Navigation – Plan du site

Christianisme et condition postcoloniale

Xavier Gravend-Tirole et Nadia Yala Kisukidi

Notes de la rédaction

Selon la procédure habituelle de la revue, les articles ont tous été relus en double aveugle et validés par le Comité scientifique de ThéoRèmes.

Texte intégral

1La constitution du dossier « Christianisme et condition postcoloniale » découle d’un événement organisé à l’Université de Genève en 2012, « La théologie au prisme des études postcoloniales », né d’un constat circonstancié : celui d’une relative absence des études postcoloniales dans le champ pluridisciplinaire de l’organisation des facultés de théologie (sciences bibliques, histoire du christianisme, éthique théologique/philosophique, systématique…) en Suisse romande. L’enjeu fut de s’arrêter sur un noyau de disciplines, afférent à la théologie, et de les mettre à l’épreuve d’un ensemble de questionnements identifiés comme appartenant au champ des études postcoloniales.

2La rencontre avec la revue ThéoRèmes, qui prolonge, sur un autre plan, les réflexions engagées par cette journée d’étude, a permis un double travail de déplacement. L’espace de la revue ayant pour vocation l'étude empirique des religions, impliquant une certaine objectivation des pratiques religieuses à travers une diversité disciplinaire, a favorisé une réorientation des analyses en les centrant sur la question des pratiques – non seulement des pratiques religieuses mais aussi des pratiques théoriques permettant d’aborder et de travailler l’objet « religion », et plus précisément le christianisme dans ses traditions catholiques et protestantes. Ce recentrement a ainsi occasionné un double déplacement, celui du passage d’une discipline (la théologie) à un objet (le christianisme) et d’une méthodologie et/ou d’un ensemble problématique (les études postcoloniales) à la détermination d’une situation, d’une condition historique : la condition postcoloniale.

3Ces opérations de déplacement ont appelé la présence de travaux pluridisciplinaires (sciences bibliques, philosophie, sociologie, anthropologie), et permis, par ailleurs, de ne pas s’en tenir au seul champ des études postcoloniales, en prenant non seulement en compte leurs apports théoriques (particulièrement, ici, pour l’étude de l’expérience religieuse), mais aussi les travaux sociologiques, historiques et anthropologiques qui ont vu le jour, au sein de l’institution universitaire francophone, dans le moment qui a suivi les Indépendances. C’est ainsi que le problème de la « condition postcoloniale » s’est introduit, non pas pour recouvrir le domaine des études postcoloniales, mais pour interroger, dans leurs dimensions empiriques et autoréflexives, les reprises, les ruptures, les formes de recréation et de recouvrement du fait religieux chrétien dans les anciennes métropoles et les mondes qui furent colonisés, après la fin des grands Empires coloniaux européens au XXe siècle. À ce titre, la notion de « condition postcoloniale » désigne un moment historique, dont le commencement est marqué par les Indépendances. Mieux encore, elle renvoie à l’ensemble des expériences, matérielles, symboliques, qui, vécues par ceux qui ont été colonisés et affectant l’économie réelle et les modes de représentation de soi des anciens mondes colonisateurs, procèdent du fait colonial.

4Les orientations problématiques, testées par les articles qui forment ce dossier, consistent précisément à saisir et à penser les reconfigurations de l’entrelacement christianisme/colonisation de la fin de la colonisation à aujourd’hui dans les champs pratiques et théoriques. Dans ce dossier, la thématisation d’un tel entrelacement est justifiée par l’engagement propre de la mission chrétienne dans les entreprises impériales européennes et par la singularité des reprises subversives de son message, qui, dans les périodes coloniales et post-coloniales, ont parfois dévoilé « derrière les signifiants religieux » des « signifiés politiques » [Bastide 1972, p. 8]. Une telle thématisation ne vise pas à invisibiliser l’expression d’autres pratiques religieuses (musulmanes, par exemple etc.) qui se sont elles aussi parfois constituées, dans une mesure singulière, en tension avec le fait colonial. Bien au contraire, elle tend plutôt à penser ces pratiques en prenant pour centre un christianisme missionnaire dont les productions de significations conflictuelles ont affecté de manière plurielle et hétérogène les sujets sociaux en période coloniale et postcoloniale.

5Il s’agira ainsi d’analyser, d’un point de vue pratique et théorique, les modes d’expression et de réappropriation du christianisme, de tradition catholique et protestante, en situation coloniale et postcoloniale. Et, par suite, de saisir dans quelle mesure ils restent travaillés, dans un monde qui n’apparaît pourtant plus ordonné à l’Europe comme « centre de gravité » [Mbembe 2013, p. 9], par une référence, plus ou moins exacerbée, au fait colonial.

Enjeux problématiques

6Ces modes d’expression et de réappropriation du christianisme suscitent de nombreux questionnements, qui traversent non seulement ce dossier, mais le déborde également. Comment penser, explorer et/ou circonscrire cet entrelacement Christianisme-colonisation ? Différents phénomènes socio-historiques afférents à cet entrelacement apparaissent, à ce titre, fondamentaux.

  • 1 Pour avoir une idée des traumatismes engendrés par le système des pensionnats autochtones au Canada (...)

7a) Penser le christianisme en condition postcoloniale implique d’abord d’examiner comment le christianisme missionnaire accompagna le processus de la colonisation en intégrant le principe de « mission civilisatrice ». La présence d’un christianisme missionnaire sur les terres nouvellement conquises par les colonisateurs européens participa – non pas toujours, mais bien souvent – à un véritable processus traumatique d’aliénation symbolique et psychique des populations locales1. Jusqu’où le christianisme, en tant que corps institutionnel solidaire du pouvoir colonial, a-t-il participé à ce processus d’aliénation psychique, symbolique et/ou culturelle ? Comment ont été conçues, par les colonisés et parfois, par les missionnaires eux-mêmes, des voies de sortie de ce processus ?

8b) Une juste compréhension de l’entrelacement christianisme/colonisation ne peut toutefois pas faire l’économie d’un examen des effets de la rencontre des missionnaires avec les populations locales sur les missionnaires eux-mêmes. Si le christianisme, à la fois comme corps institutionnel et dans la réception de son message par les colonisés, ne pouvait pas sortir indemne de son alliance avec le pouvoir colonial, il ne pouvait pas non plus rester étranger à la présence des coutumes et religions locales. Reste que les nombreuses études anthropologiques ou religieuses des missionnaires ont des statuts éminemment problématiques : alors que plusieurs de ces études ont participé à l’invention d’une « réalité autochtone » caricaturée ou rendue exotique – comme en témoignent les récents travaux portant sur la construction de l’hindouisme par les missionnaires, notamment [King 1999 ; Pennington 2005 ; Oddie 2006 ; Bloch et al. 2010] – d’autres missions ont contribué à la production d’une mémoire locale, comme l’illustre « la plupart des États d’Océanie [qui] ont ainsi érigé les “principes chrétiens” en socle fondateur de leur identité nationale » [Fer et Malogne-Fer 2009, p. 13]. Il s’agira dès lors d’appréhender ces deux versants de la mission en situation coloniale et postcoloniale, et de saisir dans quelle mesure l’ambivalence de son statut permet d’analyser les phénomènes d’hybridation religieuses.

  • 2 Pensons, à titre d’exemple, à la mission jésuite au Paraguay, sur laquelle on pourra consulter les (...)

9c) Les réflexions sur l’évangélisation articulées au problème de l’émancipation et/ou d’une neutralisation des effets aliénants par une réappropriation locale du christianisme, ont en revanche précédé l’émergence des critiques postcoloniales. Intégrant, d’un point de vue théologique et humaniste, le souci de travailler pour la dignité humaine, le sens de la mission chrétienne ne possède pas ou ne posséda pas toujours et en tous lieux, une dimension prosélyte, oppressive ou arrogante2. Les réflexions autour de l’évangélisation – au nom d’une émancipation et/ou d’une neutralisation des effets aliénants d’une mission engagée avec le pouvoir colonial – entraînèrent même plusieurs théologiens à aller à contre-courant de leur hiérarchie en Europe et à dénoncer certaines formes de néocolonialisme. La mission chrétienne a-t-elle su – ou pas – se mettre au service de l’humain pour l’humain, sans chercher à ramener l’autre à soi ? Le développement de certaines théologies contextuelles, comme celles de Jean-Marc Ela, James Cone, Sebastian Kappen ou Gustavo Guttierez, témoigne de l’existence de telles tentatives dans le monde postcolonial contemporain. Jusqu’à quel point les processus de réappropriations et de reprises « indociles » [Mbembe 1988] du christianisme par les anciens colonisés ont-ils participé à leur émancipation ? Et dans quelle mesure, surtout, ont-ils pu revivifier les pratiques locales, au point de neutraliser, parfois, la dimension exogène du christianisme en Afrique, en Amérique du sud et/ou en Asie ?

10d) La majeure partie de la démographie chrétienne se trouve dans l’hémisphère sud aujourd’hui, répartie entre l’Amérique latine, le continent africain et plusieurs pays d’Asie. L’émergence de différentes théologies de la libération, qui intègrent les problèmes socioéconomiques dans leurs questionnements, rend compte de la précarité dans laquelle de nombreuses populations, chrétiennes ou non chrétiennes, sont amenées à vivre. Comment la violence du capitalisme néo-libéral, ainsi que certaines formes d’économie de prédation ont-elles pu, non seulement, devenir un motif théologique en soi, mais également conduire au développement de nouvelles pratiques du religieux ?

  • 3 L’exculturation est une notion développée par Danièle Hervieu-Léger dans son livre Catholicisme, la (...)
  • 4 Pour quelques exemples contemporains traversant le spectre des appartenances politiques, on pourra (...)

11e) Enfin, appréhender le christianisme en condition postcoloniale pourrait amener à réfléchir sur les conséquences de la sécularisation dans les pays euro-américains. Quels sont les effets d’une « exculturation »3 du catholicisme en France, par exemple, où celui-ci ne joue plus le rôle de matrice organisationnelle, ou de référence commune, dans les champs culturels et politiques ? Et surtout, comment penser la captation du christianisme, comme fait culturel, par un discours politique identitaire4 dans les pays européens et américains, qui cherchent à contester ou à nier la pluralité multiculturelle du monde social ? Appréhender le christianisme en condition postcoloniale peut-il contribuer, sur le plan politique, à dessiner un nouvel horizon cosmopolitique apte à disqualifier les rhétoriques de la race et du repli identitaire ?

Explorations

12Le dossier s’inscrit à l’intérieur de lignes de réflexion qui interrogent à la fois la décolonisation des pratiques religieuses et/ou les voies praxiques de sortie de l’aliénation ainsi que la décolonisation des savoirs (particulièrement dans le champ des disciplines théologiques dans l’espace européen francophone). La première ligne de réflexion engage une étude des formes de recréation des pratiques religieuses chrétiennes dans les pays anciennement colonisés ainsi qu’une analyse de la construction de discours appelant à une rupture nette avec le christianisme, du fait de sa solidarité avec l’entreprise coloniale. La seconde s’inscrit dans une analyse des modes de production du savoir et de ses moyens d’expression dans le champ institutionnel, telle qu’elle a été enclenchée par l’émergence des études postcoloniales. Ces lignes de réflexion, nécessairement entremêlées, organisent le dossier autour de trois moments, dont le tracé est resté délibérément historique : le moment de la lutte anticoloniale, le moment survenu immédiatement après les Indépendances, et enfin, le moment contemporain, renvoyant à un espace mondialisé, travaillé par les faits de migration des personnes, de leurs pratiques et des idées [Luste Boulbina 2013, pp. 1-6].

13L’entretien avec Souleymane Bachir Diagne, « Senghor et la question qui se pose toujours », participe du premier moment, même s’il tend à perturber le tracé proposé en l’ouvrant avec la question éthico-politique de l’universel. La reprise senghorienne de la question du religieux et particulièrement du christianisme dans le cadre des luttes pour la décolonisation, se spécifie à l’intérieur d’un positionnement humaniste face au christianisme missionnaire, d’une réappropriation de la tradition herméneutique de relecture des textes et d’une implication de la question de Dieu dans le processus de désaliénation.

14A l’approche senghorienne, répond la réflexion de Fanon sur la religion et particulièrement sur le christianisme missionnaire, comme corps institutionnel. L’option fanonienne explorée dans l’article de Matthieu Renault « Damnation. Des usages de la religion chez Frantz Fanon », se concentre sur la problématique des usages du religieux en vue de la constitution de la praxis, comprise comme « activité constituant la liberté » [Gordon 2008, p. 113]. L’usage du christianisme, même dans sa pure spécification comme message, reste piégé dans l’optique d’une lutte contre les faits de domination en pays colonisé.

15Le cheminement fanonien ouvre ainsi au problème de la décolonisation des esprits et des voies de sorties de l’aliénation qui traversent le moment post-colonial. Une formulation de ce problème parcourt l’œuvre romanesque et théorique de V.Y. Mudimbe : comment sortir des conflits spirituels et symboliques portés par la présence d’un christianisme missionnaire dans les pays anciennement colonisés ? Le roman Entre les eaux (1973), analysé par Nadia Yala Kisukidi dans « ‘Du christianisme comme expérience de conflit’ : une lecture d’Entre les eaux de Valentin Yves Mudimbe », figure une approche de la désaliénation déprise des illusions de la reconnaissance, et partant, du dualisme de la rupture et de la reprise.

16Le troisième moment de ce dossier, travaillé par les faits contemporains de migration, est formé par les articles de Raphaela von Weichs et Monika Salzbrunn, d’un côté et de Valérie Nicolet Anderson, de l’autre. Il porte des perspectives disciplinaires qui diffèrent des articles de S.B. Diagne, M. Renault et N.Y. Kisukidi centrées sur des analyses philosophiques d’auteurs.

  • 5 Pour la formation de ce concept, on se rapportera à l’ouvrage Postkoloniale Schweiz. Formen und Fol (...)

17Raphaela von Weichs et Monika Salzbrunn, dans « Sacred Music, sacred journeys : what makes an event postcolonial ? », mettent à l’épreuve le concept de « Suisse postcoloniale »5 à travers l’analyse sociologique et anthropologique de pratiques religieuses mises en lumière dans deux pèlerinages inventés par et pour des Africains chrétiens vivant en Suisse, dans les cantons du Valais et de Schwyz. La constitution de ces événements religieux dévoile un type de rapports de pouvoir entre les autorités ecclésiales suisses et les pélerins, où refait surface un certain impensé colonial.

18Valérie Nicolet Anderson interroge la circulation des idées et ses effets institutionnels dans le champ des études en sciences bibliques. Traversé par une triple approche méthodologique, panoramique et autoréflexive, l’article « Perspectives postcoloniales en exégèse biblique : Introduction aux théories postcoloniales dans le domaine biblique » questionne la dimension heuristique des études postcoloniales pour l’exégèse biblique, et invite à leur introduction rigoureuse et bien comprise dans le champ académique européen francophone.

  • 6 Sur le développement de la problématique de la décolonisation des savoirs en France, on mentionnera (...)

19Les différentes explorations engagées par ce dossier se donnent ainsi une tâche épistémologique : celle de participer au développement institutionnel et scientifique des réflexions sur la décolonisation des savoirs6 dans le champ spécifique de l’analyse empirique des religions. Penser le christianisme en condition postcoloniale invite à récuser les rhétoriques du manque et de l’incomplétude, qui appréhendent de façon réductrice les réappropriations non européennes du christianisme issus des espaces anciennement colonisés. Cette récusation, loin d’alimenter un esprit de revanche ou une pathologie du ressassement, tend à ressaisir l’histoire même de la production du savoir à partir de la pleine intégration de la géographie de ses « voyages » [Saïd 2008, p. 555], de ses traductions [Diagne 2013], de ses circulations.

Haut de page

Bibliographie

Roger Bastide, « Les Christs noirs », préface au livre de Martial Sinda Le messianisme congolais et ses incidences politiques, Paris, Payot, 1972, pp. 7-13

Esther Bloch, Marianne Keppens and Rajaram Hegde (dir.), Rethinking Religion in India: The Colonial Construction of Hinduism, London and New York, Routledge, 2010

Seloua Luste Boulbina, « La migration des idées », revue Rue Descartes, n° 78, 2013/2, pp. 1-6

Souleymane Bachir Diagne, « Senghor et la question qui se pose toujours », entretien pour la revue ThéoRèmes, octobre 2013

Yannick Fer et Gwendoline Malogne-Fer, « Introduction », dans Anthropologie du christianisme en Océanie, Paris, L’Harmattan, 2009

Lewis R. Gordon, « Décoloniser le savoir à la suite de Frantz Fanon », tr. fr. Sonia Dyan-Herzbrun, Tumultes n° 31, octobre 2008, éditions Kimé, pp. 103-123

Richard King, Orientalism and Religion: Post-Colonial Theory, India and ‘The Mystic East’, London, Routledge, 1999

Achille Mbembe, Critique de la raison nègre, Paris, La Découverte, 2013

Achille Mbembe, Afriques indociles, Christianisme, pouvoir et Etat en société postcoloniale, coll. « Chrétiens en liberté », Paris, Karthala, 1988

Geoffrey Oddie, Imagined Hinduism: British Protestant Missionary Construction of Hinduism, 1793-1900, New Delhi, Sage Publications, 2006

Brian K. Pennington, Was Hinduism Invented? Britons, Indians, and the Colonial Construction of Religion, Oxford, Oxford UP, 2005

Edward Saïd, Réflexions sur l’exil, tr. fr. Charlotte Woillez, Paris Actes Sud, 2008

Haut de page

Notes

1 Pour avoir une idée des traumatismes engendrés par le système des pensionnats autochtones au Canada, on pourra se rapporter au manuel « Retisser nos liens : Comprendre les traumatismes vécus dans les pensionnats indiens par les Autochtones » de la Fondation autochtone de guérison.

2 Pensons, à titre d’exemple, à la mission jésuite au Paraguay, sur laquelle on pourra consulter les relations de Ludovico Antonio Muratori, rééditées sous Relations des missions du Paraguay, Paris, La Découverte, 2002 [1743] et dont le film The Mission (1986) de Roland Joffé s’est fait l’écho.

3 L’exculturation est une notion développée par Danièle Hervieu-Léger dans son livre Catholicisme, la fin d’un monde, Paris, Bayard, 2007.

4 Pour quelques exemples contemporains traversant le spectre des appartenances politiques, on pourra penser, d’une part, à l’élaboration de la « Charte des valeurs » au Québec, qui suscite de nombreuses polémiques depuis septembre 2013, en ce qu’elle semble tendre à patrimonialiser le christianisme tout en rejetant les signes religieux d’autres groupes sociaux non chrétiens ; ou d’autre part, aux recours politiques à l’imaginaire d’un « Occident chrétien », souvent racialisé, pour contrer/exclure les minorités perçues comme non européennes en Suisse et en France, et particulièrement de confession musulmane (sur la fabrique du « musulman » comme ennemi intérieur, on se rapportera aux réflexions critiques d’Abdellali Hajjat et Marwan Mohammed dans Islamophobie. Comment les élites françaises fabriquent le « problème musulman », Paris, La Découverte, 2013).

5 Pour la formation de ce concept, on se rapportera à l’ouvrage Postkoloniale Schweiz. Formen und Folgen eines Kolonialismus ohne Kolonien, Patricia Purtschert, Barbara Lüthi, Francesca Falk (dir.), Bielefeld, Transcript Verlag, 2012.

6 Sur le développement de la problématique de la décolonisation des savoirs en France, on mentionnera le dossier de la revue Mouvements, n° 72, hiver 2012 "Décoloniser les savoirs" (S. Luste Boulbina, J. Cohen dir.) ainsi que le séminaire de recherche "Décolonisation des savoirs" organisé depuis février 2012 par Orazio Irrera, Danièle Lorenzini et Matthieu Renault (http://decolonisationsavoirs.wordpress.com).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Gravend-Tirole et Nadia Yala Kisukidi, « Christianisme et condition postcoloniale », ThéoRèmes [En ligne], 4 | 2013, mis en ligne le 08 novembre 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://theoremes.revues.org/433

Haut de page

Auteurs

Xavier Gravend-Tirole

Institut religions, cultures, modernité (IRCM), Université de Lausanne, et IRSE (Université de Genève, Faculté de théologie)

Nadia Yala Kisukidi

Université de Genève, Faculté de théologie, IRSE - Directrice de Programme au Collège International de philosophie (Paris)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
ThéoRèmes – Enjeux des approches empiriques des religions est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page