, et ce à l’aide de gros plans et très gros plans, en nous rapprochant, à tour de rôle, physiquement des religieuses, excluant de fait le recours à une longue focale. Dans le film, Oraison, on découvre que parmi les trois religieuses en prière, la novice est la seule qui ne modifie pas sa posture au cours du rite. Elle demeure assise sur son petit banc pendant une heure, les yeux fermés, alors que les deux autres religieuses professes sont plus mobiles. D’abord agenouillées, puis assises sur leur banc, elles prennent ensuite un livre, puis l’abandonnent pour adopter une posture différente. Par exemple, l’une se prosterne vers la fin du rite, la tête au sol, le dos totalement courbé, pendant que l’autre, toujours assise croise les mains les yeux fermés, la tête légèrement inclinée. Les éléments issus d’ouvrages théoriques, de formation, pour certains, ont également guidé et inspiré les choix de cadrages ou d’angle de prise de vue [Oury 1998, p. 74-75 ]32.

  • 33 Voir Planche 2, figure 3.
  • 34 On pense notamment aux films suivants : Captivées par l’amour, (Laurence Chartier, 1997), Corps et (...)

46Le développement de la prière fait se succéder postures de supplication, d’inclination, de prosternation ou d’offrande. Lorsqu’elles prient au cours de l’Oraison, les carmélites que nous avons observées, dictent et orientent les postures de leur corps pour faciliter une forme de communion avec les instances invisibles. Seules ces attitudes du corps procurent, pour le regard extérieur – outillé ou non – des indices ostensibles de cette quête de communion. Tous les angles de prises de vue et les choix de cadrage adoptés ont pris appui sur la manière dont chaque religieuse se positionne au moment de cette longue prière caractérisée par une quête d’immobilité pendant presque une heure. Par exemple, pour filmer la posture de prosternement, la caméra était placée au niveau du sol dans le prolongement du corps de la religieuse afin que le spectateur perçoive mieux la posture de la religieuse. Puis la caméra était orientée en contre-plongée sur le visage masqué par les mains de la religieuse en profond recueillement33. Ces choix de mise en scène filmique semblaient le mieux coïncider avec l’occupation du corps de la religieuse dans l’espace, le chœur de la chapelle, et l’évolution de ses postures au cours du rite. L’Oraison est une activité où les religieuses en prière s’adressent à un unique destinataire invisible, Dieu. La posture ou les diverses postures adoptées constituent la base sensible sur laquelle la description filmique prend appui. La présence invisible du destinataire du rite est suggérée par l’action des religieuses en recueillement : expressions du visage, postures, positions des mains. Existe également une coopération entre toutes les religieuses, qui effectuent le rite de façon simultanée dans des lieux différents (jardins, cellule), pour un même destinataire, Dieu. Toutes ces postures contemplatives ont attiré notre attention, et plus précisément notre regard de cinéaste pour les mettre en valeur à l’aide du film. Il s’agissait aussi de garder une trace, de constituer un fond de témoignages audiovisuels sur des activités peu explorées de cette manière en cinéma documentaire. En effet, le corpus de films que nous avons visionnés à l’époque de l’enquête sur la vie monacale catholique ne proposait que des descriptions amorcées sur les gestes et les postures de la prière. Ces films s’accompagnaient souvent d’une musique ou de commentaires extra diégétiques qui ne restituaient pas toujours l’ambiance des lieux érémitiques34.

47Au cours de l’observation de l’Oraison et du projet de décrire les spécificités de cette activité, nous nous sommes questionnée sur la manière la plus judicieuse de retranscrire, à notre manière et par l’image les postures, les gestes et l’ambiance sonore qui témoignent d’une quête de communion avec Dieu. Comment restituer, grâce au film, ces indices subtils de l’expression de la spiritualité, inscrits dans les gestes et dans les postures des moniales ?

  • 35 Voir Planche 2, figure 4.

48Dans le film Oraison, nous avons souligné à plusieurs reprises les seules parties visibles du corps des religieuses en prière : le visage et les mains. Ces dernières ouvertes ou croisées35, sont des signes de l’état de recueillement dans lequel se trouve la carmélite, comme le sont les paupières qui se ferment. L’expression générale du visage constitue également un indice de l’intense concentration des religieuses. Ces différentes parties du corps, décrites séparément à l’aide de gros et très gros plans, permettent d’identifier chaque religieuse et de la distinguer des autres. Au moment du tournage, nous étions suffisamment à l’aise et intégrée pour nous installer très près des religieuses et filmer selon des durées d’enregistrement conséquentes pour souligner l’effort accompli par la moniale pour maintenir la posture.

49Une des options de mise en scène a consisté à filmer tantôt séparément et de près chaque religieuse en prière, tantôt les trois religieuses ensemble à l’aide de cadrages en plan d’ensemble. Cette alternance nous a permis de détailler chacune des postures et de montrer que chaque religieuse adopte, pendant l’Oraison, les postures qu’elle désire, contrairement aux offices liturgiques collectifs où toute la communauté prend au même moment les mêmes postures. Nous souhaitions également, grâce à la longue durée des plans, restituer le rythme très lent de l’activité ainsi que les longs moments d’immobilité dont chaque religieuse fait preuve pendant qu’elle prie. Si nous avons pu nous approcher au plus près des religieuses, de leurs visages et même de leurs yeux, la plupart du temps fermés, c’est qu’elles étaient profondément plongées dans leur prière. La puissance du rite est telle qu’elle rend la présence du cinéaste quasi invisible, tout comme dans un grand rituel cérémoniel où celui-ci est noyé parmi les agents du rite.

50L’opportunité qui nous a été donnée de réaliser une enquête anthropologique et filmique dans ce monastère a fait l’objet de nombreuses réflexions sur la pertinence et la valeur à accorder à cette démarche d’observation sur la production de données scientifiques. Le caractère plurivoque de la nature même de la restitution des données, écrites et audiovisuelles, questionne aussi les limites et les enjeux d’une telle méthode de recherche. Le chercheur doit posséder les qualités de l’anthropologue de terrain associées à celles du cinéaste. L’une ou l’autre démarche requière des connaissances et des compétences exigeantes pour satisfaire à un travail de portée scientifique.

51Nous avons, en effet, voulu démontrer, dans nos analyses, que dans ce contexte méthodologique particulier, le film comportait plusieurs fonctions. Le film sert autant d’outil d’exploration au cours de l’observation in situ, que de matériau de description scientifique lors de l’examen des images après les tournages. Le choix de sélectionner pour le montage certains enregistrements s’est effectué en fonction de la qualité des images tournées mais aussi de la pertinence des informations capables de compléter une analyse anthropologique du fonctionnement général et particulier des activités dans ce Carmel. Film et texte se complètent même si chaque corpus peut être étudié de manière autonome. La méthode de l’anthropologie visuelle utilisée dans l’observation de plusieurs activités confère, en effet, au film de recherche une certaine autonomie.

52Réussir à décrire sur l’image, ce qui a trait à la relation avec les instances invisibles qui sont d’ordinaire des éléments évoqués et relégués sur le plan du discours, a nécessité, pour l’observateur cinéaste que nous sommes, de faire preuve de rigueur dans la description mais aussi d’inventivité. Nous souhaitions également, avec cette démarche, que les films soient autant appréciés pour leur qualité scientifique que pour leur qualité artistique. Il est délicat d’affirmer que les films puissent prétendre montrer ce qui demeure invisible, seuls des indices discrets en fournissent des éléments de preuve. C’est précisément ce que les sept films documentaires réalisés se sont employés à proposer. Nous avons pu trouver ces indices à l’aide de choix de cadrages, de rapport de durée, de rythmes en phase avec ce que la communauté étudiée nous a donnée à voir, à entendre et à comprendre de son mode de vie et de ses aspirations spirituelles.

53Le regard que les carmélites ont également porté lors des séances de visionnage sur nos films a complété et fait évoluer le travail de recherche pour remédier à certaines faiblesses dans la description filmique comme certains gestes considérés importants par les carmélites. En témoignent la réalisation des trois esquisses cinématographiques de l’activité de lessive des robes et des scapulaires pour aboutir à un résultat satisfaisant à la fois les carmélites et nous-mêmes. A côté de la prière, les tâches quotidiennes sont aussi considérées, pour les carmélites que nous avons interrogées, comme une offrande destinée au Seigneur. Elles permettent ainsi de poursuivre, sous une autre forme, le dialogue avec Dieu, dont la prière constitue l’une des plus fortes expressions. C’est pourquoi nous avons cherché à traduire à l’aide de l’image en mouvement et de choix précis de mises en scène visuelles et sonores, l’application portée aux gestes du travail comme autant de manifestations de recueillement et d’indices d’un prolongement de l’état de prière. Nous sommes ainsi parvenue, au fil des séjours d’enquête et des situations rencontrées, à concevoir une méthodologie d’observation adaptée au milieu monacal afin de montrer, à l’aide de la description filmique documentaire, comment l’invisible imprègne le sensible.

Haut de page

Bibliographie

Ouvrages

Centre National de Pastorale Liturgique, L’Art de célébrer, Tome 1, Paris, Editions du Cerf, 2003.

De France, Claudine, Cinéma et anthropologie (1982), Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 1989.

De France, Claudine, « L'Analyse praxéologique. Composition, ordre et articulation d'un procès », Techniques & Culture [En ligne], 54-55, mis en ligne le 30 juin 2013, consulté le 05 novembre 2014. URL : http://tc.revues.org/5000, 2010.

Denizeau, Laurent, Le reste et la promesse. Etude Ethnographique d'une tradition monastique orthodoxe en France, Lyon, université Lumière Lyon 2, 2008.

Gellard, Père Jacques, s.j, Francheville 20-26 février 1983, « L’initiation à l’entrée dans un « groupe religieux » in Comment initier à la vie religieuse aujourd’hui ? Session CSM-CSMF pour responsables de novices, Editions Paris, F. Grangier, p. 15-39.

Gueronnet, Jane, Le Geste cinématographique, Nanterre, Université Paris X- FRC, coll. Cinéma et sciences humaines, 1987.

Lardy, Caroline, Travail et vie monastique : enquête filmique dans un carmel de France, ANRT. Atelier national de reproduction des thèses, 2006.

Leroi-Gourhan, André, Le Geste et la parole, tome 2, La mémoire et les rythmes, Paris, Editions Albin Michel, 1965.

Mauss, Marcel, « Les techniques du corps » (1950) in Sociologie et anthropologie, Quadrige/Presses Universitaires de France, p. 365-386, 1997.

Moulin, Léo, La vie quotidienne des religieux au Moyen Age, Xe-XVe siècle, Paris, Hachette, 1978.

Oury, Dom Guy-Marie, Les Gestes de la prière, Versailles, Editions Saint-Paul, 1998.

Règle et Constitutions des moniales déchaussées de l’Ordre de la bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel adaptées selon les directives du Concile Vatican II et les normes canoniques en vigueur approuvées par le Siège Apostolique en l’an 1991, Rome, Pour usage privé.

Schmitt, Jean-Claude, La Raison des gestes dans l’Occident médiéval, Paris, Gallimard, Bibliothèque des Histoires, 1990.

Thérèse d’Avila, sainte, Œuvres complètes, Paris, Editions du Cerf, 1995.

Waaijman, Kees, O.Carm, L’espace mystique du Carmel, Abbaye de Bellefontaine, 2001.

Filmographie

Autour d’un repas au Carmel, vidéo, coul., 32min.

Essayage de l’habit, vidéo, coul., 12min.

La Cellule, Vidéo, coul., 4min.

La Lessive des robes, vidéo, coul., 33min.

Oraison, vidéo, coul., 16min.

Récréation, vidéo, coul., 22min.

Le Temps du pain partagé, vidéo, coul., 33min.

Haut de page

Annexe

Planche 1 : Exemples de postures de prière

Figure 1 : Offrande ©Caroline Lardy

Figure 2 : Agenouillement avec les mains sous le scapulaire ©Caroline Lardy

Figure 3 : Génuflexion ©Caroline Lardy

Figure 4 : Prosternation ©Caroline Lardy

Planche 2 : Extraits d’images fixes tirées des films

Figure Légère plongée en gros plan sur les mains qui trient les rondelles d’hostie dans le film Le temps du pain partagé ©Caroline Lardy

Figure Plongée en plan de demi ensemble sur les deux carmélites observant l’office de Sexte dans la buanderie dans le film La lessive des robes ©Caroline Lardy

Figure Contre-plongée en gros plan sur le visage de la religieuse en prière dans le film Oraison ©Caroline Lardy

Figure Plongée en gros plan sur les mains de la religieuse en prière dans le film Oraison ©Caroline Lardy

Haut de page

Notes

1 Au cours de l’enquête, le Carmel étudié était composé de 17 à 21 religieuses professes et durant une année, d’une jeune novice avec un effectif de plus en plus vieillissant.

2 Le choix de cette communauté en particulier s’est effectué à partir de plusieurs critères dont celui de sa composition féminine en vue de faciliter l’intégration de la chercheuse cinéaste avec le milieu.

3 Les carmélites visionnent de manière très sporadique des documents audiovisuels tels que des cérémonies d’obsèques télévisées d’une personnalité religieuse, des films de fiction et documentaires pendant les vacances d’été.

4 « Ensemble des activités du cinéaste concernant aussi bien l’enregistrement filmique que l’observation sur l’écran (ou sur l’image), du procès enregistré. L’observation cinématographique s’oppose, dans son ensemble, parce qu’outillée et différée, à l’observation directe, non outillée et immédiate ». [de France, 1982, p. 372]

5 Lors de la récréation du soir d’une durée de 45 minutes, la règle du silence est levée, ce qui permettait d’engager des échanges avec la communauté.

6 La fabrication se déploie dans sept salles différentes pour les étapes suivantes : confection de la pâte, cuisson, humidification, découpe, tri, pesée, expédition.

7 Ce premier séjour d’enquête d’une durée de quatre semaines a été consacré à l’observation directe et outillée des différentes étapes de fabrication des hosties.

8 Il s’agissait d’un travail de recherche conduit en vue de l’obtention d’un doctorat [Lardy 2006].

9 Cette idée fait référence à la notion de profilmie qui selon Claudine de France est la « manière plus ou moins consciente dont les personnes filmées se mettent en scène, elles-mêmes et leur milieu, pour le cinéaste ou en raison de la présence de la caméra […]. Notion empruntée à Étienne Souriau (1953). » [de France 1982, p. 373]

10 « Pour favoriser le climat de prière et de solitude qui caractérise le Carmel, toutes les sœurs garderont avec soin le silence […]. Cependant le travail et toutes les autres occupations doivent être compatibles avec le silence, de sorte que le monastère soit vraiment une maison de prière. Le silence prescrit par la Règle sera fidèlement observé depuis complies jusqu’aux laudes du jour suivant ». Règle et Constitutions des moniales déchaussées de l’Ordre de la bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel adaptées selon les directives du Concile Vatican II et les normes canoniques en vigueur approuvées par le Siège Apostolique en l’an 1991, Rome. Pour usage privé, 80.

11 Seuls les activités de nettoyage à la main des robes et des scapulaires se déroulant deux fois par an ainsi que l’étape de cuisson des hosties et la préparation des repas par la cuisinière principale dispensent, pour des raison matérielles, les religieuses de l’observance de l’office de Sexte.

12 Il s’agissait de choisir, par exemple, des activités qui mettaient particulièrement en valeur les gestes de l’action, l’utilisation ou la manipulation de machines ou d’objets ainsi qu’un rythme particulier.

13 Emploi du temps quotidien: 5h55 : Lever / 6h30 : Laudes / 7h00 : Oraison / 8h00 : Messe / 8h45 : Tierce / 9h00 : Petit déjeuner / 9h15 : Travail en silence / 12h00 : Sexte / 12h20 : Déjeuner / 12h45 : Vaisselle et recreation / 13h30 : Travail en silence / 15h45 : Goûter (facultatif) / 16h00 : Lecture spirituelle en cellule / 17h00 : Oraison / 18h00 : Vêpres / 18h30 : Dîner / 18h50 : Vaisselle / 19h15 : Récréation communautaire / 20h00 : Vigiles / 20h45 : Retrait en cellule.

14 Cette impression avait été renforcée par la connaissance de l’emploi du temps général du Carmel qui donnait l’apparence de dissocier chaque activité selon des temporalités précises.

15 Cette idée peut être rapprochée des travaux de Laurent Denizeau qui aborde également cette idée d’une présence infiltrée du sacré à propos des lieux, que nous pourrions dans le cas de notre étude, être amenée à rapprocher de l’intrication que nous avons pu observer entre activités matérielles et spirituelles, par exemple. « Cette présence, qui se décline moins sur le registre de l’explicite que de l’implicite, se cristallise en ces lieux « à part » qui deviennent pour l’occasion des « hauts lieux ». Les moines reprennent en partie cet imaginaire des hauts-lieux. S’ils concèdent que Dieu est partout, celui-ci se révèle néanmoins davantage présent dans ces lieux rendus « à part » par l’invariable et l’incessante prière de ses acteurs. Autrement dit, la présence de Dieu n’est pas géographiquement homogène, mais fait ressortir des « pics » d’intensité relatifs à ces « lieux forts ». [Denizeau 2008, p. 56]

16 « D’une manière générale, le point de vue est le fruit de la combinaison des relations de distance (cadrages), d’orientation (angles de vue) et de déplacement (mobilité/fixité) qu’entretiennent dans l’espace le cinéaste et les êtres filmés. Il résulte donc de la double activité du cinéaste et des êtres filmés. De lui dépendent l’aspect et les parties sous lesquelles apparaît l’objet pris comme référence : l’aspect montré naît de l’orientation réciproque, les parties montrées, de la distance ». [Guéronnet 1987, p. 10]

17 L’Oraison est une prière silencieuse effectuée deux fois par jour par les moniales. Elle peut être effectuée dans la solitude ou en collectivité mais demeure toujours silencieuse.

18 La communauté carmélite étudiée s’efforce d’appliquer au plus près, dans le quotidien, les préconisations formulées par Thérèse d’Avila sur la solitude recherchée dans la prière comme au travail et la salle de travail, dans ce contexte, se substitue, en quelque sorte, à l’isolement dans la cellule : « […] Il est très utile de n’être ensemble et de ne se parler qu’aux heures dites, selon l’usage qui s’observe à présent parmi nous de ne pas s’assembler, mais de se tenir séparément, chacune dans sa cellule, comme la Règle l’ordonne. Affranchissez-vous, dans ce monastère de Saint-Joseph, de l’habitude d’avoir une salle de travail. Cette habitude est louable, mais il est plus facile de garder le silence quand chacune reste chez soi. De plus, c’est une grande chose pour l’Oraison que de s’habituer à la solitude, et comme la vie d’oraison doit être fondamentale dans ce monastère, il faut faire tous nos efforts pour nous attacher à ce qui la favorise ». [Thérèse d’Avila 1995, p. 714].

19 Voir Planche 2, figure 1 en annexe.

20 Chaque activité a fait l’objet de plusieurs méthodes : celle faite d’observation sans caméra ou avec caméra mais à partir d’esquisses jusqu’à aboutir à une qualité d’enregistrements satisfaisante pour être montés.

21 « Auto-mise en scène : notion essentielle en cinématographie documentaire, qui désigne les diverses manières dont le procès observé se présente de lui-même au cinéaste dans l’espace et dans le temps. Il s’agit d’une mise en scène propre, autonome, en vertu de laquelle les personnes filmées montrent de façon plus ou moins ostensible, ou dissimulent à autrui, leurs actes et les choses qui les entourent, au cours des activités corporelles, matérielles ou rituelles. L’auto-mise en scène est inhérente à tout procès observé; aussi ne doit–elle pas être confondue avec l’auto-soulignement, qui n’en est qu’une forme particulière. » [de France 1982, p. 367]

22 Une des hypothèses émises dans nos analyses écrites s’appuyait sur le fait que les carmélites avaient visionné une partie des enregistrements originaux et avaient souhaité remédier, pour l’esquisse filmique suivante, à l’absence du rite dont elles étaient dispensées et ce, malgré son occurrence dans le chœur de la chapelle avec le reste de la communauté.

23 Voir Planche 2, figure 2 en annexe.

24 « Un poste d’observation sédentaire permet au cinéaste d’enregistrer ce qui se produit autour de lui, sans recourir à la locomotion, mais sans que pour autant, son corps soit immobile. Stationnant en un même point de l’espace, le cinéaste exécute divers mouvements aussi bien rotatifs que translatoires, qui engendrent un champ mobile ». [Guéronnet 1987, p. 14]

25 L’office de Sexte est le seul office auquel la carmélite cuisinière ne peut assister, de même que la religieuse chargée de la cuisson des hosties durant les trois jours de fabrication hebdomadaire. Il nous fallait trouver une manière d’évoquer sur le film cette dérogation à la Règle. Aussi avons-nous enchaîné, lors du montage, une séquence au cours de laquelle la cuisinière surveille la cuisson du poisson et une séquence où l’on voit le reste de la communauté observer le rite de Sexte dans le Chœur.

26 André Leroi-Gourhan définit ainsi le comportement machinal et les chaînes opératoires machinales : « Le deuxième plan est celui du comportement machinal qui intéresse des chaînes opératoires acquises par l’expérience et l’éducation, inscrites à la fois dans le comportement gestuel et le langage, […]. Les chaînes opératoires machinales sont le fait du comportement individuel, et représentent chez l’homme l’élément essentiel de la survie. Elles se substituent à l’instinct dans des conditions proprement humaines puisqu’elles représentent un niveau élevé de disponibilité cérébrale ». [Leroi-Gourhan 1965, p. 26-29]

27 On peut se référer sur ce point à la notion de dressage du corps introduite par Marcel Mauss dans son article sur “Les techniques du corps” [Mauss 1950, p. 365-386]

28 « Dans le cas de l’initiation à la vie religieuse, il y a bien une combinaison des trois types d’éléments. On y transmet des éléments doctrinaux ; des « savoir-faire », correspondant à l’apprentissage des tâches qui sont celles du groupe et un savoir-vivre qui correspond à un mode de vie particulier, qu’on appellera par exemple « évangélique ». Il suppose l’inculcation de valeurs éthiques et religieuses, d’attitudes, de sentiments, de façons de réagir ou pour parler comme certains sociologues contemporains, d’habitus ». Père Jacques Gellard, s.j, « L’initiation à l’entrée dans un « groupe religieux » in Comment initier à la vie religieuse aujourd’hui ? Session CSM-CSMF pour responsables de novices, Francheville 20-26 février 1983, p. 19.

29 « La foi, ces hommes de feu et de fer que sont les religieux du Moyen Age l’expriment, chaque jour, dans la prière, dans « ces matrices exemplaires de la prière » que sont les liturgies ; dans le chant choral ; dans les litanies, génuflexions, que le religieux vit comme un langage, par lesquelles se dit et se traduit « de toute sa force », c’est à dire de tout son corps ». Léo Moulin, La vie quotidienne des religieux au Moyen Age, Xe-XVe siècle, p. 38.

30 « Le geste rituel n’est donc pas un geste spontané comme ceux que l’on a constamment dans la vie courante. En tant qu’il est symbolique, il est chargé de sens. Il faut lui laisser le temps d’être signe, c’est-à-dire de faire un travail de rassemblement en suscitant chez ceux qui le font ou le voient faire, le sens qu’il porte. Il n’a pas à être cérémonieux, mais une certaine lenteur lui va bien et lui est nécessaire, à condition qu’elle ne soit ni maniérée ni onctueuse. Si le geste est trop empressé, il élimine la distance indispensable pour que son sens advienne ». Centre National de Pastorale Liturgique, L’Art de célébrer, tome 1, p. 156.

31 Voir Planche 1, figures1-4, croquis realisés par Sandra Berthelot.

32 « L’attitude plus ancienne, mains jointes et doigts entrelacés […] peut exprimer des états d’âme très divers : joie ou frayeur, confiance ou crainte, révérence ou repos ». [Oury 1998, p. 74-75].

33 Voir Planche 2, figure 3.

34 On pense notamment aux films suivants : Captivées par l’amour, (Laurence Chartier, 1997), Corps et âme, (Carine Lefebvre, 2002) Les Fiancées du Christ, (Thomas Riedelsheimer, 1992).

35 Voir Planche 2, figure 4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Lardy, « Méthodologie de l’observation filmique en milieu monacal : du sensible à l’invisible », ThéoRèmes [En ligne], 7 | 2015, mis en ligne le 08 novembre 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://theoremes.revues.org/675 ; DOI : 10.4000/theoremes.675

Haut de page

Auteur

Caroline Lardy

MCF en Etudes cinématographiques, anthropologue cineaste, C.H.E.C (Centre d’Histoire « Espaces et Cultures », MSH Clermont-Ferrand)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
ThéoRèmes – Enjeux des approches empiriques des religions est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page