Navigation – Plan du site

Philippe Capelle-Dumont (éd.), Anthologie Philosophie et Théologie, vol. 1 et 2, sous la direction de Philippe Capelle-Dumont, Editions du Cerf, 2009

Yann Schmitt
Référence(s) :

Philosophie et Théologie dans la Période Antique, Cerf, 2009, ss la dir. de Ph. Capelle-Dumont, volume dirigé par J. Alexandre.

Philosophie et Théologie au Moyen Âge, Cerf, 2009, ss la dir. de Ph. Capelle-Dumont, volume dirigé par O. Boulnois.

Texte intégral

1Les volumes de l'anthologie sur les relations de la théologie et de la philosophie sont un événement important en ce qu'ils participent de la mémoire d'une question dont beaucoup ont cru être sortis et qui est pourtant bien vivante et toujours déterminante, notamment pour l'intelligence de la pratique philosophique.

2Ces volumes n'ont pas directement pour objet Dieu ou la religion mais vise à exposer l'histoire de la relation entre philosophie et théologie, tout en sachant que les vocables « philosophie » et « theologie » n'ont pas un sens univoque. Ce n'est pas seulement un problème de méthode ou un problème conceptuel qui impose de penser cette relation car l'enjeu le plus important est celui d'une éthique de la philosophie et de la théologie. Il s'agit d'abord et avant tout de bien penser et de bien parler du divin, de l'Ultime, de Dieu, tout en s'interrogeant sur la nature de la philosophie et sur le domaine de la raison.

3Un des points importants des introductions est de rappeler sans cesse comment les variations de sens de « philosophie » et de « théologie » sont liées. Définir simplement ces deux disciplines pose problème car, comme le rappelle Jérôme Alexandre dans l'introduction du premier tome, elles recouvrent des types d'écrits, de pratiques et de modes de vie variés. La philosophie peut ainsi être un enseignement oral, se retrouver dans des traités de métaphysiques, d'éthique mais aussi dans l'élaboration d'outils plus formels. Le discours sur Dieu en vue de l'intelligence de la foi peut être plus ou moins systématique, apologétique exégétique etc. La lectrice apprendra ainsi, dans le tome 2, que la théologie mythique est soit critiquée soit comprise comme ce qui est révélé, qu'il y a une science théologique (theologica) qui n'est pas encore la théologie (theologia) comme science, discipline qui recevra son nom d'Abélard. En effet, la theologia a été longtemps les Ecritures elles-mêmes. Ce qui est finalement clair à la lecture de ces deux volumes, c'est que la relation entre théologie et philosophie est rarement de l'ordre de l'exclusion réciproque et que la différence est une question qui se reformule sans cesse. Il serait vain dans une courte recension de chercher à résumer ces évolutions, confrontations, différenciations et conciliations car tout l'intérêt de ces volumes est de répertorier les diverses figures de la relation théologie/philosophie et d'ouvrir les perspectives grâce à la diversité des textes présentés.

4Les deux premiers volumes d'une série qui est composée de trois autres (un sur l'époque moderne paru en avril 2010 et deux sur l'époque contemporaine paru cet automne, nous en repalerons), ont des constructions assez différentes bien que chaque chapitre soit composé d'une introduction et de traductions de textes choisis. Le volume sur l'Antiquité est un enchaînement chronologique de notices sur des auteurs (de Platon à Jean Damascène en passant par Cicéron, Augustin et bien d'autres) tandis que le tome sur le Moyen Âge traite à la fois d'auteurs (Abélard, Duns Scot, Ockham) et de thèmes ou questions qui rassemblent plusieurs auteurs par notice (Exégèse et théologie, la crise intellectuelle de 1270, etc.). Dans l'introduction ce tome 2 qu'il a dirigé, Olivier Boulnois propose une grille de lecture stimulante et structurante. Contre les dualismes faciles qui opposent philosophie et théologie, foi et raison, science et religion, il montre comment, à partir d'un socle commun, se sont constituées la philosophie comme discipline universitaire et la théologie comme science. Il insiste ainsi sur l'introduction progressive de la dialectique et de la logique dans l'étude des Ecritures et de la Révélation au sein d'une intelligence en quête de foi et d'une foi en quête d'intelligence. Il montre enfin comment notre modernité est dépendante de la difficile articulation de la théologie et de la philosophie au Moyen Âge.

5Les qualités de ces ouvrages ne doivent cependant pas occulter une interrogation qui accompagne la lecture de ces deux premiers tomes. La perspective adoptée est disons globalement « christianocentrée ». Certes Maïmonide et quelques penseurs musulmans sont présents et Olivier Boulnois et Rémi Brague qui a fait la notice sur la philosophie islamique, s'expliquent sur les limites du Kalâm. Mais l'histoire de la relation théologie/philosophie est en général lue à l'aune de la relation de la théologie chrétienne et de la philosophie qu'elle utilise ou conteste. De même, les  moments antiques sont souvent décrits fondamentalement comme l'introduction de la philosophie dans le christianisme. Le thème du Christ comme clef de la recherche de la sagesse est ainsi essentiel tout comme la dépendance de la pensée chrétienne de Dieu par rapport à la philosophie comme moyen de purifier ses représentations et ses affects. Il est vrai que les notices sur Platon, Aristote, les stoïciens ou Plotin ont leur autonomie mais la présentation introductive prend le fil conducteur du christianisme. Nous n'avons pas nécessairement d'objection de principes à ce qu'une telle perspective puisse être assumée et ce, de manière fructueuse, car le propos n'en est pas moins intéressant. Il faut prendre acte que cette anthologie ne vise à pas exposer toute la pensée de Dieu à travers l'histoire humaine pourtant une question demeure : la prise en compte plus large de traditions orientales et extrêmes-orientales qui, sur les mêmes périodes, ont bien dû connaître des configurations conceptuelles comparables, transformeraient-elles la compréhension de notre histoire et donc de notre présent ? Faut-il renoncer à y voir le lieu d'une authentique relation entre théologie et philosophie ?

6Quoiqu'il en soit, ces ouvrages vont pouvoir constituer des outils de travail extrêmement utiles par la qualité des notices et du choix des textes présentés et surtout par le rappel d'une histoire qui nous constitue encore.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Schmitt, « Philippe Capelle-Dumont (éd.), Anthologie Philosophie et Théologie, vol. 1 et 2, sous la direction de Philippe Capelle-Dumont, Editions du Cerf, 2009 », ThéoRèmes [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 01 février 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://theoremes.revues.org/152

Haut de page

Auteur

Yann Schmitt

Chargé d'enseignement, Faculté de Philosophie, Institut Catholique de Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
ThéoRèmes – Enjeux des approches empiriques des religions est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page