Navigation – Plan du site
Albert Piette, à propos de l'origine de la croyance

Ni gladiateur, ni spectateur

Anne de Sales
Référence(s) :

Albert Piette, L’origine de la croyance, Paris, Berg International, 2013

Résumés

Anne de Sales aborde cet essai sur l'origine des croyances à partir de l'anthropologie sociale, la discipline à laquelle Albert Piette s'adosse —c'est-à-dire à laquelle il s'appuie tout en lui tournant le dos—pour refonder une discipline anthropologique distincte, qui n'est plus ni sociale ni culturelle, mais qui prend pour objet l'individu dans sa singularité et sa spécificité d'être humain. Cette spécificité résiderait pour une large part dans la capacité d'Homo Sapiens à croire des choses incroyables, à accepter le "flou cognitif". Cette hypothèse permet à l'auteur d'attirer l'attention sur les variations des modes de présence des humains au monde, toujours plus ou moins engagés dans les situations qu'ils vivent. Une telle approche a des conséquences méthodologiques innovantes pour une observation plus fine et surtout plus réaliste des êtres humains en situation. Les efforts de l'auteur pour tourner le dos à la sociologie et à l'ethnologie n'entravent en rien le bon usage que ces disciplines peuvent faire de sa réflexion.

Haut de page

Texte intégral

1Il faut lire L'origine de la croyance d'Albert Piette comme un essai, c'est-à-dire suspendre un instant son esprit critique pour laisser l'auteur développer jusqu'au bout son raisonnement au caractère hypothétique assumé : ce qui caractérise notre ancêtre Homo sapiens n’est pas la pensée rationnelle, mais la capacité au contraire de tolérer "un flou cognitif" et de croire aux choses incroyables. Ce relâchement cognitif lui a permis de laisser cours à son imagination, d'inventer des mondes possibles ou impossibles ; on connaît la suite de l'histoire. Car cette capacité, c'est l'hypothèse développée dans cet essai, a un avantage évolutionnaire : l'homme de Neandertal ne l'avait pas, lui qui s'en tenait à la réalité factuelle, qui savait sa condition mortelle sans pouvoir imaginer un au-delà ni, peut-être, d'autres actions que celles commandées directement par les circonstances. Il n'a pas survécu à Homo sapiens après qu'il l'eut rencontré. L'origine de la croyance c'est donc aussi l'origine de notre humanité, Piette qui aime les néologismes parle volontiers d'homonité.

2Cette aptitude à la croyance s'accompagne d'un mode de présence au monde spécifiquement humain, le mode mineur, qui fait que les individus adhèrent plus ou moins à leurs croyances, cette adhésion pouvant varier même d'un moment à l'autre: « L'acte de croire est intrinsèquement une question d'intensité » (p. 45). Pourtant cette fluidité concomitante à l'acte de croire, cette tolérance cognitive fortement adaptative peut se retourner contre elle-même et se transformer en conviction absolue, en une croyance si aveugle à la réalité factuelle, justement, qu'elle en devient intolérante. Rien d'étonnant à ce que la religion soit le domaine des confrontations les plus violentes.

3L'essai de Piette, comme ceux de Montaigne qui a rendu ce genre littéraire célèbre, débouche sur une éthique du juste milieu, une injonction à cultiver le mode mineur de l'existence. Car c'est l'évolution d'Homo sapiens qui est en jeu. Les individus se doivent de moduler la distance qu'ils entretiennent par rapport à leur environnement, qu'il soit social ou idéologique, et développer juste ce qu'il faut de lucidité pour ne pas être ni trop engagé et affairé, ni trop en retrait et passif, « ni gladiateur, ni spectateur ». Et dans cette nécessaire et même urgente pédagogie de « la bonne lucidité », l'anthropologie peut jouer un rôle déterminant. Pas l'anthropologie sociale et culturelle, mais l'anthropologie tout court, la science de l'Homme, préférons : des Humains.

4Je laisserai aux spécialistes des disciplines dont les études sont abondamment citées dans cet essai passionnant – archéologie de la préhistoire, sciences cognitives et psychologie évolutionnaire – le soin de réagir aux hypothèses d'Albert Piette pour rebondir sur la conception de l'anthropologie qu'il propose et plus encore peut-être sur les méthodes qu'il préconise et qu'il a d'ailleurs eu l'occasion de développer dans ses ouvrages précédents. Sa conception de l'anthropologie d'abord : elle est une non-sociologie (p. 52). La dimension sociale de l'individu n'est pas niée bien sûr, mais laissée à la sociologie comme sa dimension culturelle l'est à l'ethnologie. La perspective théorique de l'anthropologie, selon lui, vise avant tout l'homme comme espèce, et demande l'observation de « l'individu réel et en continu ». Il s'agit donc de décrire le plus précisément possible, « phénoménographier » dit-il, le cours même de l'existence individuelle.

5La « visibilité concrète » de l'individu en situation (ses faits et gestes, moues, soupirs, regards, postures, etc.) permet, doit-on comprendre, d'avoir accès à son mode de pensée, de sentir et d'agir, à « son intériorité subjective ». On notera que si l'anthropologie de Piette a besoin pour exister comme discipline à part entière d'être en rapport avec le négatif que représente la sociologie – nécessité invoquée ici en analogie avec la réflexion que Deleuze et Guattari (1991) développèrent à propos de la philosophie – elle se rapproche en revanche de façon décisive de la psychologie comme étude des faits psychiques et des comportements. Et l'on peut regretter que dans son effort pour refonder l'anthropologie comme discipline, l'auteur ne tente guère de préciser en quoi l'anthropologie telle qu'il la conçoit n'est pas une branche de la psychologie. Ou bien l'est-elle ? L'exercice d'introspection auquel il se soumet après la mort de son père, ce qu'il appelle une autographie, est certes guidé par le souci d'une observation qui se veut objective, de sa propre subjectivité et par un effort particulièrement soutenu d'attention aux moindres contradictions et fluctuations de sa conscience de l'événement qui vient de faire irruption dans sa vie. L'exposé de cette subjectivité éclaire même certains mécanismes de la croyance qui, sans doute, ont une portée universelle, comme on le voit aussi dans la littérature. Il reste que cette autographie n'est pas radicalement différente d'une introspection psychologique. Ce n'est pas un défaut en soi mais l'anthropologie que Piette appelle de ses vœux gagnerait à être mieux définie par rapport à la psychologie. Il semble qu'il partage avec les psychologues évolutionnaires leur horizon théorique, l'espèce humaine et son évolution, mais pas leurs méthodes expérimentales, car il est déterminé à observer l'humain en situation. Et c'est là que réside son originalité.

6Le mode mineur, le concept clé de l'anthropologie piettienne est d'un grand intérêt pour l'anthropologie sociale et culturelle. Voilà plus de 20 ans qu'Albert Piette travaille ce concept, qu'il a appelé plus récemment minimalité, dénonçant « l'erreur fondamentale » qui consiste à considérer les individus de façon trop unidimensionnelle:

des sujets forts, libres, responsables et créateurs, porteurs d'une conscience intentionnelle, et/ou des hommes inquiets, fragiles, vulnérables, tendus dans différents rapports de forces. (p. 58)

7Les individus véritables n'ont pas la capacité de soutenir ces régimes forts de présence, dans l'action comme dans la résistance. Le mode de présence des êtres humains, comme la croyance qui en est l'origine cognitive est une question d'intensité et ce sont ces variations d'intensité que Piette nous engage à prendre en compte dans nos analyses. On conçoit aisément que ce mode d'être qui fait que l'individu est toujours « un peu », « plus ou moins »... soit, outre une spécificité évolutionnaire, une dimension capitale à prendre en compte dans l'analyse des interactions au cœur des sciences humaines et sociales. Le guide qu'il ébauche dans cet essai afin d'analyser les modalités de présence et de co-présence des individus, les quatre types d'appuis sur lesquels les humains peuvent se « reposer » lors de leur activités, ainsi que les quatre formes de repos qui leur permettent d'évoluer avec plus ou moins d'aisance d'une situation à l'autre au cours de leur existence sont autant d'incitations à une observation plus fine des situations par les anthropologues sociaux. Enfin, la façon dont Piette soumet précisément la notion philosophique d'existence à la description empirique est un juste rappel aux ethnologues qui ont pu se laisser distraire par les spécificités culturelles, que leur objet d'analyse est aussi un sujet au même titre qu'eux-mêmes. Aussi les efforts de l'auteur pour tourner le dos à la sociologie et à l'ethnologie n'entravent-ils en rien le bon usage que ces disciplines peuvent faire de sa réflexion.

Haut de page

Bibliographie

Gilles Deleuze et Félix Guattari, Qu'est-ce que la Philosophie?, Paris, Minuit, 1991

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne de Sales, « Ni gladiateur, ni spectateur », ThéoRèmes [En ligne], 5 | 2013, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://theoremes.revues.org/504

Haut de page

Auteur

Anne de Sales

Directrice de recherche, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC), CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
ThéoRèmes – Enjeux des approches empiriques des religions est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page