Navigation – Plan du site

Remarques sur les questions posées par Smadar Bustan

Jean-Luc Marion

Texte intégral

1Excellente traductrice de mon travail, Smadar Bustan en est aussi un bon interprète. Et comme telle, elle déploie une lecture que je ne peux qu’enregistrer, donc prendre en considération comme un développement volens nolens de mes analyses. Mais, précisément parce que je m’instruis de cette lecture, je crois pouvoir lui adresser quelques brèves remarques.

2Le point essentiel tient sans doute à la conception du phénomène saturé et d’abord du donné, qui commande tout le reste. J’ai soutenu et je l’espère par des arguments, qu’aucun phénomène ne pourrait se montrer, s’il ne se donnait pas d’abord. Et de fait, chaque phénomène se donne, de quelque manière que ce soit. Husserl inclut dans le donné jusqu’au non-sens et à la contradiction, sans parler de l’impossibilité empirique. Heidegger a exposé que même le néant se donnait comme phénomène (par exemple dans l’angoisse). On peut et doit donc soutenir que rien ne se soustrait à un donné, à la donation comme donné, sitôt que nous pouvons, mêmea minima, en parler. Bergson argumentait que l’idée de néant elle-même résulte d’une négation de la positivité originaire. Sans parler ici de négation (au sens logique), j’accepte l’argument. En ce sens, le non-donné, si nous pouvons en discuter (et tel est le cas, comme le prouve Smadar Bustan ici même), relève encore et toujours d’une donation : sinon, nous n’en discuterions même pas. J’avais exposé que le non-donné (le néant, la mort, etc.) renvoie toujours à un donné et qu’il vaut mieux alors parler de dé-négation que de non-donné ou de donation négative (voirMarion, 1997, §5, p. 79 sq.).

3Rapporté à la question religieuse de l’idolâtrie et d’un Dieu non imaginable, ni concevable (dans la Révélation juive et donc chrétienne), il faut donc dire que Dieu se donne comme l’invisible, l’inimaginable, l’inconcevable, etc., précisément par l’opération que j’avais thématisé sous le titre de dé-nomination (voir Marion, 2001, c.VI). Il n’y a là aucune exception et difficulté particulière : la piété respecte l’altérité du Saint en s’imposant de ne pas prendre la donation de l’inaccessible pour une disponibilité, mais au contraire pour l’épreuve de son indisponibilité. D’ailleurs tout phénomène saturé implique, plus qu’une expérience, une contre-expérience, où le témoin ne constitue aucun objet. L’idolâtrie suppose au contraire qu’on méconnaisse l’excès du donné comme donné.

4Il faut, en effet, bien considérer que si tout ce qui se montre se donne, tout ce qui se donne ne se montre pas pour autant (Marion, 1997, §6). Cette différence tient à ce que ce qui se donne se donne comme un appel invisible et anonyme, qui ne peut se rendre manifeste qu’à la mesure de la réponse, disons du réflexe (de la réflexion comme sur un écran) de celui (l’adonné) qui le reçoit. Dans certains cas (phénomènes pauvres ou de droit commun), tout le donné se rend par cette réponse visible ; mais dans le cas de phénomènes saturés et par excellence d’un phénomène de révélation (donc le premier et ultime d’entre eux, la Révélation), la manifestation de ce qui se donne dans ce qui se montre reste limitée, voire s’estompe presque totalement. Toute la question consistant à savoir jusqu’où va ce « presque ». Ici la vision intuitive le cède, non par défaut mais par excès d’intuition, à ce qu’on a coutume de désigner sous le nom de « foi ». Et qu’il faudrait mieux sans doute nommer autrement : par exemple l’endurance ou la résistance. Ce qui ne peut se montrer autant qu’il se donne ne s’en donne pas moins. Et la piété de la pensée rejoint ici la pensée de la piété, pour s’appliquer à laisser se manifester autant que nous le pouvons supporter ce qui se donne sans mesure, donc à notre démesure.

5Comme je tente de le démontrer dans mon dernier ouvrage, la phénoménalité de la donation peut (et souvent doit) aboutir à des certitudes négatives (Marion, 2010).

Haut de page

Bibliographie

Marion, J-L., Étant donné. Essai d’une phénoménologie de la donation, Paris, PUF., 1997.

Marion, J-L., De surcroît. Études sur les phénomènes saturés, Paris, PUF, 2001.

Marion, J-L., Certitudes Négatives, Paris, Grasset, sous presse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Luc Marion, « Remarques sur les questions posées par Smadar Bustan », ThéoRèmes [En ligne], Philosophie, mis en ligne le 12 juillet 2010, consulté le 22 août 2017. URL : http://theoremes.revues.org/65 ; DOI : 10.4000/theoremes.65

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Marion

Université Paris-Sorbonne & Université de Chicago

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
ThéoRèmes – Enjeux des approches empiriques des religions est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page